Bucks

Les Bucks remportent le main event de la nuit face à Houston : 116-109, 70 à 24 dans la peinture, ça aide de s’appeler Picasso

pablo picasso

Ça lui va bien la marinière à Giannis.

Source image : Shutterstock / Bangkok happiness

Ce choc annonçait du gros lourd, notamment grâce à la rencontre attendue entre les deux principaux favoris dans la course au trophée de MVP. Deux équipes en haut, voire tout en haut, de leurs conférences respectives, et un match qui se devait d’être offensif comme jaja, comme on disait si bien en 2015. Globalement la rencontre aura été loin d’être décevante, du moins selon le coté duquel on se place…

Giannis Antetokounmpo vs James Harden, c’était un petit peu le duel entre le marché du mercredi et celui du samedi. Le marché du euro-step fae au marché du step-back, avec une médaille décernée à celui qui arriverait à scorer sans faire cinq pas. Des marchers il y en aura d’ailleurs eu quelques uns de sifflés, comme si les refs avaient eu la consigne d’être vigilants, occasionnant quelques grimaces all-time pour les deux stars qui auront donc découvert une nouvelle règle cette nuit. Mais au rayon des découvertes, si les Bucks sont finalement repartis avec la victoire, ce sont bien les Rockets qui pourraient sortir grandis de ce match car Mike D’Antoni se couchera dans quelques heures avec une information essentielle en tête : marquer des points dans la raquette est plutôt utile au jeu du panier-ballon. Les gros trois c’est bien, les gros trois en alternance avec du jeu intérieur c’est mieux, et c’est ce que Mike Budenholzer semble avoir compris un peu plus vite que sa match-up du soir. Le bilan des courses, ou plutôt du massacre de la nuit ? 70 points dans la raquette pour les Bucks, et… 24 pour les Rockets, Coach Bud ayant pu compter une nouvelle fois sur la longueur de ses freaks pour faire le job (21 rebonds pour Giannis Antetokounmpo, l’aide précieuse d’Ersan Ilyasova et une centaine de drives victorieux d’un très bon Malcolm Brogdon). Les Rockets ? Tout est beaucoup plus dur lorsque Clint Capela n’est pas dans une forme olympique, et on lui pardonnera d’ailleurs volontiers après la série de matchs de niveau All-Star qu’il vient d’envoyer depuis quelques semaines. Houston était pourtant bien revenu hein, mais difficile de l’emporter face à une si grosse écurie sans faire preuve d’un minimum d’alternance, les presque 50 tirs tentés à 3-points étant le symbole de la défaite du soir quand ils peuvent pourtant, parfois, être celui d’une victoire. Mais ça c’est quand on  a quelque chose d’autre à proposer, n’est-ce pas Gerald Green.

Le duel des potentiels MVP ? Il aurait bien pu tourner à l’avantage du barbu texan, quand ce dernier inscrivit une bonne partie de ses seize tirs lointains ce soir, lors d’un deuxième quart de feu et sur la toute fin de match. La fin du match qui montrait d’ailleurs le bout de son nez, les Rockets s’étaient rapprochés à 106-109 à grands coups de bombinettes de leur gaucher magique, mais une fois de plus c’est l’obstination du tir primé qui causait leur perte. James Harden finira sa partition avec 42 points à 13/30, 11 rebonds, 6 passes et 9 turnovers (quatorzième match de suite au dessus des 30, y’a un record de Kobe qui se rapproche…), mais trop peu donc pour contrer la furia collective des Bucks, portée par deux hommes essentiellement. Malcolm Brogdon donc, en forme olympique cette saison et encore plus en 2019, season high égalé à la clé, et évidemment Giannis Antetokounmpo, transformé cette nuit en aspirateur Athena de chez Dyson avec ses 27 points et 21 rebonds, nouvelle démo de ses aptitudes physiques dans un monde décidément trop fragile pour ses longs et grands bras.

Un troisième quart géré en mode patron, et les Bucks repartent donc de Houston avec une victoire référence qui les conforte à la place qui semble être définitivement la leur cette saison : cador de l’Est. Pour Houston c’est un faux pas dérangeant mais qui intervient au cœur d’une période plutôt très positive, et les prochains adversaires de la Barbe et de tous ses petits poils camarades pourraient bien prendre tarif en guise de vengeance. L’essentiel est en tout cas sauf pour cette nuit puisque l’on a vu un vrai bon match de basket, enfin… selon le côté duquel on se place. Allez, café.

stats bucks stats rockets

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top