Grizzlies

Joakim Noah a rejoué en NBA… et il a kiffé : c’est vrai que passer de New York à Memphis, paye ton ascenseur émotionnel

Joakim Noah Memphis Grizzlies

Quand Jaren Jackson Jr. insultera LeBron, bah faudra pas faire l’étonné.

source image : memgrizz

Il a été l’un des chômeurs les plus grassement payés du monde au Knicks. Il fut le symbole de l’échec du projet Phil Jackson. Rejeté par New York, sa ville d’origine, et après presque plus d’un an sans jouer, Joakim Noah retrouve le basket dans une ville extrêmement similaire, Memphis. Arrêtez de rigoler au fond là. 

Ça y est, Joakim Noah est à nouveau un joueur NBA. Entre lui, Carmelo Anthony et Derrick Rose, il est dangereux de passer à New York a un moment de sa carrière quand même. En tout cas, même si il ne s’agissait que de 13 minutes, le simple fait de le voir courir sur un terrain avec sa démarche singulière est un plaisir. Il nous avait manqué le Jooks mine de rien. Il aurait été terrible, qu’un joueur ayant décroché le titre de meilleur défenseur de l’année seulement quatre ans auparavant ne puisse pas trouver de franchise pour l’accueillir. Le jeu a évolué certes, mais sans déconner, un joueur avec son expérience, son gabarit et son envie peut forcément rendre des services en sortant du banc. Jamais les moins malins quand il s’agit de recruter des gars (on te voit Chandler Parsons), les Grizzlies ont pris le risque de faire confiance au français pour apporter du soutien à une raquette déjà flippante. Et visiblement, le courant est bien passé d’après les propos rapporté par le Memphis Commercial Appeal. 

« Cela fait juste quelque jours que je suis là, je pensais que le coach n’allait pas me faire joueur jusqu’à ce que je connaisse tous les systèmes. Mais je suis heureux qu’il ait confiance en moi, pour me faire jouer dans un match comme ça. Cela veut dire beaucoup pour moi. Ceci étant dit, je ne prend aucun de ces moments pour acquis, tout ce temps loin du terrain m’a juste fait réaliser à quel point j’aime le basket. »

Tu m’étonnes que le coach lui fasse confiance. Le style de jeu des Grizzlies pourrait très bien être imité par une meute de chiens de garde affamés, et Joakim Noah a un peu joué comme ça toute sa vie. A lui de montrer un visage rassurant sur le plan offensif où il peut être assez frustre tout de même. Il rejoint donc le meilleur défenseur de l’année 2013, Marc Gasol, et on conseille à tous les intérieurs de la ligue de s’amuser pendant que Jaren Jackson Jr. est encore un puceau. Parce que déjà qu’il peut être considéré comme le deuxième meilleur rookie de cette draft pour l’instant, si les mecs lui soufflant dans l’oreille sont le Jooks et l’Espagnol, il va vite devenir une machine défensive le gamin. Et si on ajoute Jean Michel Vert à l’équation, Memphis possède bien l’une des raquettes les plus intimidantes de la ligue. Définitivement une équipe de casse-couilles.

Le retour de Joakim Noah arrive à point nommé. Les Grizzlies sont de retour sur le devant de la scène en NBA et sont bien partis pour aller jouer les Playoffs. Un mec qui gueule et qui claque des mains quarante fois par match ne peut être que bénéfique. En plus, il retrouvera peut-être son meilleur ami LeBron James et alors là… on flaire déjà le sang. 

source texte : Memphis Commercial Appeal

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top