Jazz

Rudy Gobert a écoeuré les Knicks : 25 points et 16 rebonds en 25 minutes, fallait pas l’énerver

Rudy Gobert
Source image : NBA League Pass

Y a-t-il un lien particulier avec les Knicks ? Il faudra lui demander. Car une nouvelle fois, Rudy Gobert a été insolent avec la franchise new-yorkaise, assommant David Fizdale et ses hommes… en une mi-temps.

Les dégâts étaient déjà trop nombreux pour en faire davantage. Sincèrement, ce n’était pas la peine d’en rajouter. Et c’est peut-être pas plus mal, d’ailleurs, car sinon les Knicks auraient probablement mangé une des lignes de stats les plus épaisses de toute la saison. Aucune exagération pour celles et ceux qui ont vu la rencontre, Rudy était tellement au-dessus en première période qu’il n’avait pas vraiment besoin de participer à la seconde mi-temps pour prolonger le massacre. Jugez plutôt. Un petit 71 à 34 pour le Jazz (!) au moment de rentrer au vestiaire, et une première partie à 24 points et 13 rebonds pour Gobert, rien que ça. Oui, pour ceux qui découvriraient la ligne finale de RG27 ce matin, il s’agissait en fait de son rendement à la pause. Il faut dire que les Knicks n’avaient aucune solution pour la taille et les segments du Français, pourtant bousculé par un Frank Ntilikina qui profitait du rencard pour monter au dunk sur lui. Pas de faute de frappe, Frank est bien monté au tomar sur Gobert, mais il s’agissait là du seul rayon de soleil des visiteurs sur cette longue soirée, New York se faisant marcher dessus par le pivot du Jazz. Dunk sur dunk sur dunk, rebond sur rebond sur rebond, on avait du coup droit à un petit flashback de ce que Wilt Chamberlain pouvait donner certains soirs, en étant entouré de nains sur le parquet. Quand vous claquez un 24-13 à 10/11 au shoot en une mi-temps, ça donne ce genre d’impression, sans faire d’outrageuse comparaison.

Conséquence de tout ce bordel, et d’un massacre acté en 24 minutes, l’ami Rudy n’a pas eu à jouer davantage. En seconde période, le Jazz a fait tourner et c’est donc chacun qui a participé à la nouvelle victoire de Utah. Autre homme fort de ce succès ? Dante Exum, catapulté dans le cinq majeur suite à l’absence de Ricky Rubio, l’Australien n’a pas tremblé et s’est offert un chouette double-double en bon créateur (13 points, 13 passes). De quoi redonner le sourire aux fans, eux qui ont aussi pu compter sur Thabo Sefolosha et Derrick Favors en double-double histoire d’enfoncer les Knicks dans une merde profonde. On a bien dit redonner le sourire, car si le match de Noël avait été joliment remporté par un Jazz là aussi porté par Gobert, la soirée avait été beaucoup plus longue contre Philadelphie. Malmené par Joel Embiid, le tricolore s’était même fait chahuter médiatiquement par le pivot des Sixers, ce qui a forcément titillé l’esprit de compétition du garçon de Saint-Quentin. Malheureusement pour la Bug Apple, ce sont les Knicks qui ont mangé. Mais il va falloir dupliquer ce genre de performance par la suite, car Utah embarque pour un roadtrip de 4 matchs, avec Toronto, Cleveland, Detroit et Milwaukee au menu. Pas de quoi se marrer, pas de quoi faire de contre-performance, surtout à l’intérieur.

Après avoir planté 35 points sur les Knicks par le passé, son record en carrière au niveau du scoring, Rudy Gobert a claqué un 24-13 en une mi-temps, histoire d’asseoir un peu plus sa domination sur NYC. Fallait pas le titiller, merci Joel.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top