Blazers

Damian Lillard prévient, les Blazers vont devoir absolument tout donner : bon, lui, pour ça, on lui fait plutôt confiance

Damian Lillard

C’est l’heure de s’énerver.

Source image : NBA League Pass

L’euphorie de la série face au Thunder au premier tour semble s’être un peu dissipée pour les Blazers. En demi, on avait annoncé que ce serait une toute autre affaire, et bingo. Voilà Portland qui se retrouve au pied du mur à l’aube du match de cette nuit. Ah, et un Damian Lillard au pied du mur, ça fait quoi déjà ?

On avait eu droit à des oppositions plutôt serrées jusque là entre Denver et Portland, enfin ça, c’était jusqu’au Game 5 d’il y a deux nuits, et une grosse branlée reçue par le bande à Dame. 124-98, ça laisse des traces rouges, et surtout pas beaucoup de temps pour se remettre en scelle. Dans quelques heures, il faudra déjà renfiler le bleu de chauffe, et pas le droit à l’erreur, c’est du win or go home cette fois-ci. On vous l’a dit, ça s’est joué dans un mouchoir de poche jusque là, avec un écart moyen de deux points par match entre les deux teams avant le massacre d’il y a deux nuits, qui a bien de quoi faire douter. Mais si on peut bien compter sur quelqu’un pour ne pas tergiverser, c’est encore et toujours Damian Lillard. Après ses sorties déjà mythiques face à OKC, il en faut logiquement plus que ça pour affecter la confiance du leader charismatiques de Portland. On a déjà vu à maintes reprises ce que ce malade mental était capable de faire dans les moments chauds, mais là, c’est un registre légèrement différent, puisqu’il faudra enchaîner deux duels avec l’épée de Damoclès de l’élimination au dessus des sneakers, dont un potentiel Game 7 au Pepsi Center. Dur dur, mais le suspect a bien gagné le droit qu’on la boucle et qu’on le laisse faire lorsqu’il dit qu’il va prendre les choses en main.

« Nous n’avons pas l’impression d’avoir encore joué notre meilleur basket, et avec le dos au mur, nous n’avons plus vraiment le choix. Donc notre état d’esprit est simplement de prendre le prochain match, d’assurer à la maison, et de revenir ici. Donc voilà ce qu’il en est. »

Voilà ce qu’il en est, effectivement. On fait entièrement confiance au point guard All-Star et à toute sa bande pour arriver le couteau entre les dents cette nuit, mais on est également en partie d’accord avec lui quand il dit que les performances jusqu’ici laissent un petit goût d’inachevé. A titre personnel, Lillard semble quelque peu retoucher terre après s’être envolé au dessus des nuages au premier tour. Un peu plus de 26 pions de moyenne, quand même, mais un très, très vilain 25% à distance pour le moment… Ça fait tâche, surtout pour un type qui est en train de construire sa légende à coup de shoots du parking, des stands ou encore de la buvette, du coup ce serait bien de régler la mire pour le tournant de la saison. Bien sûr, il faut un casting de soutien qui tienne son rang, et quand le sergent C.J. McCollum se troue comme au dernier match (5/16), tout devient plus tendax. Malgré tout, on ne peut que rester admiratif devant la sérénité et la confiance de Dame Dolla à l’approche de l’échéance, et on comprend facilement pourquoi un Enes Kanter estropié ou encore un Rondey Hood qui revient d’outre-tombe sont prêts à partir au charbon pour lui.

« Que vous perdiez de un point ou de 25, ce n’est qu’un match. Nous retournons à la maison pour essayer d’accrocher un Game 7 et simplement pouvoir revenir ici. »

Game 7, on ne doit avoir que ça en tête du côté de l’Oregon, et on peut compter sur Damian Lillard pour se battre comme un chien jusqu’au bout, pour se donner le droit de rêver encore un peu. Et puis, sans vouloir prendre parti, nous aussi, on reprendrait bien un peu de rab.

Source texte : ESPN

 

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top