Sixers

Jimmy Butler revient sur le practice avec les Wolves : un seul tir tenté dans cette leçon, le respect s’envole

Jimmy Butler Buckets

On attend les retrouvailles avec impatience.

Source Image : ESPN / Youtube

La saga Jimmy Butler et Minnesota Timberwolves a tenu en haleine tous les fans de NBA pendant une belle partie de ce début de saison. L’histoire a pris une nouvelle tournure quand Buckets s’est mis en tête de forcer son transfert. Et un épisode a particulièrement marqué les esprits : le practice musclé et bruyant de Jimmy Butler qui, avec les remplaçants, cassa la gueule des titulaires. Sur le terrain comme dans la vie, il ne lâche jamais rien et revient donc, encore, sur cet entraînement dans The J.J. Redick Podcast de The Ringer.

Jimmy Butler a foutu le zbeul aux Wolves, c’est pas nouveau, on a écrit en long et en large là-dessus sur le site. Que ce soit en coulisses où certains voulaient le refourguer quand d’autres souhaitaient le garder à tout prix, en match où il se muait notamment en fan de l’équipe adverse, ou encore sur le terrain d’entraînement sur lequel il s’était donc permis de donner une leçon de jeu et d’intensité aux titulaires avec l’équipe des remplaçants. C’est sur cette histoire pleine de trashtalking, de coups de pression et d’humiliation que Jimmy Butler revient au micro de son nouveau partenaire aux Sixers, J.J. Redick :

« Le détail le plus intéressant de cette histoire, que personne ne sait : je n’ai shooté qu’une seule fois. Je dominais. Des passes, boom, boom, boom. Des interceptions, des contres, mais je n’ai tiré qu’une seule fois. […] Je ne faisais qu’aboyer. Je parle toujours, peu importe la situation, je suis toujours en train de parler pour dire à quel point personne ne peut me stopper : c’est mon truc. Cette fois-ci était un peu différente à cause de l’équipe dans laquelle j’étais. Je voulais simplement faire passer un palier. »

Pas peu fier le Jimmy, et on devine, on entend même, son sourire quand il raconte cette anecdote. Est-il possible de dominer sans scorer, d’être clairement au-dessus sans marquer ? Oui, d’ailleurs si vous connaissez Jimmy Butler, vous savez qu’il est largement capable de déployer assez d’intensité pour le faire. Et si vous connaissez un joueur comme Karl-Anthony Towns à qui l’on reproche parfois une certaine mollesse ou nonchalance, vous imaginez bien quelle victime idéale il constitue pour un Buckets voulant prouver qu’on ne peut pas gagner sans lui. En fait, c’est bien parce que dominer en ne tentant qu’un panier dans un practice avec la team des chauffeurs de bancs est d’autant plus humiliant que Jimmy Butler sort ce petit détail. Car, non content d’avoir usé du trashtalking pendant cette séance, l’ancien des Wolves en abuse même un mois plus tard, même installé dans le top 3 de l’autre Conférence. C’est bon Jimmy, tu peux les lâcher maintenant, tout le monde est passé à autre chose : Minneapolis a doucement rééquilibré son bilan après son départ (13-14), tandis que les Sixers sont sur très bon rythme avec 8 victoires sur les 10 derniers matchs et une troisième place à l’Est. Ah oui, et pour ceux qui ont déjà leurs agendas de l’année prochaine, cochez le 16 janvier pour des retrouvailles tendues au Wells Fargo Center.

On pensait en avoir fini : tout le monde va mieux, chacun dans son coin et on s’ignore. Mais c’était sans compter sur Jimmy Butler qui vient remuer le couteau dans la plaie, à deux mains et avec le sourire. On ne sait pas ce que les Wolves lui ont fait pour mériter ça, mais l’ancien Loup a la rage et continue de mordre sa précédente meute. À dans un mois pour régler tout ça sur les parquets ? Pas un practice cette fois, mais un véritable match NBA sous tension.

Source texte : The Ringer

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top