Spurs

Preview Spurs – Heat : des souvenirs en masse mais surtout un push essentiel de plus à faire en vue des Playoffs

Ray Allen

Rebound Poeltl, back to Rudy Gay, his three-pointer, BANG !

Source image : YouTube

2013, 2014, si près et si loin à la fois. Dans les faits plus rien ne nous renvoie à cette époque, si ce n’est Patty Mills ou Marco Belinelli côté San Antonio et Dwyane Wade et un bout d’os d’Udo Haslem côté South Beach. Dans les mémoires c’est autre chose, tant les confrontations entre les Texans et Miami sont entrées dans la légende de la NBA grâce au jeu pratiqué et à quelques actions historiques… Ce soir Heat et Spurs croisent de nouveau le fer, et si le passé est glorieux, c’est bien le présent et le futur à très court-terme qui se joue d’un côté comme de l’autre. Allez, preview sur fond de nostalgie, le sentiment hein, pas la radio.

Ce qu’il faut avant tout savoir ? Hormis le fait que ce match se déroulera à 1h30 du matin ? C’est que nous aurons face à face deux des équipes les plus en forme de la Ligue. Les Spurs ? Probablement la bande de mecs la plus en confiance du moment. Neuf victoires de suite, série en cours, pour venir mettre une baffe violente à un rodéo-trip compliqué. Parmi les neuf derniers succès des Texans ? Blazers, Warriors, Nuggets, Bucks, Thunder, zbrah. Collectif soudé, un danger qui vient de partout, des jeunes qui se montrent et des vétérans qui assurent, et voilà comment Gregg Popovich ferme une nouvelle fois des bouches par packs de 100 à l’approche des Playoffs. Rien n’est fait évidemment car la Conférence Ouest ressemble aujourd’hui à un paquet de mouchoirs dans lequel il est difficile d’en sortir un sans en faire tomber un autre, mais si la régulière devait s’arrêter ce soir on connaît peu de franchises qui accepteraient avec le sourire de faire face aux Spurs sur une série au meilleur des sept. SA aura en tout cas l’occasion d’entamer sa dernière série relou de la saison (ça part à Houston, Boston et Charlotte juste derrière), avant d’atterrir tranquillement avec sept derniers matchs un peu plus easy mis à part un déplacement à Denver. Enchainer et passer à neuf de suite avant de prendre l’avion, voilà donc l’objectif mais attention, car en face le Heat se pointe ce soir le coutal entre les chicales, parce que pour les Floridiens aussi on commence à viser clairement la validation des Playoffs dans trois semaines.

Sept victoires sur les neuf derniers matchs pour le Spoelstra squad, en sachant que dans ces deux défaites se trouve une ignoble remontada subie face aux Bucks. L’un des meilleurs moods de NBA donc pour Miami, et il vaut mieux car à trois semaines de la postseason chaque victoire commence à compter double. Les Hornets qui semblent lâcher voilà une première bonne nouvelle, mais il faut encore mettre KO le Magic d’Evan, Niko et Hugo, Big Thre ô combien sympathique et qui mériterait bien d’offrir un printemps de basket à une franchise qui n’a plus vu le printemps depuis avril 2012. Si le rythme reste le même ce devrait toutefois le faire pour le Heat qui tentera ce soir d’aller créer l’exploit au Texas mais qui doit surtout se préparer à une fin de saison ultra-importante, notamment la rencontre qui les opposera mercredi à… Orlando, pour un derby du soleil et du bottox qui s’annonce comme une quasi-finale dans la course à la huitième place, aka celle qui vous envoie vous faire fesser par un grand et beau grec. Le Heat pourra en tout cas compter ce soir sur ses deux vétérans du banc Dwyane Wade et Goran Dragic, bien utiles lorsqu’il faut venir en aide aux supposés leaders Josh Robinson et Justise Winslow.

1h30 du matin, San Antonio City, les yeux pleins de souvenirs mais également tournés vers le classement. Y’a une huitième place à verrouiller pour Mayami, une huitième place à éviter côté Fort Alamo, et une bonne chance de voir un match qui risque d’être beaucoup plus engagé que spectaculaire. Mais si vous voulez du spectacle plutôt que des victoires, on vous laisse vous diriger tranquillement du côté du Top 10 de demain matin. Y’a ceux qui regardent les highlights, et y’a ceux qui regardent les matchs. Alors on se dit à tout à l’heure ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top