Celtics

Preview Celtics – Raptors : affiche entre deux monstres de l’Est, ambiance de Playoffs au TD Garden, comment ça c’est immanquable

Celtics Gordon Hayward Jayson Tatum

Gordon Hayward, la nouvelle roux de secours du banc des Celtics ?

Source image: Nba League Pass

Énorme confrontation ce soir à 1h du mat’ au TD Garden. C’est devant leur public chaud bouillant que les Celtics vont essayer de se rassurer d’un mauvais début de saison, et quoi de mieux de te taper le meilleur bilan NBA pour ce faire. Les Raptors viennent d’enchaîner deux défaites à domicile contre les Pelicans et les Pistons, et les deux équipes ont donc tout à prouver ce soir. Ce qui signifie ? Affrontement au sommet, tout simplement.

Regardez bien cette affiche, car il est probable que ce soit celle des Finales de Conférence 2019, sans manquer de respect aux Sixers, Bucks ou Pacers. Sans trop nous avancer, ces deux équipes sont favorites pour espérer approcher le Saint-Graal en juin prochain et essayer de battre les Warriors la meilleure équipe de l’Ouest. Et le moment est opportun pour s’affronter, pour chacune de ces deux teams en perte de vitesse. Comme on l’a évoqué plus haut, les Celtics réalisent un mauvais début de saison, du moins quand on pense à ce qu’ils avaient du prévoir. Bilan médiocre, 8-6 et une quatrième place à l’Est pas en adéquation avec le talent et les apsirations à Boston. Si leur défense est toujours élite, deuxième de la NBA juste derrière celle des Grizzlies, leur attaque pose problème. En effet Boston n’est que la 24ème attaque de la Ligue. Si cela peut s’expliquer par un calendrier assez compliqué et beaucoup de matchs à l’extérieur, la méforme de certains joueurs inquiète. Par exemple, Jayson Tatum connaît une deuxième saison assez compliquée. Un piteux 40% au tir pour une quinzaine de points par match, on s’attendait franchement à mieux pour un homme qui vit un peu son rookie wall à retardement, à l’image de Donovan Mitchell dans l’Utah. Son mentor, Kobe Bryant, lui conseille de continuer à shooter quitte à envoyer de la briquasse à foison, mais ce serait assez cool d’en rentrer quelques uns quand même. Et on lui conseillerait d’ailleurs plutôt de meilleurs choix offensifs, mais on la ferme puisqu’il paraît qu’on est pas coachs NBA. Cette année, JT est attendu par les équipes adverses, qui le privent ainsi de ses spots favoris sur le terrain et le grisent un peu dans son approche des matchs, loin de l’innocence meurtrière de ses débuts. Le futur franchise player des Celtics (hum) doit donc se réinventer chaque soir, et le processus sera long et demande du temps. Chapitre 2, Gordon Hayward est également à la peine. Toujours pas revenu à son meilleur niveau, le blanc-bec ne marque que dix petits points à 39% au tir et sa place dans le cinq majeur est du coup remise en question. La saison est encore longue et nul doute que Brad Stevens trouvera des solutions, mais les Celtics auraient bien besoin de ses deux snippas et par la même occasion d’une victoire référence ce soir pour engranger le plein de confiance.

Du coté de Toronto, le déplacement au TD Garden s’annonce comme un vrai test. Nos dinosaures préférés après les Dinosaurus de LU viennent d’enchaîner deux défaites de suite. Notamment une assez dégueulasse à domicile contre leur ex venu récupérer son petit carton d’affaires. Leur saison commence néanmoins idéalement. Douze victoires pour trois petites défaites et le meilleur bilan de NBA. L’intégration de Kawhi Leonard se fait tout naturellement, et on l’aperçoit même lâcher un smile de temps à autre. Ce match au sommet sera également l’occasion d’assister au duel des deux meilleurs meneurs de l’Est sur ce début de saison : Kyle Lowry et John Wall Kyrie Irving. Le premier est le meilleur passeur de la NBA et joue son meilleur basket en carrière. Monsieur Propre sans calvitie en gros. Quand au second, il se chauffe gentiment depuis sa perte de cheveux, à croire que sa touffe était faite de briques bien lourdes. Ça commence même à balancer des mixtapes sur la tête de tous les défenseurs de la Ligue en mode Uncle Drew, en shootant s’il vous plaît à 41% à 3-points. Kyrie est d’ailleurs le seul joueur à véritablement surnager dans le collectif de Boston en ce début de saison, avec une mention également à Marcus Morris et à un Al Horford dnt le boulot ne se voit pas assez dans les boxscores. Alerte TTFL pour ce soir sur le meneur ? C’est oui.

Duel au sommet à 1h pour deux équipes en besoin de victoires, et re-match du premier affrontement qui avait vu les Raptors s’imposer aisément à l’Air Canada Centre. Pas sûr que ce soit la même salade dans un chaudron vert sûrement prêt à l’explosion. Dans quel camp êtes-vous ? Plutôt dinosaures  ou irlandais ? C’est l’heure de faire un choix.

1 Comment

1 Comment

  1. 1stLeBronJamesfan

    16 novembre 2018 à 17 h 54 min at 17 h 54 min

    A Boston, le plus en difficulté c’est Brown. Tatum brique certes mais il est excellent sur certains matchs.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top