Wizards

Bradley Beal a Washington dans le coeur et dans le sang : « c’est envers eux que je vais rester loyal »

beal wizards - pari
Source image : NBA League Pass

Si la NBA actuelle est dictée par le mouvement fréquent des joueurs, certains aiment persévérer au même endroit, coûte que coûte. C’est le cas de Bradley Beal, l’arrière de Washington a tenu des propos qui devraient faire boom-boom dans le coeur des fans des Wizards.

C’est devenu tellement rare qu’on en viendrait presque à se lever et applaudir de telles paroles. Et pourtant, il y a encore peu de temps, c’était la norme. Rester toute sa carrière dans une seule franchise ? Une perspective qui effraie de nombreux joueurs voulant exercer leurs droits d’agents-libres, un objectif qui émerveille d’autres joueurs souhaitant rompre avec le nouveau modèle qui se met en place. De LeBron James à Kevin Durant en passant par Anthony Davis ou d’autres, les monstres de la planète basket volent où bon leur semble et cela change des fondamentaux connus jusqu’ici en ce qui concerne la free agency. Alors que penser de Bradley Beal ? Le All-Star, qui représentera les Wizards ce dimanche lors du match des étoiles, est dans la capitale depuis 7 ans maintenant et n’a porté aucun autre jersey que celui de Washington dans sa carrière. Une relation longue-durée qui pourrait tout à fait changer quand on voit la situation globale des Wizards, avec notamment un management prêt à tout raser en commençant récemment par le transfert d’Otto Porter, mais qui ne perturbe pas plus que ça le jeune Bradley. John Wall dans les rumeurs ? Porter à Chicago ? Très bien, moi par contre j’aimerais vraiment rester ici. Voici, en sous-titrées, les paroles tenues par Beal lors de la session réservée aux médias sur ce All-Star Weekend, une semi-déclaration d’amour qui devrait faire ronronner les habitants de D.C. Demander un transfert et forcer toute une franchise à se retrouver dans un cyclone médiatique (coucou New Orleans), ce n’est pas trop la came de Biloute.

“Sauf si l’équipe considère qu’elle ne veut plus de moi un jour, je resterai ici à Washington. Je suis là. Je suis un membre des Wizards, chaque jour. Ils me payent et je dois me ramener prêt pour faire mon travail. Donc sauf changement, c’est envers eux que je vais rester loyal. […] Si je peux prendre ma retraite avec ce maillot, je le ferai. La loyauté compte énormément pour moi.

J’ai toujours pensé que si je demandais un jour un transfert, et que je n’étais pas transféré dans la foulée, il n’y a aucun moyen que je puisse jouer avec mes coéquipiers qui savent pertinemment que je ne souhaite pas être ici. C’est quelque chose d’hallucinant, pour moi.”

On me paye, je me ramène pour faire mon taf, je veux rester loyal, et à eux de décider ce qu’il y a de mieux pour la franchise. En terme de communication, difficile de faire mieux que Bradley, lui qui installe tout de suite les bases sur ses intentions afin que le management soit responsable en intégralité s’il y a quelconque mouvement futur. On l’a vu avec Otto, les prochains mois pourraient être agités dans la capitale, surtout concernant le dossier John Wall, lui qui va louper les 12 prochains mois suite à une rupture du tendon d’Achille. Il va donc falloir prendre des décisions, et notamment sur le cas Bradley Beal. Car si le garçon tient aujourd’hui ces propos, difficile de savoir si ce sera toujours le cas en enchaînant les galères au sein de la Conférence Est. Le point positif pour les fans du joueur et des Wizards ? Signé jusqu’en 2020 minimum (player option en 2021), on devrait avoir du Beal à foison à Washington sur les prochains mois. Ce n’est pas comme si le bonhomme était bientôt agent-libre. Mais on sait aussi qu’en terme de couverture, Anthony Davis avait opté pour la même approche à New Orleans, avouant son amour pour la Louisiane et témoignant son envie de réaliser de grandes choses chez les Pelicans. Aujourd’hui ? Bien des choses ont changé. On va donc prendre les propos de Beal avec spontanéité, en appréciant chaque mot pour leur poids venant d’un leader, et voir si le discours change au fil des saisons.

Bradley Beal a beau faire partie de la NBA en 2019, il ne semble pas vouloir agir comme la plupart des autres agents libres. Détermination aujourd’hui chez les Wizards, en attendant d’en savoir plus d’ici quelques mois…

Source : Chase Hugues – NBC Sports Washington

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top