Hawks

Fuck le tanking : Atlanta s’offre Utah à la maison, Trae Young à la manoeuvre avec un petit 23-11

trae young
Source image : NBA League Pass

Dans un match que le Jazz aurait clairement dû remporter pour mieux se placer à l’Ouest, ce sont les Hawks qui ont mieux géré à Atlanta et sont donc repartis avec la victoire. Tanker ? Connais pas.

Drôle de position prise par Lloyd Pierce et ses hommes, diront certains, en voyant notamment la fin de saison approcher et l’écart se réduire avec la concurrence. En possession de leur propre pick de Draft mais en ayant aussi leurs yeux rivés sur les résultats de Mavs dont le pick est protégé sur les places 1-5 de la Loterie 2019, les Hawks feraient mieux de flinguer leur fin de saison histoire de s’assurer un tirage serein le 14 mai prochain. Une logique qui est respectée depuis des années par l’élite du tanking, et que le management d’Atlanta va probablement conserver sur le finish. Cependant, le motto développé par le coaching staff local reste le même depuis le début d’année 2019, et on reprendra les mots précis de Pierce pour le décrire au mieux. Pour aller chercher un titre, il faut apprendre comment aller en Finales NBA. Pour aller en Finales NBA, il faut apprendre comment gagner en Playoffs. Pour aller en Playoffs, il faut apprendre comment gagner en saison régulière. Et pour gagner en saison régulière, il faut s’y mettre le plus tôt possible. Pour ce faire, les Hawks ont décidé de ne pas perdre de temps. Les bonnes habitudes avant tout, l’apprentissage sur le terrain tout en haut des priorités. Une philosophie qui s’est encore vérifiée cette nuit à la State Farm Arena, dans un match où le clair favori ne jouait pas à domicile. Utah, dans une jungle féroce à l’Ouest et en quête de victoire, devait se pointer en Géorgie et assurer le job pour repartir avec un précieux succès. Manque de chance pour Donovan Mitchell et sa bande, ce sont ces jeunes Hawks déterminés à découvrir le monde de la gagne qui se sont retroussés les manches et ont dominé un money-time peu évident. Trae Young aux commandes, John Collins dans les airs, Dewayne Dedmon et Vince Carter pour cadrer tout ça, et roulez jeunesse.

Sur le papier, il y a de quoi se mordre les doigts si Atlanta repasse devant Dallas au buzzer et perd donc son pick. Quand on est en pleine reconstruction, un grand talent dans le Top 10 de la Draft ne se refuse pas, surtout quand on sait le débat qui existe encore dans les rues de Géorgie concernant la non-sélection de Luka Doncic il y a 9 mois. Cependant, lorsqu’on voit ces Hawks jouer depuis trois mois et qu’on écoute les propos tenus par leurs adversaires, il y a une sorte de validation collective qui ne peut que donner le sourire à Travis Schlenk et ses sbires. Le GM de la franchise l’affirmait en cachette il y a quelques jours auprès de The Athletic, Atlanta est clairement en avance sur son projet de reconstruction. Taper le Jazz, les Clippers, le Thunder, ou tenir à Boston, à Houston et à Toronto, ce sont des signes de progression. Il y a de la défaite frustrante au bout, parfois, mais il y a surtout du matos sur lequel se poser pour se ramener l’année suivante avec quelque chose de concret. On l’a vu, notamment, dans d’autres projets qui demandaient un peu de patience. Les Nuggets frustrés pendant des années et changeant d’entraîneurs se sont mangés des râteaux bien méchants dans les gencives, avant de trouver le déclic. Les Kings pointés du doigt depuis un siècle et cible des plus grosses punchlines ont digéré une montagne de revers, avant de se poser sur une formule à succès. Le chemin reste long pour ces Hawks, avant de redevenir une équipe dangereuse à l’Est. Mais des soirées comme celle de ce jeudi sont des petites briques, sur lesquelles Trae Young et compagnie vont mettre du ciment afin de bâtir une belle maison. Et pour le moment, au-delà des espérances internes comme externes, il y a bien plus qu’un simple paillasson qui a été posé.

Peut-être que les Hawks regarderont un jour en arrière et se diront, damn, on était à quelques défaites à la con d’obtenir un Deandre Hunter, un Jaxson Hayes ou un ne sait-on de la Draft 2019. Ou bien peut-être que ces mêmes Hawks regarderont un jour en arrière et se diront, bah ouais, on a bien fait d’être compétitifs à ce moment-là pour avoir les bonnes habitudes du futur.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top