Nets

Jared Dudley continue son festival : poussette sur Embiid, poussé par Butler, barfight… et une fin de match aux vestiaires

Jared Dudley

Ça frooooootte !

Source image : NBA League Pass

Celle-là on ne s’y attendait clairement pas, mais Jared Dudley est bel et bien l’un des facteurs X de la série opposant les Sixers et les Nets. Punchlines sur punchlines à l’attention de Ben Simmons, hustlin en mode LMFAO, comportement d’autiste complètement possédé… bref tout pour nous faire oublier qu’il n’était devenu avant cette série qu’un gros pépère un peu inutile. Mais ça c’était avant, avant que Jared Dudley ne s’impose comme l’un des personnages principaux de cette fantastique série.

Il avait commencé par prétendre devant la presse que Ben Simmons était un joueur moyen sur demi-terrain, puis il s’était ensuite offusqué publiquement du comportement de ce même Simmons et de Joel Embiid suite à la faute violente de ce dernier sur son pote Jarrett Allen. Le Game 3 ? Il avait été bouillant entre tout ce petit monde mais les Sixers et notamment Benny Sim’s avaient remis les pendules à l’heure et renvoyé Jared à la cantoche. Une soirée apparemment vécue difficilement par l’ancien gros des Suns car c’est un véritable soldat qui est apparu sur le parquet ce soir. Les yeux qui sortent de leur orbite, des célébrations bizarres à chacune des ses actions positives, bref un body language dont les Nets avaient besoin dans ce match qui ressemblait à celui de la dernière chance. Le pire dans tout ça ? C’est que ce bon vieux Jared faisait mal aux Sixers, de par ses shoots de loin et ses passes lumineuses, le type passant tout simplement de sosie raté de Tony Parker à un Boris Diaw version 2019. De gros écrans de patapouf, une pression perpétuelle sur Simmons ou n’importe quel joueur de Philly, et globalement un rôle central pour les Nets, le genre de belles histoires qu’on ne voit qu’en Playoffs.

Mais ce trop plein d’émotions va donc finir par déborder alors qu’il reste un peu moins de huit minutes à jouer dans le troisième quart.

Après un shoot à 3-points loupé, Joel Embiid découpe Jarrett Allen par derrière et si le ralenti montre que le contact n’est finalement pas si violent, on se dit que si le pivot des Sixers avait touché celui des Nets ce dernier serait peut-être en réa à l’heure où l’on parle. Et à qui l’excès d’intensité de Jojo n’a pas plu ? Allez, Jared Dudley. Bouboule arrive pour faire justice, pousse Joel Embiid, et c’est Jimmy Butler qui se charge de rendre la pareille à Jared. Mêlée ouverte sur la ligne de fond, une mêlée qui finira d’ailleurs au premier rang des tribunes avec un Ben Simmons qui finira couché sur Dudley pendant que Jimmy Butler était géré par les agents de la SPA présents au Barclays Center. Trente secondes de tension, vingt minutes à regarder des replays, et finalement les sanctions tomberont et seront plutôt sévères. Flagrant 1 pour Jojo, logique vu la violence du coup de marteau, et double-éjection pour Jared Dudley et Jimmy Butler, les deux hommes payant surtout le prix d’un attroupement qui finit dans les tribunes, ce que la NBA ne goûte que très peu…

On sentait que le vase était presque plein entre Jared Dudley et toute la Pennsylvanie et il a donc débordé lors de ce Game 4. Vu le niveau et l’intensité de ce match ? Autant vous dire qu’on a plutôt hâte d’être prochain. Alors rendez-vous dans la nuit de mardi à mercredi, avec le kevlar et les casques anti-chocs. Les Playoffs c’est la vie bordel.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top