Pacers

C’est l’heure du bon test pour les Pacers : déplacement à Toronto puis Boston, bienvenue dans l’élite

Pacers
Source image : NBA League Pass

Discrètement installés sur le podium de la Conférence Est, les Pacers ont aujourd’hui quelques gros défis à relever pour bien démarrer 2019. Zoom sur la bande d’Indianapolis, avant quatre soirées intrigantes.

Loin de la hype, loin des grands titres, loin des yeux de tous en comparaison avec l’an dernier, les potes de Victor Oladipo sont pourtant sereins, bien dans leurs pompes, posés à la troisième place de l’Est au moment où ces lignes sont écrites. Oui, ces Pacers, qui ont dû se démerder sans leur All-Star pendant plusieurs rencontres, sont aujourd’hui plus que confiants en leurs capacités, et cela tombe bien car celles-ci vont être testées. Ces derniers temps, non pas que la vie a été un long fleuve tranquille pour Nate McMillan et ses hommes, mais disons qu’il n’y avait pas de quoi en faire une caisse : victoires contre Brooklyn, Detroit, Chicago, Atlanta et Washington, cimer. Pas de quoi bomber le torse quand on vise le mois de mai en Playoffs, et qu’on est censé taper ces équipes plus faibles. Les vraies rencontres marquantes ? Un trio de la muerte mi-décembre, qui voyait les Pacers battre Philadelphie, battre Milwaukee mais perdre contre Toronto. Par conséquent, lorsqu’on regardait Indiana droit dans les yeux, on voulait vite démarrer 2019 pour se donner une réelle idée du plafond de cette équipe. Maintenant que Victor est de retour et en pleine forme, jusqu’où cette troupe peut aller ? Et même si quelques gros succès ont été validés depuis le début de la saison (Pipo sur la tête des Celtics), quels moments marquants créer afin de reprendre le spot de la darling respectée, ce spot qui leur avait été donné avec de chauds applaudissements l’an dernier ? Ces moments, il va falloir les créer, et dès maintenant.

Quatre matchs dans quatre arènes très différentes, mais avec quatre objectifs très précis et importants. Toronto, Cleveland, Boston puis New York, here we come. Déjà les Raptors, ce soir, qui seront probablement exténués en back-to-back mais ne sont jamais aisés à prendre chez eux. Les Canadiens seront chauds pour se farcir Pacers et Bucks en l’espace de 24h, et même sans Kawhi Leonard en face il faudra assurer from start to finish. Gagner en terre hostile sera déjà un beau challenge à relever. Avant d’enchaîner à Cleveland, terre où les derniers Playoffs ont eu lieu pour Bojan Bogdanovic et compagnie. Pas de stress normalement dans ce genre de rencontre, Indiana doit dérouler, et vite. Car une fois le match terminé, il faudra prendre l’avion et foncer à Boston, afin de jouer les Celtics, chez eux, en back-to-back. Les Pacers ont montré l’an dernier qu’ils n’étaient pas effrayés par l’ambiance du TD Garden, cette fois il faudra faire pareil mais avec des jambes nettement plus lourdes. Et contre un rival de la Conférence Est qui n’a qu’une chose en tête, remonter au classement en écartant les équipes mieux placées aujourd’hui. Enfin, le petit roadtrip se terminera au Madison Square Garden où Domantas Sabonis a déjà fait du sale en début de saison, quitte à ponctuer le tout avec un show dans la salle la plus médiatisée de toute la Ligue, autant y aller à fond. Le plus beau des résultats serait, pour Indiana, de sweeper ses quatre déplacements, histoire de mettre la pression sur Toronto au classement et avertir les médias qu’il ne faut pas prendre ces Pacers à la légère. En sont-ils capables ? Oui. Est-ce à eux de jouer ? Parfaitement.

L’étincelle du premier jour n’est plus la même, et il faut donc redoubler d’efforts dans ces cas là. Les Pacers doivent taper du poing sur la table et s’affirmer dans l’élite, cela passe par de gros résultats sur ce roadtrip.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top