Sixers

Les Sixers remportent un combat immense à Brooklyn : Mike Scott en héros, Joel Embiid en patron, 3-1 pour Philly !

scott

Ce match de fou !

Source image : NBA League Pass

Après la défaite lors du Game 3 devant leur public, les Nets avaient bien l’intention de revenir dans la série et ont montré une intensité de tous les instants au cours de la quatrième manche ce samedi soir. Malheureusement pour eux, ils n’ont pas réussi à conclure alors qu’ils menaient pendant une grande partie de la rencontre. Une rencontre qui aura été tout simplement exceptionnelle.

Un grand moment de basket. Voilà comment on pourrait définir ce Game 4 entre les Nets et les Sixers. Avant de parler de gagnant ou de perdant, on est obligé de souligner l’énorme bataille que se sont livrées les deux équipes. C’est simple, il y avait tout, absolument tout dans ce match. Intensité de Playoffs ? Check. Deux équipes qui ne s’aiment pas et qui se rentrent dedans ? Check. Actions spectaculaires ? Check. Ambiance de fou ? Check. Suspense jusqu’au bout avec des shoots clutch qui s’enchaînent ? Check. Le package complet d’un grand match de postseason, un pur bonheur pour les fans de basket qui se sont forcément régalés devant cette rencontre. Aucune équipe ne méritait de perdre, les deux équipes méritaient de gagner car elles se sont battues du début à la fin. Mais au basket, il faut un vainqueur et c’est finalement Philadelphia qui a pris le dessus dans les derniers instants de la partie pour prendre un avantage de 3-1 dans la série. Et le héros de Philly, il se nomme… Mike Scott, qui a sorti LE shoot du match à 20 secondes du buzzer final. Alors que les Sixers étaient menés 108-107 suite à un lay-up d’un Joe Harris parfaitement servi par D’Angelo Russell, Scott a planté un trois points assassin dans le corner, au grand dam du public de Brooklyn. Vu le déroulement de l’action, le système était prévu pour Joel Embiid mais ce dernier n’a pas réussi à contrôler le ballon et n’a pas eu d’autre choix que de transmettre la gonfle à Mike, qui a répondu présent au meilleur moment pour donner deux points d’avance aux siens. Une avance qui sera définitive puisque derrière, les Nets ont perdu la gonfle sur un pick & roll entre Russell et Jarrett Allen. Pressé par Embiid, Tobias Harris et Ben Simmons, le jeune pivot de Brooklyn est tombé au sol et a laissé échapper la balle. Harris a ensuite mis fin aux espoirs de Brooklyn en marquant ses deux lancers francs. 112-108 Philly.

Cette perte de balle fatale pour les Nets résume assez bien le quatrième quart-temps des hommes de Kenny Atkinson, dans lequel ils n’ont inscrit que 17 points alors qu’ils avaient été séduisants pendant le reste de la rencontre. Très maladroits au shoot, avec un festival de turnovers en plus, les Nets ont tremblé quand il fallait conclure et face à une équipe comme Philadelphia, ça ne pardonne pas. Dans le même temps en face, Joel Embiid a sorti un gros dernier quart (12 des 27 points de Philly). Absent du Game 3, Jojo est progressivement monté en puissance au cours de la rencontre jusqu’à proposer son meilleur basket dans le money time. Auteur de 31 points à 12/22 au tir, 16 rebonds, sept passes décisives et six contres, Embiid a eu un impact considérable des deux côtés du terrain et a ainsi rassuré tout le monde du côté de Philly par rapport à son genou. Autre joueur qui a brillé côté Philadelphia, Tobias Harris, qui a confirmé sa belle perf du troisième match avec une prestation à 24 points, huit rebonds, six assists à 10/20 au tir. Il fallait bien ça pour compenser la sortie prématurée de Jimmy Butler, exclu durant le troisième quart-temps suite à la grosse embrouille impliquant notamment Jared Dudley et Joel Embiid, et le match compliqué de JJ Redick, pas en réussite au shoot (même s’il a sorti un trois points très clutch dans la dernière minuté) et souvent exposé en défense sur pick & roll. Et puis Ben Simmons a été bien moins transcendant que lors du match précédent, lui qui a certes sorti un all-around game solide mais en pesant beaucoup moins au scoring. Durant la première mi-temps, il a même été dominé par… Monsieur Jared Dudley.

Justement, parlons-en de ce bon vieux Jared. Inséré dans le cinq par Kenny Atkinson et titulaire pour la première fois de sa carrière en Playoffs, Dudley a donné raison à son coach car il a eu un véritable impact sur le match durant les deux premiers quart-temps. Evidemment, il a fait du Dudley comme on a pu le voir depuis le début de la série, mais il a surtout commencé à lâcher des no-look pass et des tirs du parking. Un sketch tout simplement. Son expulsion dans le troisième quart-temps suite à la grosse faute d’Embiid qui a provoqué un mini barfight n’a pas vraiment fait du bien aux Nets, preuve de son importance au sein de l’équipe. Outre Dudley, un autre joueur de Brooklyn a débuté son premier match de Playoffs samedi contre les Sixers. Il s’agit de Caris LeVert, qui a sorti une grande prestation avec notamment une bonne dose de highlights. Dunk sur la tronche de Jojo, passe dans le dos pour Jarrett Allen, ankle breaker face à James Ennis, shoot du parking… LeVert s’est fait plaisir, même si ça n’a pas suffi. A de nombreuses reprises, il a fait la différence en solo, mais il a également offert beaucoup d’opportunités pour Allen, souvent à la conclusion sur pick & roll et auteur de 21 points dans cette rencontre. Quant à D’Angelo Russell, on a aimé son intensité défensive démontrée en début de match, ses quelques actions d’éclat dont il a le secret sauf qu’il n’a pas toujours fait les bons choix et sa maladresse au tir a pesé dans la défaite de Brooklyn. Horribles à trois points lors du Game 3, les Nets ont fait mieux dans la quatrième manche mais le pourcentage de réussite était quand même faible (12/38, 31,6%) avec notamment un Joe Harris encore une fois dans le dur (0/6 from downtown). Spencer Dinwiddie a bien enflammé le parking en sortie de banc avec quelques bombes (18 points à 7/12 au tir et 3/6 de loin), malheureusement pour les Nets c’était insuffisant.

Une défaite cruelle pour Brooklyn après un match exceptionnel de Playoffs. A 3-1, ça va être très compliqué pour les Nets, et les Sixers vont tenter de conclure la série dès le Game 5 afin d’éviter de revenir au Barclays Center. En tout cas les gars, merci pour ce superbe spectacle.

Nets

76ERS

1 Comment

1 Comment

  1. El barbudo

    21 avril 2019 à 22 h 39 min at 22 h 39 min

    Sans conteste le meilleur match depuis le début de ces playoffs.
    J’aurais tant aimé que le résultat soit différent, pour que les Nets mettent une pression incroyable sur les Sixers.
    Malheureusement, un peu comme ces mêmes Sixers l’an dernier contre les Celtics, l’expérience a fait défaut aux Nets dans le money time.
    Mais qu’est-ce que cette équipe de Nets est plaisante !
    Mention spéciale à Jarett Allen, qui s’est peut-être fait postérisé par tous les intérieurs NBA cette saison, mais qui n’hésite pas à venir au contact, prendre des coups, et se relever comme si de rien n’était. J’espère qu’il continuera à progresser.
    KD, quitte à jouer à New York l’année prochaine, pourquoi ne pas choisir cette superbe équipe des Nets plutôt que des Knicks tout pétés ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top