Spurs

Les Spurs enchaînent face à Denver : troisième victoire de suite, parce que ça fait du bien de retrouver son chez-soi

Spurs

Une belle frayeur, mais ça c’était pour que les fans en aient pour leur argent.

Source image : NBA League Pass

On sait que le rodeo-trip des Spurs s’était plutôt très mal passé et Gregg Popovich avait sans doute très hâte de retrouver ses pénates. Pour arrêter de passer les trois-quarts de son temps dans des avions, mais surtout pour que son équipe se remette dans le sens de la victoire, car la huitième place commençait à être sacrément brinquebalante. Trois matchs plus tard on souffle à San Antonio, et on est donc bien parti pour enchaîner une 22ème campagne de Playoffs de suite. L’usine tourne toujours, merci pour eux.

Déjà 21 saisons de suite sans manquer la postseason, et même 41 des 45 années d’existence de la franchise texane terminées au-delà des 82 matchs de la régulière. Une machine à victoires, la définition même du mot constance, et donc une série à poursuivre quoiqu’il arrive, par tous les temps et toutes les crises traversées par la franchise aux cinq bagues. De crise il n’y avait pas forcément à San Antonio mais force est de constater que le traditionnel rodeo-trip de février avait laissé des plumes sur sa route, les Texans étant défaits lors de sept de leurs huit rencontres disputées à l’extérieur. Et il fallait donc rectifier le tir afin de continuer à penser, toujours, à ces fameux Playoffs, aussi ancrés dans l’ADN local que Fanny est ancrée au port de Mokobé. Référence musicale lourde, mais passons plutôt au match de la nuit, il ne faudrait quand même pas se retrouver présentateur de W9 Music du jour au lendemain.

Les Nuggets qui se pointaient donc à l’AT&T Center avec également un grand besoin de victoire, eux qui sortaient pour leur part de deux défaites consécutives mais pour qui la première place de la Conférence Ouest représente encore un objectif devenu très crédible au fil de la saison. Mais au jeu de l’équipe qui se ramène la plus à l’heure au match, ce sont bien les Spurs qui l’emportaient, avec un écart de quasi vingt points dès le premier quart, grâce notamment à une entame de match saignante du trio DeRozan – Aldridge – White et une entrée une fois de plus remarquée d’un Rudy Gay devenu un véritable joyau en sortie de banc. Un écart maintenu durant les deux tiers du match puisque les Spurs, sûrs de leur basket et réussissant à merveille leur objectif de couper Nikola Jokic du reste de son équipe, menaient encore 85-69 à l’entame du dernier quart et même de 18 unités à sept minutes du terme. +18, à sept minutes de la fin du match. Oui mais voilà, si les Nuggets sont là où ils en sont aujourd’hui ce n’est pas sans une sacrée dose de talent et le dernier quart va nous prouver… qu’un petit Nuggets-Spurs au premier tour de Playoffs ne serait pas pour nous déplaire. Nikola Jokic bien sûr, mais surtout Jamal Murray vont ainsi nous offrir une fin de match à la Hitchcock, le genre de film dont Gregg Popovich se serait bien passé… Quatre tirs du parking inscrits par le meneur de Denver, imité derrière la ligne par la moitié de ses teammates, et voici les Nuggets de retour à un tout petit point de leurs hôtes, en héritant même de la balle de match à quelques secondes du gong, qui n’est, pour les plus curieux, toujours pas sonné par la Boule de Fort Boyard. C’est finalement Gary Harris qui héritera d’une patate chaude à zéro degrés et quasi au buzzer mais qui manquera l’occasion de taper le braquo le plus swag depuis la Casa de Papel, laissant les Spurs enchaîner une troisième win de suite quand les Nuggets passaient pour leur part à trois revers consécutifs.

Victoire à l’arraché mais victoire quand même pour les Spurs, qui tenteront de capitaliser dans les prochains jours avec cinq de leurs sept prochaines rencontres à la maison. Pour les Nuggets c’est un nouveau pas en arrière dans l’optique de la première place à l’Ouest, et même une concurrence qui commence à se pourlécher les babines puisque le trio, notamment, Blazers- Rockets – Thunder n’est finalement plus si loin. Le programme de Denver pour cette semaine ? Deux déplacements en Californie pour y affronter les Lakers et les… Warriors, un bon test finalement pour savoir si les hommes de Mike Malone sont davantage au niveau d’une course au spot 1 plutôt qu’à celui d’une bagarre pour les places 2 à 5…

stats Nuggets stats Spurs

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top