Pistons

Officiel : Sekou Doumbouya sélectionné en 15 par les Pistons, c’est nous ou c’était un peu long ?

With the 15th pick in the 2019 NBA Draft, the Detroit Pistons select Sekou Doumbouya from Orléans, France.

Source image : NBA League Pass

On ne sait pas si c’est notre côté chauvin qui ressort ou juste notre impatience de voir appelé le jeune Limougeaud mais ce début de Draft a semblé bien long avant qu’Adam Silver ne s’avance sur l’estrade pour prononcer les mots magiques : « With the 15th pick in the 2019 NBA Draft, the Detroit Pistons select Sekou Doumbouya from Orléans, France. » Le premier jour du reste de sa vie.

Six ans à peine après ses débuts sur les planches d’un terrain de basket, le natif de Conakry intègre la NBA par la grande porte, au premier tour de la Draft, à un nom des Lottery picks. Mais pour notre perception de Français, la centaine de minutes qui s’est écoulée entre le début de la cérémonie et le moment où le client de Comsport (coucou Rudy Gobert, Evan Fournier, Nicolas Batum) a été appelé sur la scène nous a paru être une éternité. Il n’y a aucune déception, loin de là même. Mais les dernières rumeurs annonçaient plutôt Sekou dans le Top 10 et notamment à Washington, en neuvième choix. Finalement, les Wizards ont préféré miser sur Rui Hachimura et on commençait tranquillement à attaquer notre deuxième phalange avec appétit puisque cela faisait déjà bien longtemps que l’on avait terminé de ronger nos ongles. Chaque nouveau tour qui passait rajoutait un peu de pression avec la crainte soudaine de vivre une soirée cauchemar où le nom de Doumbouya ne serait jamais appelé. Oui, on dramatise vite mais on a déjà vu se passer tant de choses à la Draft que plus rien ne nous étonne et on avait surtout vraiment hâte de savoir dans quelle franchise il allait atterrir. Plutôt Minneapolis, Charlotte pour retrouver son pote Nico et maintenir les quotas tricolores chez les Hornets, Miami ou Boston ? Aucun des quatre puisque ce sont finalement les Pistons qui ont décidé de faire confiance à l’ancien poitevin en quinzième position.

Le soulagement est bien réel. Même si on s’est un peu fait spoiler la surprise par Adrian Wojnarowski et ses bombes incessantes, le sourire ne disparaît plus de notre visage et de celui de Sekou Doumbouya. Merci au réalisateur qui nous a privé de la photo mythique entre le futur rookie et Adam Silver mais l’essentiel est ailleurs : notre plus bel espoir 2019 débarque dans la Grande Ligue pour tout casser dans une franchise où il devrait avoir un beau temps de jeu. Même si Dwane Casey n’est historiquement pas très ouvert à donner des responsabilités à ses rookies, Sekou a un vrai coup à jouer à un poste où il n’y a pas de véritable titulaire déjà solidement installé. Cette saison, c’est le rookie issu du second tour de Draft, Bruce Brown, qui a débuté 56 matchs comme ailier à Detroit. Ça ne devrait pas faire peur au champion d’Europe U18 qui peut même rêver rejoindre très rapidement Blake Griffin et Andre Drummond dans le cinq majeur des Pistons. Pourquoi pas dès sa première saison ? En tout cas, les successeurs des Bad Boys ont bien l’intention de retourner en Playoffs en 2020 et ils pourront désormais compter sur le physique impressionnant et la défense sur plusieurs postes du finaliste pour le trophée de meilleur jeune de Jeep Elite cette saison.

C’est bon, on peut couper le son et aller se faire une petite glace bien méritée. Sekou Doumbouya sera bien un joueur NBA l’année prochaine et il a une vraie chance d’avoir du temps de jeu. En espérant que Tony Snell ne se transforme pas en Kevin Durant pile après son trade des Bucks. Normalement, il y a de la marge.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top