Raptors

Toronto sweepe les Warriors avant les retrouvailles de juin : 113-93… à l’Oracle… sans Kawhi Leonard… et puis quoi encore

Kyle Lowry Toronto Raptors

Pff… c’est ça la meilleure équipe de la ligue ?

Source image : NBA League Pass

Cette nuit, à l’Oracle Arena, avait lieu le gros choc que tout le monde attendait : la seconde manche entre Toronto et Golden State, pour ce qui sera de plus en plus sûrement… la prochaine finale NBA, à moins que les Celtics ou le Magic ne s’en mêle. Et TrashTalk était même sur place pour profiter du spectacle dans un match qui s’annonçait épique… ou pas. 

Le temps de s’installer sur un siège à proximité du terrain et c’était parti pour une soirée à l’Oracle Arena. Deux équipes qui débutent une rivalité grâce à une hype montante pour les Canadiens et une victoire de quelques points sur les champions il y a peu, tout était réuni pour voir un match plein. Stephen Curry était absent lors de la première manche et on était impatient de voir le chef en action. Le Splash Brother semblait d’ailleurs particulièrement en forme au moment d’attaquer cette rencontre.

Sans doute s’est-il trop échauffé puisqu’en match, la mécanique s’est totalement grippée au point que toute l’équipe a été contaminée. On le sait, ce groupe marche grâce à son tir extérieur et malheureusement il y a toujours des soirs sans, et celui-ci en était un. Que ce soit Curry ou Thompson rien ne rentre, même avec des shoots ouverts, et c’est toute l’équipe qui plonge (23% à longue distance ce soir) : un brin de maladresse qui empêche l’Oracle de s’électriser comme elle sait si bien le faire et du coup ce sont les Raptors qui profitent de cette faiblesse pour prendre les devants très tôt dans le match. Menant déjà de neuf points à la fin du premier quart-temps, ils vont enfoncer le clou pour mener de seize unités à la mi-temps. Autant vous dire qu’on était cloué face à ce mini blow-out qui nous passait devant les yeux. La seconde mi-temps ne fera aucune différence, les deux équipes maintenant un écart d’une quinzaine d’unités, tantôt vers le vingt, tantôt vers le dix, pour finalement envoyer les réservistes à cinq minutes du terme alors que l’écart est monté à vingt-trois points pour Toronto. L’Oracle Arena se vide petit à petit et point final à la déroute de la soirée, les quelques fans des Dinos qui ont réussi à trouver une place jouant même les ambianceurs dans les travées à moitié désertées.

Si Kevin Durant a tenu son rang ce soir avec une performance désormais classique pour lui (30 points, 7 rebonds, 5 passes), on ne peut pas en dire autant du reste de l’équipe à commencer par les Splash Brother qui cumulent 24 points à eux deux, le tout en shootant à 10/29 dont 2/13 de loin ! De là à dire que notre présence les a perturbé, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas. On peut aussi mentionner les 17 pertes de balles, monnaie courante chez les Warriors et ce, depuis bien longtemps. Côté Toronto par contre, tout roule, puisque non contents d’avoir battu le champion deux fois en deux matchs, ils l’ont cette fois fait avec la manière, en sortie d’un back-to-back et sans Kawhi Leonard, leur arme offensive numéro une et chien de garde de Kevin Durant à ses heures perdues.

Golden State risque de passer une très mauvaise nuit après sa performance plus que moyenne du soir. Il faudra se reprendre dans deux jours, ce sera à Sacramento, une défense un peu plus ouverte que celle des Dinos. Les Raptors, quant à eux, vont poursuivre leur ballade dans l’ouest avec une escale à Portland, encore un gros morceau, mais pour des Dinos qui mordent à nouveau rien d’impossible. 

Boxscore Warriors

Boxscore Raptors

1 Comment

1 Comment

  1. Anthropocène

    13 décembre 2018 à 15 h 49 min at 15 h 49 min

    Ouai enfin on sait bien comment ça se termine à la fin hein…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top