Jazz

Rudy Gobert a pété les plombs : trois minutes, un gobelet qui vole, il est là le nouveau best friend d’Adam Silver

Rudy Gobert

15 000 balles d’amende mercredi, combien cette fois-ci ?

Source image : NBA League Pass

On le sentait ces derniers jours, Rudy Gobert était chafouin. Un début de saison compliqué avec le Jazz, une fin de match mal vécue face au Heat, et s’en étaient suivies quelques déclarations censées mais interdites qui lui avaient d’ailleurs valu une petite saisie sur salaire. La réception des Rockets cette nuit aurait pu le remettre dans le droit chemin et le refaire sourire de nouveau, sauf que c’est finalement tout l’inverse qui s’est passé…

Les antécédents entre Rockets et Jazz étaient sportifs, ceux entre Rudy et les refs commençaient à faire causer, et le milkshake n’aura pas mis longtemps à exploser. A qui la faute ? A des arbitres qui avaient bien l’air d’avoir placé le pivot français dans leur viseur ? A un joueur qui doit en toute circonstance garder son calme et donner l’exemple ? On vous laissera vous faire votre propre opinion, mais relatons tout d’abord les faits, et on vous prévient ça va être rapide. Une première faute sifflée sur… l’entre-deux, il reste alors 11,59 au chrono du premier quart et le rire est déjà bien jaune sur les lèvres du n°27 du Jazz. Trois minutes plus tard ? Prise de position en attaque, James Harden qui feinte un attentat en bon roublard qu’il est, et la deuxième tombe aussi vite que la première. Les fans de la Vivint Smart Arena hurlent au complot, Quin Snyder demande vite un changement histoire que sa tour de contrôle ne se fasse pas sanctionner pour respiration trop saccadée, mais en rejoignant le banc… c’est toute la frustration de Rudy qui explose d’un seul coup.

Les images parlent d’elles-même, carton rouge mon bon Rudy. Match terminé direction les vestiaires, et l’impression confirmée que le Français vit un début de saison sous tension. Les Rockets le savaient et ont d’ailleurs tenté ce qu’il fallait tenter pour faire sortir Rudy du match, une opération rondement menée mais qui n’aura pas eu l’effet final escompté puisque James Harden et sa clique repartiront quelques heures plus tard de la salle avec les fesses aussi rouges que leur maillot. Car entre temps le Jazz aura réagi sans jamais rentrer dans le jeu malsain de ses adversaires, ce qui atténuera peut-être le seum du Français après une soirée aussi particulière.

On attend désormais la réponse de la NBA, qui n’apprécie guère de voir ses acteurs jouer à chamboule-tout à un mètre du parquet. Les 15 000 euros lâchés n’étaient que les premiers, perd pas la main Rudy parce que cette fois-ci la note sera logiquement bien plus salée. En attendant l’urgence est à l’inspiration, puis l’expiration, puis ‘inspiration et l’expiration. Ça tombe bien, y’a un Avis du Psy qui tombe dans la journée sur TrashTalk, et le patient Gobert vient de gratter quelques minutes gratuites au cabinet.

4 Commentaires

4 Comments

  1. Cédric

    7 décembre 2018 à 7 h 19 min at 7 h 19 min

    Je m’y attendais à ce coup de sifflet sur l’entre deux. Les arbitres sont tellement prévisibles en NBA…

    • Kemar

      7 décembre 2018 à 8 h 44 min at 8 h 44 min

      Comme si il y avait souvent des fautes non-sifflées mais qu’après les déclarations de Gobert ils allaient finalement siffler contre lui ?

      • Cédric

        7 décembre 2018 à 13 h 42 min at 13 h 42 min

        La faute sifflée sur le flop d’Harden n’est pas scandaleuse. En revanche, les fautes sifflées sur l’entre deux, c’est quand même assez exceptionnel.

  2. JD87

    7 décembre 2018 à 7 h 20 min at 7 h 20 min

    Je suis le seul a le trouver particulièrement antipathique ce joueur, même en interview et tout, il ne dégage aucune sympathie. Dommage, surtout que c’est très clairement le meilleur français en nba.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top