Nuggets

Preview Nuggets – Pacers : heureux nous sommes de vous présenter le match joga bonito de la nuit

Ronaldinho

Basket plaisir.

Source image : YouTube

La soirée NBA nous offre aujourd’hui des chocs assez différents, juste ce qu’il faut pour nourrir toutes sortes de fans. Un match à… 17h30 heure française, et tant pis pour vos téléfilms du samedi, trois rencontres entre des franchises larguées dans la course aux Playoffs, et enfin quatre matchs opposant des équipes habituées à gagner une bonne partie de leurs rencontres. Parmi ces affiches ? Nuggets – Pacers, ou l’affrontement entre deux des deux plus belles surprises de la saison. Les deuxièmes à l’Ouest d’un côté, les quatrièmes à l’Est de l’autre, et surtout deux styles de jeu qui ont fait leurs preuves depuis octobre, et deux franchises que l’on attend avec impatience de voir en mode Playoffs. Allez, preview.

Qui aurait présentement pu annoncer il y a cinq mois qu’au 16 mars, Pacers et Nuggets squatteraient, en toute logique, les podiums de leurs Conférences respectives ? Toi là-bas, dans le fond de la salle ? Ok, tu mens. Parce que si les Pacers nous avaient déjà étonné la saison passée en lâchant une merveille de régulière et une série mythique face à LeBron James au premier tour, rien ne laissait présager à un tel opus 2018-19. Bucks, Raptors, Celtics et Sixers paraissaient au-dessus, on parlait même des Wizards comme d’une franchise potentiellement supérieure aux Pacers, et lorsque la blessure de Victor Oladipo est venue assombrir le début de saison déjà au top d’Indy, on ne donnait définitivement plus très cher de la peau des hommes de Nate McMillan. Sauf que ces Pacers ont une âme, que les cols bleus ont su se transformer en leaders, et qu’aujourd’hui c’est bel et bien à deux poils de cul du podium que l’on retrouve nos paysans sûrs. Bojan Bogdanovic est le nouveau Reggie Miller, Myles Turner mériterait un trophée de DPOY, le duo Collison/Joseph est aussi efficace que sous-coté, Thaddeus Young est un monstre de polyvalence, Domantas Sabonis va bientôt donner son nom à l’entreprise qui fabrique les bancs dans l’Indiana… et les capacités de coach de Nate McMillan grandissent aussi vite que sa courbe de poids évolue. 44 victoires, 25 défaites, le tout sans véritable franchise player durant les deux tiers de la saison, et en proposant l’un des jeux les plus propres de toute la Ligue ? On valide tous les jours et le mea culpa des previews de début de saison est énorme.

Mais attention car en face se dressera cette nuit l’autre belle surprise de la saison : les Nuggets de Denver. Passés en avril dernier à un shoot de leurs premiers Playoffs depuis déjà six ans, les joueurs de Mike Malone ont rapidement montré cette saison que la période de vache maigre était bel et bien terminée dans le Colorado. Car qui peut bien être aujourd’hui le quatrième meilleur bilan de toute la Ligue ? Qui peut bien être dans le rétro des Warriors et toujours en lice pour aller décrocher… la première place de l’Ouest ? Ding ding ding, Denver Nuggets messieurs dames. Les forces de Denver cette saison ? Un Nikola Jokic en mode MVP, bien sûr, mais également le trio Millsap/Harris/Murray qui assure et qui assume, ainsi qu’un supporting cast aussi étonnant que talentueux et efficace. Le duo Monte Morris / Malik Beasley en sortie de banc vous l’aviez vu venir ? Nous non plus, et Isaiah Thomas non plus d’ailleurs. Un Mason Plumlee parfait complément du Joker ? Allons-y gaiement. Torrey Craig en facteur X défensif ? Will Barton qui a ramené encore plus de profondeur depuis son retour de blessure ? Feu, feu et feu. Feu vert même, tant tous les fayas semblent plus verts que Draymond cette saison. Ça pétarade de partout, le danger se cache aux quatre coins du parquet, et le jeu développé nous fait tout simplement cliquer sur l’icône Nuggets du League Pass depuis le 17 octobre inclus.

Nuggets, Pacers, Pacers, Nuggets, deux manières de voir le basket mais deux baskets plaisir, deux baskets champagne, entre le terroir et la street, avec deux coachs qui ont su pêcher ça et là les ingrédients suffisants pour faire de leurs équipes deux des gros coups de cœur NBA de la saison. Vivement 2 heures du matin, franchement y’a de grandes chances qu’on kiffe nos races.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top