News NBA

Kareem Abdul-Jabbar a son idée à propos du GOAT : « LeBron James n’est pas le plus grand, mais le héros d’une génération »

LeBron James cavaliers

Quand KAJ parle, on écoute !

Source : YouTube/NBA

S’il y a bien un débat qui peut faire exploser la planète basket en un temps record, c’est celui qui concerne le GOAT, c’est-à-dire le plus grand joueur de l’histoire. Si Michael Jordan est souvent considéré comme le big boss d’une manière générale, LeBron James s’est auto-attribué ce statut il y a quelques semaines. Forcément, cela a provoqué un tremblement de terre et a fait réagir beaucoup de monde, et notamment un certain Kareem Abdul-Jabbar.

Il y a environ un mois et demi, à travers sa plateforme Uninterrupted, LeBron James a sorti une déclaration pas vraiment comme les autres. Pour la première fois de toute sa carrière, le King s’est autoproclamé meilleur joueur de tous les temps. Par le passé, il avait déjà déclaré qu’il voulait s’asseoir sur le trône ultime et ainsi dépasser Michael Jordan dans l’esprit des gens, l’ancien numéro 23 des Bulls étant considéré par beaucoup comme le GOAT. Mais jamais, jamais LeBron avait osé dire qu’il était le plus grand de tous. Pour le Chosen One, sa victoire face aux Warriors en 2016 a fait toute la différence. Revenir d’un déficit de 3-1 face à la meilleure équipe de l’histoire en saison régulière, pour finalement l’emporter et ainsi briser la malédiction qui a frappé Cleveland pendant plus d’un demi-siècle, est l’exploit qui lui donne l’avantage sur toutes les autres légendes du jeu. En parlant de légende, Kareem Abdul-Jabbar s’est exprimé sur ce débat explosif dans un long papier qui a été publié récemment sur Newsweek. Et quand Kareem donne son avis, on écoute. On parle quand même d’un joueur qui a remporté six titres NBA durant sa carrière, ainsi que six trophées de MVP de la saison régulière, un record. On parle aussi du meilleur marqueur de l’histoire de la NBA avec plus de 38 000 points au compteur. Autrement dit, c’est un monument et il est donc plutôt bien placé pour causer sur le sujet, lui qui est d’ailleurs souvent oublié dans cette fameuse discussion du GOAT.

« C’est un peu décevant de l’entendre (LeBron) jouer ce jeu imaginaire. C’est comme si on demandait, quel super-pouvoir est le meilleur, voler ou être invisible ? On me pose la question plusieurs fois par semaine, et ma réponse est toujours la même : le jeu a tellement changé au fil des années qu’il n’y a pas de dénominateur commun qui prend en compte tous les paramètres. Donc désolé LeBron, tu n’es pas le GOAT, parce que le GOAT est une créature mythologique. C’est comme si on demandait, quelle est la taille de la corne d’une licorne ?

Mais LeBron James est le héros que cette génération a élevé au top des charts. Il a clairement gagné cette place, et le fait qu’il soit à cette place est une bonne chose pour nous tous. »

Pour Kareem, c’est tout simplement impossible de nommer un GOAT. Trop de changements au fur et à mesure des décennies, trop d’évolution dans le jeu. KAJ met donc un stop à la décla de LeBron, mais cela ne signifie pas qu’il rabaisse le King. Au contraire. A travers ses performances exceptionnelles sur les parquets et son impact en dehors, James est le « héros d’une génération » pour Abdul-Jabbar. Et ça, c’est déjà un sacré statut. Son immense palmarès, son leadership, sa persévérance pour rester au top au fil des saisons, sa régularité dans l’excellence et son éthique de travail font de lui le meilleur joueur actuel et le meilleur depuis de nombreuses années. Mais son implication dans la communauté et sa volonté de s’exprimer sur certains sujets sensibles de la société actuelle font de lui un « héros culturel » selon Kareem. Le fait d’ouvrir une école dans sa ville natale d’Akron pour les enfants défavorisés est sans aucun doute l’un des plus grands accomplissements réalisés par LeBron. Le fait d’utiliser son influence pour mettre en lumière certains problèmes de société comme le racisme et les inégalités sociales donne une nouvelle dimension à LBJ. Comme l’indique son slogan, James est bien plus qu’un athlète qui la ferme et qui dribble. Pour Abdul-Jabbar, James aide à combattre le cliché du sportif limité intellectuellement qui n’est bon qu’à jouer avec un ballon. C’est en ce sens que LeBron est passé du statut de très grand basketteur à celui de phénomène culturel pour toute une génération.

Dans le débat souvent stérile concernant le GOAT, Kareem Abdul-Jabbar apporte une nouvelle perspective très intéressante. Un avis à la fois réfléchi, cohérent, qui prend en compte non seulement l’aspect basket mais aussi l’influence du King en dehors du terrain. Comme le dit Kareem dans son article, chaque génération a besoin de son héros, et celui de la génération actuelle se nomme LeBron James.

Source texte : Newsweek

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top