Los Angeles Clippers

Tous aux abris, Tyronn Lue is back… aux Clippers : Doc Rivers ne laisse pas son pote en galère et l’intègre au staff

Tyronn Lue cavaliers

Quand tu passes du fond de l’Est au top 5 de l’Ouest.

Source image : youtube

La fin de l’aventure dans l’Ohio a été assez brutale pour Tyronn Lue. L’ancien coach des Cavaliers, pourtant champion en 2016 et plusieurs fois finaliste en laissant LeBron coacher, s’est tout simplement fait virer au bout d’à peine quelques matchs lors de cette nouvelle régulière. Mais il ne sera pas resté très longtemps hors de la Ligue, puisque Doc Rivers vient de lui offrir une petite place dans le staff des Clippers. Rivers & Lue : ça pourrait être une série comique, mais c’est un coaching staff en NBA.

Les derniers instants de Tyronn Lue à Cleveland n’ont pas été super bien gérés, que ce soit au niveau du jeu sur le terrain ou du timing étrange de son licenciement, cinq petits matchs après le début de la saison. En même temps, les Cavs se faisaient déchirer par toutes les teams qu’ils croisaient (aucune victoire sur les six premiers matchs) et la nécessité d’un nouveau cycle était criante depuis le départ de LBJ. Seulement, quand on est coach NBA, les offres d’emplois ne tombent pas par dizaines. Surtout que, sans remettre en cause ses qualités d’entraîneur (encore que ça se discute hein…), Tyronn Lue est loin de s’être construit l’image d’un grand leader, mais plutôt celle d’un gars qui aurait pour principal atout d’être toléré sur le banc par le King. Ceci dit, ça peut suffire pour gagner un titre en tapant l’équipe au record de victoires en régulière. Heureusement pour lui, Tyronn Lue peut compter sur l’amitié d’un autre fin tacticien : Doc Rivers, qui l’a appelé à intégrer le coaching staff des Clippers dans un « rôle informel » d’observateur et de conseiller, comme il le précisait dans le Los Angeles Times ce lundi. Le duo infernal est de retour ! Parce que l’histoire entre les deux hommes ne date pas d’hier et le Doc avait abordé leur relation, dans une interview accordée à Marc J. Spears pour The Undefeated, à la suite de son licenciement.

« J’ai littéralement pleuré quand Ty Lue a gagné son titre avec les Cavs en 2016. Je l’ai coaché pendant 10 matchs à Orlando. Et je lui ai dit, ‘Appelle-moi lorsque tu seras cuté, et c’est pour bientôt.’ parce qu’il commençait à être en fin de carrière. Ty m’a appelé mais nous n’avions pas de poste disponible. Je suis allé dans le bureau de Danny [Ainge] et je lui ai dit que nous allions embaucher Ty Lue. Il a dit ‘Où ?’, j’ai répondu ‘Je ne sais, mais nous allons lui faire une place, parce qu’il a ce petit quelque chose en plus.’ […] Il m’a suivi à Boston, puis aux Clippers, avant d’aller à Cleveland et de gagner un titre… Pour moi, c’était aussi bien que si j’avais gagné un titre. »

Alors c’est peut-être pas toujours joli sur les parquets ces dernières années, mais l’amitié est vraiment sympa à voir. En fait, on pense qu’ils sont les deux seuls à comprendre leurs systèmes : des sortes d’âmes-sœurs incomprises du coaching. Une belle amitié donc, qui dure depuis 2003 et le passage de Tyronn Lue à Orlando sous les ordres de Doc Rivers et qui va se poursuivre aux Clippers, maintenant que le coach de Los Angeles a volé au secours de son poulain. Pour Tyty, c’est sûrement la meilleure chose qui pouvait arriver : retrouver rapidement un rôle en NBA, qui plus est dans une team qui affiche d’excellents résultats (17 victoires pour 13 défaites) et pointe à la sixième place de l’Ouest. Une bonne alternative pour se refaire une image et reconstruire une crédibilité en attendant de voir un poste de head coach se libérer et, pourquoi pas, retrouver un banc.

Retour aux Clippers pour Tyronn Lue qui ne sera pas resté bien longtemps sans rôle en NBA, grâce à celui qui l’avait fait entrer dans le monde fermé du coaching en NBA. Observateur et conseiller, c’est-à-dire le même rôle qu’aux Cavs, Ty atterrit dans une équipe solide de la Conférence Ouest pour reformer son tandem avec Doc Rivers : probablement le duo le plus iconique depuis Shirley et Dino.

Source texte : Los Angeles TimesThe Undefeated

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top