Los Angeles Clippers

Les Clippers envoient le comeback de la saison chez les Pistons : 111-101, 39 points dont 26 en deuxième mi-temps pour Lou Williams

Lou Williams Clippers

Lou Williams, un des joueurs les plus clutch cette saison.

Source image : NBA League Pass

A 2’23 » de la fin du match, c’est d’un trois points que Lou Williams mettra les siens devant de neuf unités. 105-96. Une grosse minute plus tard, c’est de nouveau le bigame des Clippers qui viendra clôturer définitivement l’affaire d’un floater plein de sang froid. +11. L’écart final sera de 10 points en faveur des Californiens alors que Detroit en a compté jusqu’à 25 d’avance dans le deuxième quart ! Des Clippers à gros mental, des Pistons dans le mal et un Lou-Will aussi chaud que létal, voici les ingrédients de ce comeback incroyable.

Après un quart-temps, les Pistons menaient de 18 points. Blake Griffin était dans le rythme et Andre Drummond semblait parti pour dominer outrageusement sous les cercles puisqu’il avait déjà 8 points et 8 rebonds au compteur. A un peu plus de 5 minutes de la mi-temps, sur un nouveau tir lointain de Reggie Jackson, les hommes de Dwane Casey prenaient même 25 unités d’avance(54-29). Ils jouaient très sérieux, défendaient dur, ne perdaient quasiment pas le ballon et trouvaient les bonnes positions pour des shoots qui tombaient souvent dedans. A la pause, malgré un petit sursaut des Clippers, la bande de Motor City avait encore un matelas très confortable (65-47). Mais il ne faut jamais sous-estimer Doc Rivers quand il est dos au mur avec un groupe de soldats à emmener au combat… Oh que non ! On ne sait pas ce que le Doc a dit à ses gars dans le vestiaire mais cela a dû être suffisamment violent et motivant pour que Tobias Harris et compagnie reviennent sur le parquet avec la ferme intention de ne pas lâcher le steack.

Qu’est-ce que 18 points de retard finalement quand il reste encore 24 minutes à jouer ? Visiblement pas assez pour décourager les Clippers ! Il faut dire que les Pistons n’auraient pas pu moins bien gérer cette avance. Prenons Drummond par exemple. Un premier quart très costaud donc, un peu de repos en début de deuxième, puis il revient sur le parquet à 5’30 » de la mi-temps alors que son équipe mène très largement. Et là, il réussit l’exploit de prendre trois fautes en deux minutes. Certains nous parleront sûrement de coups de sifflets sévères, en attendant le pivot est tout de suite rappelé sur le banc par son coach. Après à peine une minute dans le troisième quart, Dédé réitère. Une faute, sa quatrième. Il passera les 11 minutes suivantes sur le banc. Et comme si ça ne lui suffisait pas, il fera la même dès le début du dernier quart pour finir par se faire expulser pour 6 fautes à 30 secondes de la fin après que Casey l’ait remis sur le terrain en fin de match. Résultat : un double-double qui ne pèse pas pour le numéro zéro des Pistons alors qu’il était parti pour poser un 20-20 des familles. Frustrant. Blake Griffin n’est pas à exempt de tout reproche non plus. 3 sur 12 de loin. Sérieusement Blake ? 12 tirs à trois points pris ? Et tu continues à shooter de loin même quand ton équipe n’arrive plus à scorer et et que tu peux détruire physiquement tous les intérieurs adverses ? Décevant le rouquin volant également.

Reggie Jackson signe lui un très bon match (29 points et 9 passes décisives) mais quand sa paire de molosses ne fait pas suffisamment le boulot, Detroit est en danger. D’autant plus qu’en face, les Clippers n’ont donc rien lâcher. Ils ont tout fait pour rester dans le match, ils ont grignoté leur retard petit bout par petit bout sans que les Pistons ne réagissent. L’écart n’était plus que de 11 points à l’aube des douze dernières minutes. Constatant la méforme de ses titulaires, notamment Tobias Harris (3/12 au tir), coach Rivers ne va pas hésiter à impliquer largement son banc. Très bonne inspiration : sur les 111 points marqués par les Clippers, 80 l’ont été par des remplaçants et donc presque la moitié par monsieur Lou Williams. Quand il revient sur le parquet dans le quatrième quart, les hommes de la Cité des Anges ont recollé à 91 partout. Et c’est là que l’arrière au numéro 23 va décider de lancer un véritable show qui va finir de climatiser une Little Caesar Arena déjà pas très bruyante. Lou va marquer 18 des 20 derniers points de son équipe. Les deux autres points seront l’oeuvre de Montrezl Harrell sur une passe de ? Lou-Will bien sûr. Il va tout faire à la défense de Détroit. Bombes de loin, fautes provoquées, lancers transformés, floaters, tirs à m-distance en déséquilibre… La panoplie complète du scoreur en feu et les Pistons vont totalement craquer. Monstrueux d’efficacité et de clutchitude le Lou, alors qu’il avait démarré son match de manière correcte avec 13 points en première mi-temps, il va en poser 26 en deuxième pour 39 au final et être ainsi le grand artisan d’un comeback énorme, confirmant sa capacité infernale à scorer dans le dernier quart (deuxième de la ligue derrière James Harden cette saison).

Un comeback qui va donner encore plus de confiance aux Clippers dans leur lutte pour un spot en Playoffs au sein de cette jungle qu’est l’Ouest. Un comeback qui va être très dur à digérer pour un groupe de Pistons qu’on a de plus en plus de mal à imaginer passer la Trade Deadline de jeudi prochain sans le moindre changement. 

boxscore Clippers

boxscore Pistons 2

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top