Los Angeles Clippers

Patrick Beverley délivre sa liste des meneurs les plus durs à défendre : Stephen Curry attend toujours d’être cité

Stephen Curry Patrick Beverley

« T’es sérieux là mec ? »

Source image : NBA League Pass

Cette nuit, les Clippers ont frappé un grand coup en allant s’imposer chez les Warriors pour la deuxième fois de cette série. Patrick Beverley a encore joué un grand rôle dans ce succès d’équipe et il est justement revenu sur sa match-up avec Stephen Curry dans ce premier tour des Playoffs.

Que ceux qui pensaient que les hommes de Doc Rivers seraient toujours en vie après cinq confrontations avec Golden State lèvent la main. Si on enlève les groupies de la meilleure franchise de L.A., il ne reste pas beaucoup de monde et cela prouve l’exploit qu’ils sont en train de réaliser même si leur objectif n’est pas uniquement de faire de la figuration et qu’ils espèrent toujours gagner cette série face aux champions en titre. Depuis dix jours, on parle beaucoup de Lou Williams, incroyablement parfait dans ce rôle de scoreur en sortie de banc, un peu de Montrezl Harrell, qui a encore montré toute l’énergie dont il était rempli hier soir, mais assez peu du reste. Pourtant, entre Danilo Gallinari, JaMychal Green et Patrick Beverley notamment, le Doc peut compter sur un roster assez complet et largement sous-estimé cette saison. Justement, le dernier cité n’en est pas à ses premiers Playoffs et tente tant bien que mal de freiner Stephen Curry au scoring. Avec un pic à 38 points dès le premier soir et un down à 12 pions au Game 4, ce n’est pas toujours évident mais Patoche Barbelé reste concentré pour ne faire aucun cadeau à son adversaire direct comme il l’a expliqué dans le Knuckleheads Podcast avec Quentin Richardson et Darius Miles.

« Je ne vais pas parler à n’importe qui et je sais que c’est un grand scoreur. Je n’ai pas besoin de lui parler, je connais son jeu. Je suis concentré, je le surveille. Je ne vais pas aller trashtalker Steph Curry, il prend 30 tirs par match. Il faut choisir ceux avec qui vous rentrez en conflit. Steph Curry me voit rester silencieux et il sait que je suis concentré. L’approche est différente selon les personnes. »

Pourtant, celui qui a été retenu dans deux NBA All-Defensive Teams depuis le début de sa carrière ne se débrouille pas trop mal face au MVP unanime et il ne le place d’ailleurs pas dans son classement des pires meneurs à défendre. Mais alors si un mec capable de trouver le cercle à dix mètres comme s’il s’agissait d’envoyer un caillou dans la mer ne se trouve pas dans son Top 3, qui peut bien donner des sueurs froides à l’ancien joueur de l’Olympiacos ? Celui qui figure tout en haut de la liste s’est particulièrement illustré dans un domaine similaire il y a quelques heures et il connait très bien le frère du numéro 30 des Warriors. Normalement à ce niveau-là vous avez déjà compris de qui il s’agissait, sinon on vous laisse le découvrir.

« Dame [Lillard] est tout en haut. Et l’attaque qu’ils pratiquent ne lui permet pas d’exploiter toutes ses qualités. Il tient la balle mais tout n’est pas pour lui. Si vous le mettez à Golden State ou dans une attaque comme celle des Rockets… Je pense que nous ne voyons qu’un échantillon de lui à Portland. Il y a aussi Kemba [Walker]. Et je dois aussi mettre Russ [Westbrook] avec ces deux-là parce que vous ne savez jamais ce à quoi vous allez avoir droit avec lui. Il peut être un peu moyen pendant cinq matchs et ensuite vous jouez contre lui et il plante cinq triples. Je mettrais ces trois-là, c’est certain. »

Peut-être que le passif entre PatBev et le MVP 2015 et 2016 ainsi que le contexte de la série l’empêchent de placer Stephen Curry parmi cette liste, surtout qu’il s’est surtout occupé du cas de Kevin Durant dans cette série pour tenter de refroidir l’ailier des Warriors autant que possible. En tout cas, il pourrait vite changer d’avis si Baby Face Killer reprend un coup de chaud comme lors du Game 1 où il était monté à 38 points. La suite, ça se passe demain soir, au Staples Center pour un nouveau match décisif puisque les champions en titre peuvent éliminer L.A. en cas de victoire.

Lorsqu’il s’agit de lockdown un meneur ou de le faire tout simplement sortir de son match, on peut généralement compter sur Patrick Beverley. On va donc lui faire confiance pour son classement, même si cet oubli de Stephen Curry pourrait être volontaire. Une manière de faire du trashtalking en dehors des matchs, puisqu’il est trop focus pour ouvrir la bouche sur le parquet.

Source texte : Knuckleheads Podcast

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top