Sixers

J.J. Redick se charge de calmer les Nuggets : 34 points à 6/7 de loin pour le sniper des Sixers, grosse victoire pour Philly !

J.J Redick

« Je suis le meilleur shooteur de l’histoire ».

Source Image : Youtube

Joel Embiid, Ben Simmons, Jimmy Butler et Tobias Harris, voilà le fabuleux quatuor aligné par les Sixers cette nuit. Pourtant les Nuggets ont réussi à se faire littéralement ouvrir par… J.J. Redick, aka la caution spacing de Philly. Huge win pour les hommes de Brett Brown face à une top équipe de la Ligue, on applaudit la performance.

On parle beaucoup, énormément même, des jeunes Sixers, de leurs recrues stars et de leur nouvelle armada qui semble pouvoir dominer l’Est, ou du moins venir toquer à la porte des grands. Mais au milieu de tout ça, celui qui est presque le plus régulier et qui maintient un certain équilibre dans l’attaque de son équipe c’est bien Jean Jérôme Biterouge. Avec ce match, il nous a prouvé une nouvelle fois qu’il le réel facteur X de ces Sixers. 34 points, 3 rebonds et 3 assists, le tout à 11 sur 15 au tir dont 6 sur 7 de derrière l’arc. La propreté incarnée. Un match qui fait penser à du Klay Thompson dans le style, toutes proportions gardées, avec cette efficacité maximale au shoot, très peu de dribbles posés et des kilomètres et des écrans avalés par paquets de douze. Le petit bonhomme progresse même encore à 34 ans puisqu’il est auteur de sa meilleure saison en carrière avec plus de 18 points par match. Mais durant ce match, il a carrément dévoré les Nuggets en plantant à tour de bras, notamment dans le troisième quart-temps durant lequel il a permis aux siens d’éviter un retour de leurs adversaires. Pourtant la défense de Denver n’était pas à la rue mais c’était juste trop facile pour lui, le cercle semblant faire la taille d’une piscine olympique. Du coup, l’ancien Dukie finit tout simplement meilleur marqueur du match, clairement l’un de ses meilleurs en carrière, et il parait pourtant que la défense de Mike Malone cette saison c’est autre chose que les Suns ou les Cavs.

De l’autre côté, les copains de Nikola Jokic ont bien trop mal commencé le match : un écart de 16 points dès le milieu du second quart-temps, on aurait presque pu croire que le match était plié. Heureusement pour eux, Niko s’est bien employé : un nouveau triple-double en 27-10-10, tranquillement, presque passé inaperçu, le onzième cette saison. Mais le duel tant attendu avec Joel Embiid n’a pas eu lieu. Le Camerounais a été très (trop) maladroit avec son 4 sur 17 au tir : RIP vos TTFL. Et dans la lignée de son pivot c’est toute l’équipe qui a manqué de concentration sur la durée alors que la défense des Pépites a resserré son étau au bout de 20 minutes de jeu. Résultat des courses : après une faute bête de Korkmaz à trois points sur le Joker, Denver était revenu à égalité. La rencontre va rester serrée jusqu’aux cinq dernières minutes du match où le 5 majeur hors-norme des Sixers va prendre le dessus sur le collectif toujours aussi bien huilé des hommes du Colorado. Une mauvaise rotation défensive de Malik Beasley qui donne un panier gratuit à Ben Simmons, un gros shoot pour Jimmy, un énorme contre sur Beasley et un panier sur la truffe de Jokic dans la foulée pour Embiid. Le star-system a pris le dessus, bien aidé par une nouvelle arrivée : celle de Tobias Harris. Le néo-pennsylvanien a réalisé un début de match canon avant de terminer sa performance par un gros shoot. Des débuts extrêmement prometteurs qui laissent entrevoir des possibilités de line-up assez folles pour Brett Brown. Au final les morceaux de poulets craqueront dans les dernières minutes après une belle lutte bien agréable pour les yeux. Troisième défaite de suite pour Denver, il va falloir se reprendre et vite, OKC arrive plein gaz dans le rétro.

J.J. Redick a frappé fort et les Nuggets n’ont rien pu y faire. Ces Sixers au nouveau visage avec un cinq majeur incroyable de qualité attaquent leur épopée vers les Finales NBA par une victoire très solide. On veut désormais en voir plus, parce qu’il paraît qu’il n’y a pas qu’à Philly que l’on s’est renforcé dernièrement…

sixers stats

stats nuggets

Source : NBA

1 Comment

1 Comment

  1. ropib

    9 février 2019 à 9 h 57 min at 9 h 57 min

    Ces nouveaux Sixers me semblent pouvoir avoir une défense d’enfer. Ils gagnent ce match malgré une précision assez pourrie, dans les tirs (pas uniquement d’Embiid), les passes, les écrans… rien n’était fait sereinement en attaque à part les tirs rapides de JJ. En début de match Denver n’a réussi à exister que grâce au manque d’adresse de Philadelphie qui mettait une pression défensive impressionnante, et par la suite ils ont compris comment exploiter les problèmes collectifs. Les Sixers doivent apprendre à savoir quoi faire avec le ballon tant les options sont devenues nombreuses… mais surtout il va falloir avoir envie de poser les écrans j’ai l’impression. Les Nuggets ont peut-être réussi à empêcher les Sixers de les poser mais j’ai eu l’impression que ce sont ceux-ci qui n’étaient pas appliqués voire oubliés.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top