Suns

Officiel : Aron Baynes envoyé chez les Phoenix Suns, le bûcheron prépare son baluchon direction les raquettes d’Arizona

Aron Baynes

Comment ça il n’y a que des cactus en Arizona ?

Source image : YouTube

La Draft est source de véritables bizarreries avec des transferts qui dans certains cas paraissent complètement loufoques. Ainsi, il doit être compliqué de regarder sereinement l’évènement quand on est joueur de la Grande Ligue. Bah oui, le risque étant de siroter tranquillement son smoothy banane/paprika à Los Angeles quand tout à coup tu apprends ta mutation avec l’équipe de G League des Pistons. Bon, on maximise le truc mais Aron Baynes l’a un peu vécu cette nuit.

Telle une danseuse étoilée de l’Opéra moscovite, Aron Baynes et ses délicates gambettes vont donc s’envoler direction Phoenix et l’Arizona. Ça a du être un choc pour l’intérieur qui, lorsqu’il l’a appris, a sans doute du avoir une véritable montée de colère. On peut facilement imaginer la gueule d’un rugbyman néo-zélandais pendant le haka combinée à celle d’Ed Sheeran, c’est d’ailleurs là toute la subtilité du joueur que de mélanger activités physiques et artistiques. Une fois la nouvelle digérée et ses mains pleines de Nutella lavées, l’intérieur a sûrement pensé au roster qui l’attend chez les Suns. Il faut malgré tout relativiser en comparant l’effectif actuel avec celui du début de saison dernière. De plus, l’harmonie à Boston est actuellement compromise avec un Kyrie Irving plus que jamais sur le départ. C’est l’insider ESPN Adrian Wojnarowski qui nous informe de ce trade où Aron Baynes est le second joueur reçu après Ty Jerome en 24ème position côté Suns. Ainsi, le premier tour de Draft 2020 obtenu par Phoenix lors de l’envoi de Bledsoe par colissimo chez les Bucks est pour sa part envoyé aux Celtics. Un transfert aussi loufoque que la mécanique de Lonzo mais qui n’est pas idiot pour l’effectif désormais entraîné par Monty Williams. Aron Baynes aura donc ce rôle de mentor avec Deandre Ayton et même si leurs styles de jeu sont complètement opposés, ça risque de discuter cuisson de steak dans la peinture. C’est une jolie opération pour Phoenix qui manquait cruellement de profondeur de banc.

Toujours compliqué de devoir annoncer à la famille que l’on déménage car papa a été échangé contre un tour de draft. Qui de plus servira peut-être à récupérer un allemand au nom imprononçable qui tourne en 8-2-2 à Ludwigsburg. Aron Baynes ira trouver d’autres cocotiers pour s’essuyer le postérieur, lui qui produisait 5,6 points, 4,7 rebonds et 1,1 passe en 16 minutes de moyenne sur le parquet du TD Garden. Coup dur également pour la cantine de Boston qui va devoir supprimer huit postes.  Là où l’intérieur svelte va s’avérer être important, c’est surtout dans ce rôle d’energizer en sortie banc, prêt à retourner les steaks contre n’importe quelle pivot de la ligue. Joel Embiid ? Même pas peur. Ainsi, les entraînements vont s’intensifier et c’est sur tout le groupe que les résultats devraient se ressentir avec une prise de conscience que seuls le boulot et le gras amènent la victoire. On imagine forcément que le front office des Suns et l’ex poste 5 des Celtics ont longuement discuté sur un possible intérêt pour Baynes de continuer chez eux et il sera intéressant de suivre de très près les aventures du gros bûcheron en Arizona.

Manque de bol, c’est tombé sur toi Aron ! Le pauvre bonhomme a du recracher toute la Häagen-Dazs sur le divan familial. Parait-il qu’il n’y a pas d’arbres mais seulement des cactus en Arizona, quel malheur. Après tout, c’est dommage s’il n’aime pas Phoenix car beaucoup de bancs auraient été prêts à le repêcher. Avec des lignes triplement renforcées bien entendu.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top