Playoffs NBA

Demi-finales de conférences : à mi-parcours, checkpoint sur qui assure, qui rassure, qui abuse et qui a bu

Kyrie Irving Boston Celtics

Regardez cette tête : à votre avis, il est dans quelle catégorie lui ?

Source image : NBA League Pass

Bonjour mesdames et messieurs, nous sommes le dimanche 5 mai et nous fêtons les Judith. Le Paris Saint-Germain est toujours éliminé de la Champion’s League et en NBA les demi-finales de conférence battent leur plein, l’occasion de faire un point à mi-parcours environ sur les forces et faiblesses en présence avant, pourquoi pas, de se projeter sur la fin des quatre séries en cours.

Bucks – Celtics

A tout seigneurs tout honneurs, on attaque avec la meilleure équipe de la saison régulière, hashtag pas les Celtics. Après un premier tour passé sans embûche de part et d’autres, Bucks, c’est d’eux qu’on parle wesh, et C’s se retrouvent sur l’avant-dernière marche avant les Finales NBA. Verdict ? Une série bien mal débutée par Giannis Antetokounmpo et sa bande, cueillis à froid à domicile dès le premier match. Al Horford qu confisque les papiers du Grec, et globalement une attaque de Milwaukee enrhumée par la malice bostonienne. Mais un Mars et ça repart, les Bucks prendront le Game 2 avant de retourner la série dès le premier match au TD Garden grâce à un Giannis de nouveau autorisé à circuler sur le territoire américain. Logique finalement respectée pour le moment avec des Bucks qui tenteront même un coup de grisou dès le Game 4 à Boston histoire de s’économiser la transpiration d’une trop longue série.

La tendance : Bucks 70%

Raptors – Sixers

Dans la deuxième série de l’Est, la domination de Toronto lors du Game 1 a été suivie… d’un terrible réveil des Sixers. Le duo Kawhi/Siakam avait poncé Philly d’entrée de jeu, mais le collectif de Brett Brown fait depuis la misère à celui de Nick Nurse. Difficile de remporter la bataille du coaching quand ton boss s’appelle Nicolas Infirmière mais cela n’est pas une excuse et c’est tout le roster des Raptors, excepté l’immaculé Kawhi, qui va devoir passer la seconde pour éviter une défaite un peu prématurée compte tenu des ambitions de la franchise. Joel Embiid commence à chauffer, Jimmy Butler aime l’odeur du sang, et autour du duo de leaders c’est tout un groupe qui prend la confiance et qui va vite devenir chiant à jouer si les mecs sont dans la zone. Quatrième match ce soir au Wells Fargo Center, et le feu au Canada si jamais les Raptors perdent une troisième fois de suite.

La tendance : Sixers 60%

Warriors – Rockets

Ceux qui l’ont vécu en direct cette nuit le savent, cette série vient… tout juste de débuter. Après deux victoires inaugurales des doubles-champions en titre à l’Oracle, James Harden et les Rockets ont enfin réussi à faire craquer les Warriors. Le quatrième acte de la master-série de ces demi-finales s’annonce comme un potentiel match all-time et cette confrontation entre les deux meilleurs ennemis de la Conférence Ouest est passée en 53 minutes de presque déception à série préférée de ta série préférée. Y’a du sang dans les yeux de James Harden, de la glace dans les veines de Kevin Durant et de l’eau dans le cerveau de Chris Paul et Stephen Curry, bref tout ce qu’il faut pour passer encore quelques soirées mémorables en compagnie de ces deux groupes de badass, miam-miam.

La tendance : Warriors 60%

Nuggets – Blazers

On termine avec la série que l’on attendait clairement le moins, entre les tombeurs respectivement des marcheurs blancs de San Antonio et des seumiers belges d’Oklahoma City. Une confrontation qui annonçait un duel terrible entre Nikola Jokic et Damian Lillard, putain qu’est-ce que c’est frais, mais qui s’avère être une terrible bataille entre deux vrais groupes. Un braquage des Blazers au Game 2 puis une victoire héroïque lors de l’un des plus grands matchs de ces (insère what you want) années et voilà des Blazers pourtant limités à deux matchs seulement d’inespérées finales de conférence. Une série rafraichissante comme cinq airwaves mâchouillés d’un coup d’un seul, avec la perspective d’avoir encore de sacrés beaux moments à vivre dans l’Oregon ou le Colorado. Allez, s’il y a une série qui doit aller en 7, on veut bien que ça soit celle-là.

La tendance : Blazers 60%

Quatre séries, deux d’entre-elles qui ont commencé à tourner, mais quatre séries qui n’ont encore rien dévoilé de leur issue. On ne va pas se le cacher ces Playoffs sont délicieux, et ce n’est peut-être que le début alors à vos bavoirs, va falloir tenir, va falloir se tenir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top