Timberwolves

Ils ont énervé Karl-Anthony Towns : 41 points sur la tête du Thunder, le type est indéfendable

Karl-Anthony Towns
Source image : NBA League Pass

Fatigué de réaliser de grosses performances dans le vent, Karl-Anthony Towns a décidé de s’énerver sur le Thunder et ça a marché cette nuit. Le chaton du Minnesota a donné la gerbe aux défenseurs d’OKC, tout simplement.

Ah ! Bon, cette fois, ça passe. Cette fois, l’effort individuel est suivi par une victoire collective. Ce n’est pas que l’ami Charles-Antoine commençait à douter de sa capacité à faire gagner son équipe, on l’a vu cette saison depuis que Jimmy Butler est parti ce cher Towns peut tout à fait mettre une franchise sur ses épaules et la hisser jusqu’au bout dans un grand soir, simplement les derniers matchs n’allaient pas dans le sens du pivot. Offensivement, KAT était toujours aussi sale, toujours aussi dur à défendre, toujours aussi malin, appliqué, polyvalent, concentré, mais la tête tirée au buzzer restait la même. Dégoûté. 37 point sur les Hawks, défaite. 42 points sur les Pacers, défaite. 28 points sur les Wizards, défaite. En recevant le Thunder à domicile ce mardi, le All-Star n’avait pas de quoi être super confiant, d’autant plus qu’un certain Paul George faisait son retour sur les parquets. Alors en effet, Minnesota avait géré ses confrontations contre Oklahoma City cette saison, on se souvient notamment d’une victoire émotionnelle énorme à la Chesapeake Arena pour le début de l’ère Ryan Saunders, mais il n’y avait pas de quoi bomber le torse. Cette nuit, il fallait tenter un double-combo des plus périlleux, l’emporter face au Thunder et espérer que Karl-Anthony Towns soit dans un grand soir. Et bien pour le plus grand bonheur des félins, c’est un double-check qui a été validé au bout de 48 minutes, les Wolves profitant des errements défensifs adverses pour retrouver le chemin de la gagne à domicile.

Les pions précieux de Derrick Rose en sortie de banc, Jeff Teague et Andrew Wiggins qui ajoutent leur effort, Taj Gibson et Josh Okogie à la mine pour tenter de soûler les gars d’en face, vous prenez tout ça, vous touillez dans un gros bol et vous obtenez une base intéressante sur laquelle vous poser. Maintenant, ce qu’il vous faut, c’est une base de sauce et des ingrédients. Et autant vous dire que du Karl-Anthony Towns comme celui de ce mardi, c’est open-bar dans les rayons. Pas un seul ballon perdu, des dunks de patron pour faire lever la foule, quelques lancers bien provoqués, le regard concentré plutôt que de se marrer, tout le secteur intérieur du Thunder dans la popoche arrière, KAT était infernal : 41 points et 14 rebonds, avec 2 interceptions, à 15/27 au tir et 8/10 aux lancers. Juste propre, propre propre propre, et dans la gagne surtout. Ce qui permet aux Wolves de poser des bases pour la suite, eux qui semblent trop loin du Top 8 de l’Ouest pour espérer un miracle, mais ont des joueurs avec lesquels construire en préparation de la saison prochaine. On en avait parlé plus d’une fois par ici, depuis l’arrivée de Saunders l’objectif est de poser des bases et voir ce que ça peut donner, lors de certains soirs en forme. Typiquement, cette victoire contre OKC est une brique à poser dans la baraque, et sur laquelle il y aura d’autres éléments prometteurs à ajouter au plan de construction. Tant que Towns est dans le coin, la maison devrait avoir une sacré gueule.

Pas tous les jours qu’on voit quelqu’un salir le Thunder, surtout quand on voit l’efficacité défensive d’OKC cette saison. Karl-Anthony Towns ne voulait plus perdre, on l’a bien compris cette nuit. Performance monstre pour ponctuer une récente forme hallucinante.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top