Lakers

Planquez-vous, LeBron James est prêt à tout casser : « J’ai activé le mode Playoffs et je n’ai peur de rien »

LeBron

Quand le King dit ça, ce n’est jamais bon pour la concurrence.

Source image : NBA League Pass

Actuellement dixièmes à l’Ouest, les Lakers ont 25 matchs pour remonter au classement et accrocher les Playoffs. Un challenge qui s’annonce difficile mais qui n’effraie pas LeBron James, au contraire.

Depuis le début de sa carrière, LeBron James a rarement été dans une telle situation. Habituellement, après le All-Star Break, il se prépare tranquillement pour les Playoffs avec son équipe. Sauf que cette année, il ne sait pas s’il va participer à la postseason avec ses Lakers. Solidement installée dans le top 8 de la Conférence Ouest avant sa blessure lors du match de Noël à Golden State, la franchise californienne s’est écroulée depuis et possède aujourd’hui un bilan négatif de 28 victoires pour 29 défaites. Les hommes de Luke Walton sont ainsi tombés à la dixième place avec trois matchs de retard sur les Clippers, huitièmes avec 32 succès pour 27 revers. Autrement dit, ça va être tendu pour accrocher les Playoffs, d’autant plus que le calendrier des Lakers est loin d’être le plus évident. Pour espérer continuer à jouer au basket après le 10 avril, date de fin de la saison régulière, LeBron va devoir sortir le grand jeu, dès maintenant. On a vu à quel point l’équipe de Los Angeles était dépendante de James en son absence, à lui désormais de faire le maximum pour permettre aux siens d’enchaîner les victoires et ainsi retrouver les Playoffs pour la première fois depuis 2013. Ça tombe bien, c’est ce qu’il compte faire, comme il l’a indiqué après l’entraînement de mercredi.

« Le mode a été activé » a-t-il déclaré en faisant référence à son niveau d’intensité en Playoffs. « Malheureusement, il faut que je le fasse beaucoup plus tôt cette saison, mais j’ai hâte de voir ce qu’on peut réaliser. […]

Je n’ai peur de rien. J’aime bien être dans une position inconfortable. Je suis même tombé amoureux de ça. »

Quand LeBron dit ça, ce n’est jamais très bon pour la concurrence. Ces dernières années, James avait pris l’habitude de se la couler douce en saison régulière pour garder de l’énergie et ensuite tout casser en Playoffs. Une stratégie payante, puisque James a souvent évolué à son meilleur niveau quand ça comptait le plus. Mais évidemment cette saison, c’est un peu plus compliqué. A l’Ouest, où la concurrence est beaucoup plus féroce que de l’autre côté des Etats-Unis, la marge d’erreur est bien plus faible. Le King ne peut donc pas se permettre ce luxe, ce qui nous promet une fin de saison énorme de sa part. Parce que le LeBron mode Playoffs, c’est quand même quelque chose. Demandez-donc aux Raptors, aux Celtics ou aux Warriors, trois franchises contre lesquelles James a particulièrement brillé ces dernières années. On risque donc de voir pas mal de cartons offensifs et de triple-doubles dans les dernières semaines de la saison régulière. Maintenant, il ne faut pas oublier que BronBron sort tout juste d’une longue absence et qu’il a 34 ans. On parle d’un phénomène physique mais il reste humain, et sa blessure à l’aine contractée fin décembre a servi de rappel pour ceux qui en doutaient. Il faudra donc rester un minimum prudent, même si on sent LeBron prêt à tout défoncer. En tout cas, s’il parvient à guider son équipe en Playoffs, ce ne sera pas pour faire de la figuration.

« Si on se qualifie en Playoffs, peu importe l’équipe qu’on va rencontrer, je pense qu’on aura une bonne opportunité. »

Allez, c’est parti pour 25 matchs avec un LeBron en mode Playoffs. Ça promet tout ça, et ça commence dès la nuit prochaine contre les Rockets. Houston, we have a problem.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top