Hornets

Kemba Walker a encore sorti le Playoffs mode face aux Spurs : 38 points, 9 rebonds, 11 passes et une tonne d’espoir

Ce Kemba là ? On le veut bien en Playoffs, et tous les jours.

Source image : NBA League Pass

S’il y a un moment dans sa vie où Kemba Walker doit passer en mode super-héros c’est bien maintenant, et le moins que l’on puisse dire c’est que le franchise player des Hornets semble avoir compris le message. Déjà bien chaud depuis quelques matchs, Kembaba a encore un peu plus chauffé cette nuit face aux Spurs, et les Hornets peuvent continuer de rêver à la huitième place. Pa-tron.

31 points contre les Wolves, 36 face à Boston, un coup de froid mais la win contre les Raptors et donc ce match de la nuit face aux Spurs, quatre matchs soit… autant de victoires pour des Hornets qui ne lâcheront rien dans cette magnifique course à qui se fera poncer par les Bucks au premier tour des Playoffs la huitième place de la Conférence Est. L’adversaire du soir n’avait pourtant rien d’un cadeau, paraît que la bande de Popovich court aussi après son spot préférentiel, et il fallait donc retrousser les manches pendant que le Heat et le Magic se la donnaient en Floride. Le résultat ? Monstrueux, et une perf de plus à mettre au crédit d’un mec à qui l’on ne pourra dans tous les cas pas reprocher grand chose en cas de place du con dans quinze jours…

38 points à 14/31 dont 2/8 du parking et 8/11 aux lancers, 9 rebonds, 11 passes et 1 contre en 42 minutes

La feuille de stats est folle, une fois de plus, mais le scénario est encore meilleur. Car si les pourcentages sont, finalement, assez randoms (pour être poli), le garçon a finalement chauffé au meilleur des moments. 11 points au dernier quart, les sept derniers de son équipe, ça c’est pour arracher la prolongation d’un match qu’un DeMar DeRozan pourtant inspiré en deuxième mi-temps n’aura pas réussi à tuer. Une dernière possession gâchée et cinq minutes offertes à Monsieur Walker pour briller encore plus… message reçu mon capitaine, ouvrons donc ce beau paquet cadeau. Onze points de plus pour Chabalabala Walker durant l’overtime dont deux énormes triples plein de testostérone, pendant que les Spurs perdaient leur adresse au plus mauvais moment. On dit merci Jacquie, on dit merci Michel et on dit donc merci Kemba, autoritaire at the right time et qui permet donc aux Hornets de s’imposer et de rêver encore à ce fameux strapontin en Playoffs, portant à lui seul ou presque tous les espoirs de sa franchise, quoique bien aidé cette nuit par le dénommé Dwyane Bacon (24 points pour l’homme-charcuterie) et par un Frank Kaminsky adroit en sortie de banc, alors que Nicolas Batum était toujours absent du groupe.

Pour les Spurs ? Le quatuor DMDR – LMA – Rudy Gay – Belinelli aura assuré un minimum mais difficile de s’en sortir avec un duo White/Mills à… 0/16 au tir. Les Texans qui en , par contre, quasiment fini avec les main events car mis à part les Nuggets au menu c’est une fin de régulière plutôt tranquille qui les attend, de quoi tempérer la déception due à cette défaite et préparer tranquillement la soirée de jeudi, une soirée qui mettra à l’honneur un certain Manu Ginobili et son numéro 20…

Mais revenons à notre héros de la nuit… Ils sont quelques uns en NBA à devenir tout simplement inarrêtables lorsque les planètes sont alignées, et Kemba Walker fait assurément partie de la bande. On attendait le retour de Tony Parker pour affronter ses anciens teammates ? C’est donc son leader qui a tapé du poing sur la table, en rappelant que si le Français était le baromètre de la forme de Charlotte cette saison, lui restait le seul capable de sublimer à ce point le niveau de son équipe. Magnifique Kemba, et ce genre de mec là, focus comme il l’était cette nuit, beh on a clairement envie de le voir en sneakers à partir du 13 avril.

stats Spurs stats Hornets

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top