Bucks

Les Bucks sont prêts à payer la Luxury Tax l’année prochaine : dynastie en formation dans la Conférence Est

Bucks

Avis au front office des Bucks : payez s’il vous plaît, on aimerait bien voir jusqu’où ces gars sont capables d’aller ensemble.

Source image : NBA on TNT

Une saison régulière magnifique, des Playoffs jusqu’à maintenant maîtrisées, un effectif jeune, structuré et bourré de talent, tout semble aller pour le mieux du côté des Bucks. Gagner dès cette année, nul doute que c’est envisagé, mais gagner sur le long terme, il est là le véritable objectif. Avec un tel effectif, rien n’est impossible, mais avec pas moins de quatre joueurs clés dont les contrats arrivent à terme cet été, les Daims pourraient bien être obligés de taper dans la Luxury Tax pour ne pas casser leur dynamique. Payer est un problème ? Si cela permet de gagner, pas le moins du monde.

Si leur saison est loin d’être terminée, les Bucks peuvent tout de même se vanter de l’avoir d’ores et déjà réussie. Atteindre les finales de Conférence, 18 ans après la dernière, ce n’est pas rien. Mais lorsque l’on observe le roster des Daims, cela n’a rien de très surprenant. Tout est bien structuré autour de la superstar qu’est Giannis pour espérer gagner. Les joueurs clés autour du Grec ? Un Khris Middleton qui a décroché sa première étoile cette année, un Malcolm Brogdon toujours un peu plus propre et seul membre du club des 50-40-90 cette saison ou encore un Brook Lopez qui revit littéralement dans le Wisconsin. Oui mais voilà, ces trois joueurs seront free agents cet été. Ça fait beaucoup ? Dites vous que Nikola Mirotic voit lui aussi son contrat arriver à terme en juillet. Là oui, ça commence à faire beaucoup. Dès lors, la principale question qui va se poser du côté de Milwaukee cet été sera de savoir s’il est possible de conserver ces quatre larrons pour qu’ils continuent d’épauler le Greek Freak dans sa quête du trophée Larry O’Brien. Essayer de conserver tout ce petit monde sera donc la priorité de l’été du côté du Wisconsin, mais cela ne se fera pas à n’importe quel prix. En effet, si Milwaukee ne veut pas avoir à payer la Luxury Tax, il sera quasiment impossible de conserver les Middleton, Lopez, Brogdon et Mirotic. Ça serait tout de même dommage de casser un si bel effectif, non ? Si, et c’est bien pour cela que le management des Daims semble prêt à faire des concessions selon Tim Bontemps d’ESPN.

Et si cette postseason déterminait tout l’été des Bucks ? C’est plus que possible puisque le management des Daims serait en effet plus ou moins chaud pour payer la Luxury Tax en fonction des résultats de l’équipe dans les prochaines semaines. Les finales de Conférence sont d’ores et déjà atteintes, mais lorsque l’on voit à quel point Giannis et sa bande sont morts de faim, on se dit que rien n’est impossible pour ce groupe et ça, c’est tout bon dans l’optique de voir cette équipe continuer à nous en mettre plein les yeux l’année prochaine. Si les FDC semblent être un résultat suffisamment satisfaisant pour voir les Bucks payer la Luxury Tax, imaginez un peu si les hommes de Mike Budenholzer vont chercher la bagouze. En possédant des Bird Rights sur Khris Middleton, Malcolm Brogdon et Nikola Mirotic, les Daims pourraient sans soucis leur proposer des contrats juteux, Luxury Tax ou pas. Contrat juteux et équipe plus que compétitive, qu’est qui pourrait donner envie aux copains de Giannis de se barrer du Wisconsin ? On se le demande. Le cas le plus épineux sera alors sans doute celui de Brook Lopez dans l’hypothèse où Milwaukee décide de payer la dîme de la Grande Ligue. En effet, si coach Bud souhaite voir son gros pivot continuer à enchaîner les threes au Fiserv Forum, il va falloir être convaincant. Pour respecter les règles, les Daims ne pourront pas proposer davantage qu’une Mid Level Exception à « seulement » 9 millions de dollars la saison. Or, lorsque l’on voit la saison que vient de nous sortir l’ancien de Brooklyn, il n’est pas impossible de penser que certaines franchises pourraient lui proposer un contrat bien plus alléchant. Si le cas Lopez restera donc délicat, les fans des Bucks peuvent se rassurer, leur franchise semble prête à supporter tout le poids de la Luxury Tax pour conserver son armée. La concurrence est prévenue.

Si Milwaukee veut continuer sur sa lancée et s’installer dans les hauteurs de la Conférence Est pour plusieurs années, la franchise sait donc ce qu’il lui reste à faire. Payer pour gagner, cela pourrait bien être la philosophie des Bucks au cours de ces prochaines années.

Source texte : NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top