Thunder

Paul George se rapproche encore de la perfection : 43 points à 14/23 dont dix bombes du parking, et le mec ne s’est même pas énervé

Il y a deux types de scoreurs en NBA. Ceux qui aiment avoir le ballon entre les mains pendant vingt secondes dans les mains avant de déclencher un tir souvent victorieux, surtout quand ces mecs-là ont de la barbe, et il y a ceux qui laissent un peu plus le jeu venir à eux, avant d’envoyer le pâté dès que la gonfle arrive dans leurs mimines. Paul George fait partie de cette deuxième catégorie, et il a encore aveuglé tout le monde cette nuit grâce à une performance une nouvelle fois étincelante.

I-nar-rê-table. Et tellement beau. Car ce ne sont pas uniquement des chiffres que Paul George propose quasiment chaque soir depuis le débutd e la saison, c’est carrément un état d’esprit. Une espèce de princesse des neiges, libérée de ses chaines et délivrée de ses hayons, bien aidée par un Russell Westbrook qui a su se reconstruire pour faire de la place à un vrai leader d’attaque, peine perdue depuis le départ de  à Golden State de l’homme dont il ne faut pas prononcer le nom. Cette nuit ? Paulo a encore été intouchable, intouchable d’adresse, d’élégance et de sérénité. Parti sur les chapeaux de roue, le type y est tout simplement resté tout le match, terminant la rencontre avec le scalp d’un Heat bien trop tendre et une nouvelle victoire donc pour une équipe qui se positionne de plus en plus comme l’équipe poil à gratter de la Conférence Ouest. A peine le temps de laisser Dennis Schroder uriner sur le deuxième quart avec 24 (!) points pour un total de 28 au final, Paulo se gardera quand même le half-time game winner avant de repartir faire tourner son entreprise de démolition. Jugez plutôt au final :

43 points à 14/23 au tir dont 10/16 du parking (record de franchise) et 5/6 aux lancers, 7 rebonds, 5 passes, 2 steals, pas de forçage et pleine de sourires

Le genre de ligne de stats à faire fermer la boutique à un assureur, rapport au manque de malus toussa, et surtout une ligne de stats qui montre que parfois… personne ne peut stopper cet homme. Le Heat est pourtant authentifié plutôt comme une équipe dure au mal, mais toute la soirée Paulo a semblé trottiner sur la Floride toute entière, en prenant les bons choix et en ne tirant pas forcément la couverture à lui. Méritait-il d‘être starter au All-Star Game ? Oui. Mériterait-il de grimper un peu dans la hiérarchie des meilleurs joueurs de la Ligue ? Probablement mais les freaks veillent. Russell Westbrook a en tout cas – une nouvelle fois – validé très vite son triple-double avec au final 14 points, 12 rebonds et 14 passes et le Thunder pointe aujourd’hui à 33-18 en étant sûr de ses forces, de bonne augure pour la suite des événements.

La suite pour OKC ? Allez, jusqu’au All-Star Game ? Trois déplacements à Houston, Boston et New Orleans alors que Memphis, Orlando et Portland rendront visite à la Chesapeake Arena. De quoi se mettre bien avant le All-Star Break, et mercé Paul George.

stats Heatstats Thunder

1 Comment

1 Comment

  1. BLADE

    2 février 2019 à 23 h 02 min at 23 h 02 min

    Je comprends pas qu on se pose encore la question niveau hiérarchie all league…
    C est le seul à être à la foi aussi classe, beau à regarder jouer, altruiste il en fait pas trop juste quand il faut, clutch a souhait, une réussite au tire et pas une de forcer… Il est l antithèse parfaite de Harden prouvant qu on peut alier scoring intelligence et jeux collectif et tout ça sans s appuyer sur un physique cheaté

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top