Defensive Rankings

Défenseur de l’Année 2018-19 : le podium est en place, maintenant à qui le trophée ?

defenseur
Source image : Montage NBA League Pass

La fin de la saison régulière approche, et si les dés ne sont pas encore jetés pour le titre de Défenseur de l’année, les prétendants ont déjà bien posé leurs billes pour être dans la course. Certains ont faibli ou sont freinés par la case infirmerie, d’autres montent en puissance. Et pour continuer à mener cette course, Paul George, Rudy Gobert et Giannis Antetoukounmpo ont clairement le plus d’arguments à faire valoir pour remporter la timbale fin juin.

Bien sûr, d’autres défenseurs d’élite n’apparaissent pas dans ce classement, la faute à un bilan défensif collectif trop moyen pour vraiment prétendre repartir avec le DPOY. On pense bien sûr à PJ Tucker, Jarrett Allen ou LaMarcus Aldridge pour ne citer qu’eux. D’autres sont plus à l’ombre car des éléments importants du verrou de leur franchise, sans être pour autant la tête d’affiche. Chez les Pacers, le Thunder, les Bucks ou encore les Raptors, nombreux sont les joueurs à pouvoir postuler.  

Statistiques arrêtées au 3 mars 2019

10- Jrue Holiday (New Orleans Pelicans)

C’est toute la difficulté de jouer dans une équipe sous-médiatisée et qui est dans les profondeurs du classement. Individuellement, Jrue mériterait sa place dans le Top 5 et ESPN a dédié un format uniquement sur lui en défense, tant il impacte le jeu. Les joueurs sont unanimes, quel que soit leur poste : la peur d’être défendu par Holiday est réelle. Tous les grands du circuit y ont droit, si seulement il pouvait évoluer dans une franchise qui lui permette de jouer en mai et devant les plus grandes caméras…

Statistiques : 3,9 rebonds défensifs, 0,8 contre et 1,6 interception.

9- Joel Embiid (Philadephie Sixers)

Absent ces derniers temps pour blessure, Joel pourrait quitter le Top 10 mais il restera dedans sur la simple base de ses 50 premiers matchs. Le facteur intimidation est toujours aussi présent, on a vu pas mal de joueurs être effrayés à l’idée de s’attaquer à Embiid dans la raquette. Cependant, et il convient de le souligner, l’intérieur de Philly est aussi entouré de sacrés joueurs : Ben Simmons et Jimmy Butler, comme premier rempart, on a déjà connu bien pire. Ne devrait pas monter plus haut que cela.

Statistiques : 11 rebonds défensifs, 1,9 contre et 0,6 interception.

8- Al Horford (Boston Celtics)

C’est con que l’ambiance soit aussi infecte à Boston en ce moment, car entre Big Al et Marcus Smart, les Celtics ont droit à leur quantité habituelle de good plays dans leur propre moitié de terrain. Après un début de saison limité par des galères physiques, Horford est monté en température et c’est toute sa franchise qui a pu en profiter en janvier. Toujours aussi malin, toujours aussi polyvalent, toujours aussi important. On l’attendra de pied ferme en Playoffs.

Statistiques : 4,9 rebonds défensifs, 1,4 contre et 0,9 interception.

7- Paul Millsap (Denver Nuggets)

Toute la carrière de Paul Millsap se fera dans l’ombre, et c’est pas plus mal ainsi. Les Nuggets s’éclatent en attaque, Jokic est la darling de la Ligue, Murray régale, le banc aussi, tout le monde a droit à son shine. Mais pendant ce temps-là, Paulo fait son job avec toujours autant de discipline, aidant chacun de ses partenaires tout en étant capable de couvrir quasiment 5 postes. Globalement Denver a pas mal chuté en efficacité défensive collective, mais zéro doute à avoir sur l’investissement de Monsieur Cinquantefringues.

Statistiques : 4,8 rebonds défensifs, 0,9 contre et 1,3 interception.

6- Andre Drummond (Detroit Pistons)

C’est qu’on se marre souvent en le regardant jouer, prenant pour acquis son activité incessante et son moteur plein d’entrain. Mais Drummond a-t-il déjà mieux jouer en carrière que sur ces 15-20 derniers matchs ? Le type est partout. Et quand on dit partout, c’est partout. Numériquement, quasiment personne peut aller le chercher, avec sa triade de rebonds, contres et interceptions. Mais si en plus Detroit retrouve un peu de son jeu et va en Playoffs, va falloir peut-être lui donner un peu plus de crédit.

Statistiques : 10 rebonds défensifs, 1,8 contre et 1,7 interception.

5- Myles Turner (Indiana Pacers)

C’est au choix. Et c’est, quelque part, assez symbolique du taf réalisé par les Pacers cette saison. Au choix, entre Thaddeus Young qu’on a déjà mentionné par le passé, mais aussi Darren Collison et Bojan Bogdanovic. Bon, pour les deux derniers on ne va pas s’enflammer, mais en gros l’efficacité d’Indiana cette année en défense (2ème rempart de la Ligue) s’explique par l’impact de plusieurs hommes. On a juste envie d’en cibler un, car Myles Turner est aujourd’hui le contreur le plus prolifique de la saison : c’est pas de la chance, c’est de la défonce permanente à l’arceau. Intimidation totale.

Statistiques : 6,8 rebonds défensifs, 2,8 contres et 0,8 interception.

4- Kawhi Leonard (Toronto Raptors)

S’il n’est pas dans le trio de tête, comme le titre de ce papier l’indique, c’est pour le même point que celui évoqué ci-dessus. Kawhi évolue dans un groupe où les casseurs de dents ne se comptent plus. Jugez plutôt la gueule des pirates : Danny Green, Kyle Lowry, Serge Ibaka, Pascal Siakam… et maintenant t’ajoutes Marc Gasol. Il est évident que le patron reste Leonard, avec ses bras tentaculaires, ses mains disproportionnées et sa lecture impeccable. Mais l’impact du All-Star se fait ressentir moins lourdement en défense que lors de ses années dorées à San Antonio, et Toronto n’est que sixième collectivement cette année. Bouhou.

Statistiques : 5 rebonds défensifs, 0,7 contre et 1,8 interception.

3- Rudy Gobert (Utah Jazz)

Il va encore être dans le tiercé final, et ce sera totalement mérité. On l’avait vu chagriné par sa non-sélection au All-Star Game, peut-être que la remontada du Jazz au classement de la Conférence Ouest se verra dans le taf de Rudy en défense. On reste sur les mêmes bases, celles qui font péter des plombs à tous les scoreurs de la Ligue : intelligence dans ses placements, communication, choix parfaits lorsqu’il faut monter au contact ou juste intimider, bien dans ses pompes donc à l’aise sur switch, du Gobert dans le texte. Pas déconnant s’il fait le back-to-back, même s’il y a un peu d’écart aujourd’hui.

Statistiques : 9,1 rebonds défensifs, 2,2 contres et 0,9 interception.

2- Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks)

Le script va dans son sens, déjà car la défense des Bucks est devenue infernale depuis l’arrivée de Mike Budenholzer. Jouant sur un gros rythme, Milwaukee sait comment défendre intelligemment, mais la franchise du Wisconsin sait aussi à qui faire appel lorsqu’un stop doit être réalisé. Le Freak. Infranchissable, insupportable, avec une mentalité de gueudin devant son arceau et suffisamment de culot pour tester les arbitres, Giannis a ce rare package d’intensité et de justesse qui fait de lui un cauchemar défensif. On va juste dire, entre nous, qu’un autre trophée l’attend.

Statistiques : 10,3 rebonds défensifs, 1,4 contre et 1,5 interception.

1- Paul George (Oklahoma City Thunder)

Et c’est pour cette raison, mentionnée à l’instant chez le grand Grec des Bucks, que Paul George garde sa pole position. La saison en elle-même de Pidji est fabuleuse défensivement, le Thunder est dans l’élite, les résultats collectifs sont là, et on a vu l’ailier d’OKC annoncer ses matchups pour en faire des superproductions hollywoodiennes. James Harden ? Dans la poche arrière, tout en scorant de l’autre côté du terrain. George n’a jamais été aussi bien dans son corps et possédé en défense, toutes les cases sont cochées dès maintenant. Mais si on y ajoute le MVP qui devrait terminer à Milwaukee, alors on vote volontiers pour un DPOY qui finit dans l’Oklahoma.

Statistiques : 6,7 rebonds défensifs, 0,4 contre et 2,3 interceptions.

Les mois passent et les verrous restent. Le virage du All-Star Game derrière nous, les vrais candidats se retrouvent aujourd’hui pour la lutte finale. Paul George, Rudy Gobert et Giannis Antetokounmpo, le trophée devrait se jouer entre ces trois-là : c’est à eux de parler et à nous de penser à voter.

Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. killerdescore

    3 mars 2019 à 10 h 11 min at 10 h 11 min

    Anthony Davis : 2.5 contres /1.6 interceptions / 9.3 rebonds défensifs / 12.4 rebonds totaux ,ça se mentionne

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top