Pelicans

Scènes de liesse à la Nouvelle-Orléans : Elfrid Payton est de retour, c’est AD qui va être content

Elfrid Payton

Le retour du franchise player des Pels. Anthony Who ?

Source image : NBA League Pass

De retour pour le soir du réveillon dans la victoire de siens face aux Wolves, Elfrid Payton va pouvoir récupérer sa place de titulaire au sein des Pelicans. En espérant qu’il permette de relancer l’équipe qui galère un peu au niveau des résultats, dans une sale Conférence Ouest.

Après seulement cinq petits matchs disputés en début de saison, la malédiction des blessures frappait encore la Louisiane : et cette fois c’est Elfrid Payton, fraîchement signé à la free-agency pour 1 an et trois millions de dollars, qui fut la victime. Au final, 10 matchs d’absence et un retour en pleine forme… mais pendant 8 minutes. Une fracture du doigt qui va contraindre Elfrid à rester éloigné des terrains durant 22 nouveaux matchs jusqu’au soir de la Saint Sylvestre, celui de son retour à la compétition. Un comeback en douceur avec 24 minutes de jeu, histoire de retrouver le rythme, ponctué par une victoire face à Minnesota (123-114) et surtout un bon match pour Payton avec 9 points et 6 passes décisives. Une nouvelle victoire qui porte le bilan de son équipe à 6 victoires pour 1 défaite quand ce dernier joue, contre 11 victoires et 20 défaites sans le meneur de jeu. Des résultats qui peuvent s’expliquer par la faible profondeur de banc des Pelicans qui les contraint, dès lors qu’un titulaire se blesse, à voir la qualité de son effectif baisser considérablement. En effet, si on respecte Tim Frazier, le remplaçant de Payton, il n’a pas le calibre d’un meneur titulaire en NBA. Jrue Holiday, Anthony Davis et Julius Randle ont beau se démener et faire des performances incroyables, la qualité des joueurs qui les entourent est insuffisante pour espérer gagner plus de matchs.

Or la présence de l’ancien winner de  la coupe de cheveux la plus ridicule de toute la Ligue apporte à cette équipe une énorme densité physique sur le backcourt, lorsqu’il est aligné avec son copain Jrue, qui leur permet de contribuer au rebond de manière très efficace pour des arrières mais surtout de proposer une grosse défense. De plus, le sens du jeu et le playmaking des deux hommes permet aux Pels de s’éclater dans ce jeu ultra-rapide proposé par New-Orleans. Si les statistiques du kid ne sont pas incroyables, seulement 9,6 points et 5,4 passes décisives par match (c’est moins que ses moyennes en carrière), Elfrid n’a jamais semblé aussi bon que cette année, lui qui doit prouver qu’il peut être un meneur sérieux en NBA et aller chercher le contrat qui va avec ce statut en juillet. Et si l’on intéresse aux statistiques d’ailleurs, une retiens particulièrement l’attention : sur un faible échantillon, Elfrid Payton shoote cette saison a 40% de loin. Oui, oui vous avez bien entendu. Certes, on n’a pas eu assez de matchs pour en faire une conclusion hâtive (seulement 1 tir et demi par match en 7 matchs) mais si Elfrid peut devenir un shooteur capable c’est sûrement dû à son changement de coiffeur ça lui permettra de plus peser sur les défenses et par exemple libérer un peu d’espace pour Anthony Davis. Un retour auquel va bientôt s’ajouter celui de Nikola Mirotic qui était en feu sur les premières semaines de compétition et qui va, on espère, lui aussi contribuer au retour en forme des Pels en ce début de nouvelle année.

La Nouvelle-Orléans récupère donc enfin son meneur de jeu et espère se relancer grâce à son retour et revenir dans la course aux Playoffs dont ils ne sont clairement pas encore éliminés malgré leur dernière place à l’Ouest (les Suns ne jouent pas au basket). Un mois de janvier décisif se profile pour eux et Elfrid Payton va devoir cartonner. Au boulot.

Source texte : NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top