Cavaliers

Le Heat s’intéresse à J.R. Smith : on vous arrête tout de suite, c’est pour une simple magouille salariale

J.R. Smith

Ce genre d’ascenseur émotionnel.

Source image : Montage YouTube

Indésirable à Cleveland depuis le début de la saison, J.R. Smith cherche désespérément une franchise pour continuer de nous faire profiter de son talent. La bonne nouvelle, c’est que le Heat semble intéressé pour le récupérer cet été. La mauvaise, c’est que ce n’est pas vraiment dans l’optique de le faire jouer.

Disparu de la circulation depuis le 19 novembre lors de son dernier match officiel en déplacement à Detroit (2 points en 6 minutes), J.R. Smith nous donne encore quelques nouvelles sur ses réseaux sociaux pour nous rassurer sur son état de santé. Quoi que, Gérard qui arrête l’alcool ne nous dit rien qui vaille. Alors quand on a vu son nom apparaître dans des rumeurs de trade, on s’est dit que le trentenaire allait enfin voir une éclaircie et se remettre à ce qu’il sait faire de mieux, mais on a vite été refroidis. En effet, selon Shams Charania de The Athletic, Miami serait en train de réfléchir à monter un trade avec les Cavaliers pour récupérer Jean-René et ses 15 680 000 dollars de salaires prévus pour la saison prochaine. De quoi se délester d’un ou deux contrats indésirables… avant de couper notre idole locale avant le 30 juin pour ne devoir régler que les 3,87 millions de dollz réellement garantis dans son deal. Mais pourquoi se séparer d’un gros contrat pour en récupérer un autre et le couper dans la foulée ? Cela fait partie de toutes les bizarreries et complexités du règlement NBA. D’un côté, le Heat ne veut pas passer beaucoup de temps à reconstruire et souhaiterait se débarrasser de contrats comme Ryan Anderson, Kelly Olynyk, Dion Waiters ou surtout de Hassan Whiteside (27 millions en player option) pour aller chercher un gros agent-libre cet été. De l’autre, les Cavaliers ne sont pas du tout pressés et devront simplement respecter le minimum salarial imposé par la NBA pour ne pas payer de pénalité tout en laissant leurs jeunes joueurs engranger de l’expérience sur le terrain.

Sans vouloir jouer les rabats-joies de service, Gérard n’aura probablement pas besoin de demander à LeBron de lui louer sa villa à South Beach la saison prochaine. A moins que Pat Riley ne ruse et lui propose un nouveau contrat plus en adéquation avec sa cote actuelle au sein de la Grande Ligue. On le sait, tout va très vite en NBA. A 33 ans, notre mascotte est subitement passé de multi-finaliste capable de prendre feu dans un match en enchaînant dix ficelles sur des tirs contestés à un vétéran indésirable craint pour sa tendance à balancer des bols de soupe bouillants à la gueule de ses assistants coachs. Comme Melo ou Josh Smith, le temps semble jouer contre lui et il ne faudra pas être trop difficile au moment où on lui proposera un nouveau contrat dans la Ligue. En attendant, J.R. doit continuer de faire la tournée des collèges de l’Ohio pour témoigner sur les ravages de l’alcool et les risques de pneumonie lorsqu’on se balade une semaine entière sans t-shirt. Car après tout, jusqu’à preuve du contraire, il s’est fait 14,7 patates en disputant 11 matchs cette saison et pourrait encore palper 15,6 millions l’an prochain. C’est quel genre de ratio ça ? En tout cas, ce n’est certainement pas ici que vous lirez que c’est immérité, bien au contraire. On ne touche pas à la légende de Gérard.

Décidément, notre ami Gérard a un destin magnifiquement atypique. On va donc guetter ce que nous prépare Pat Riley avant d’aborder la suite. Car les 30 GM peuvent se débrouiller comme ils veulent, mais on veut revoir J.R. Smith sur les planches la saison prochaine. Et pas (encore) en Big3 League.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top