One-on-One

Le parcours atypique de JaVale McGee : ancien bouffon numéro 1 de la NBA devenu meilleur contreur de la Ligue

JaVale McGee

JaVale, what else ?

Source image : YouTube

Même si tout n’est pas parfait et que les Lakers auront encore besoin de longs mois de vécu commun pour espérer ne serait-ce que chatouiller les poids lourds de la Conférence Ouest, JaVale McGee prend déjà son pied à Los Angeles. Au point que le double champion NBA fait désormais partie des pivots qui comptent en NBA. On peut dire qu’il revient de loin.

Sans partir dans un récit chronologique exhaustif de la vie du natif de Flint dans le Michigan, il faut tout de même jeter un coup d’œil dans le rétroviseur pour applaudir le chemin parcouru par cet homme depuis son arrivée dans le monde des professionnels. Drafté au premier tour par les Wizards en 2008, il arrive dans une équipe de fous. Déjà que s’intégrer à la Ligue n’est pas toujours facile, alors essayez de vous construire une carrière au milieu de DeShawn Stevenson, Andray Blatche, Nick Young, Gilbert Arenas et Javaris Crittenton. Ces deux derniers vont d’ailleurs animer la saison sophomore de JaVale avec une sombre histoire de guns dans les vestiaires ayant justement suivi une partie de cartes avec notre client du jour. Il parvient quand même à passer entre les gouttes, non sans quelques bouffonneries sur les parquets comme il est le seul à pouvoir le faire. Échangé à Denver contre Nene et Ronny Turiaf au milieu de la saison 2011-12, il perd sa place de titulaire et se retrouve chargé de dynamiser la second unit dans la raquette. Malgré une défaite étriquée contre les Lakers au premier tour des Playoffs (4-3), il confirme sa capacité à contrer tout ce qui bouge et termine avec 3,1 blocks de moyenne en 26 minutes contre Andrew Bynum et Pau Gasol. Avec son style un peu foufou et très mobile, il propose une belle alternative à George Karl en sortie de banc et se partage les minutes avec Kosta Koufos au poste de pivot.

C’est alors le début d’une longue décente aux enfers pour le produit de Nevada qui ne disputera que 28 matchs en deux ans à cause d’une fracture de fatigue au tibia gauche contracté en novembre 2013. Tradé à Philadelphie par des Nuggets fatigués d’attendre leur pitre, il est coupé quelques semaines plus tard en donnant l’impression d’avoir laissé passer sa chance en NBA. Car au-delà de qualités athlétiques unanimement reconnues, JVMG est surtout célèbre pour ses coups de speed et ses gags sur le terrain. Client préféré de Shaquille O’Neal dans son émission Shaqtin’ a Fool dont il est nommé MVP des deux premières saisons, il devient le bouffon numéro 1 de la NBA. Ce joueur attachant mais maladroit capable des pires boulettes lorsque la qualité première d’un basketteur est supposée être l’adresse. Les Mavericks prennent finalement le risque de le signer en 2015 mais l’intérieur sera de nouveau rattrapé par les blessures et ne jouera que la moitié de la saison avec un temps de jeu autour de la dizaine de minutes par match avant de se faire couper pour la deuxième fois de sa carrière.

C’est alors que les Warriors entrent en scène. Tout juste battus par Cleveland après avoir mené 3-1 dans les Finales NBA, les Californiens accentuent un peu plus la blague en proposant un contrat à McGee au terme du training camp. Le fit n’est pas évident mais le seven footer s’éclate dans un style de jeu rapide et athlétique qui fonctionne beaucoup à l’instinct. Ailier de formation jusqu’à ce qu’on le repositionne sous le cercle à l’université, il peut même créer des choses balle en main et Steve Kerr n’hésite pas longtemps avant de le lancer titulaire lorsque Zaza Pachulia se blesse au mois de février 2017. Mais plus important encore, avec un temps de jeu réduit, JaVale semble avoir oublié les blessures qui le suivaient depuis près de quatre ans. L’esprit libéré et habité par l’espoir d’obtenir une première bague de champion, il réalise de très bons Playoffs où ses courtes rentrées permettent souvent à la second unit de constituer un écart avec ses adversaires. Même s’il est moins utilisé contre les Cavaliers où le small-ball est largement pratiqué par le technicien des Warriors, il soulève son premier Larry O’Brien Trophy cette même année. La réussite est telle qu’il est prolongé d’un an pour tenter de réaliser la prophétie en allant décrocher un back-to-back historique avec son ami Nick Young fraîchement débarqué. Malgré une légère baisse statistique, il participe à 65 rencontres et débute l’intégralité de la série face aux Spurs en tant que starter. Cerise sur le gâteau, il commencera aussi les trois derniers matchs des Finales sur le parquet pour obtenir une deuxième bague de champion NBA, le tout avec une queue de rat déjà passée à la postérité.

Le CV lui permettant presque de déjà candidater au Hall of Fame, le 18ème choix de Draft n’a plus le même poids sur les épaules. Même renié par les Warriors à l’été 2018, il garde le smile et accepte finalement le défi proposé par les Lakers. Troisième recrue phare de l’été après LeBron James et Lance Stephenson, il intègre tout naturellement le cinq majeur de Luke Walton au poste de pivot. Les quelques ricanements entendus au début de la saison ont rapidement disparus et après dix rencontres disputées JaVale McGee est tout simplement le meilleur contreur de toute la NBA devant Anthony Davis, Hassan Whiteside, Myles Turner et le DPOY en titre, Rudy Gobert, avec 3,4 crêpes de moyenne par match. Bien sûr, tout cela a le temps de changer, d’autant que les Lakers ne sont même pas dans les playoffables (neuvièmes avec un bilan de 4-6) et n’ont que la 23ème défense de la Ligue. Mais à 30 ans, The Big Secret a su s’accrocher à son rêve. Il est aujourd’hui un starter incontestable dans l’équipe du King avec qui ce dernier espère un jour aller chercher une quatrième bague et son énergie liée à sa longueur de bras lui permet de regarder de haut les meilleurs défenseurs d’arceaux du pays. Avec 14,4 points et 7,5 rebonds de moyenne en 26 minutes, il est actuellement sur les bases de la meilleure saison de sa carrière y compris en termes de ratio à la minute et montre que le physique tient la baraque. Et pour ceux qui en doutaient encore, il n’y a qu’à revoir son duel avec DeAndre Jordan mercredi dernier dans lequel il a largement dominé l’un des pivots les plus costauds du circuit avec 16 points, 15 prises et 5 bâches en 35 minutes. Pour les plus nostalgiques, nous vous conseillons aussi de visionner sa conférence d’après-match où il répond très sérieusement aux questions des journalistes dans un costume de Grinch. JaVale, what else ?

Pour sa onzième saison dans la Ligue, JaVale McGee a complètement changé de statut et de réputation. En quelques saisons, il est passé d’un galérien avec des mains incontrôlables et un physique fragile à un double champion NBA désormais titulaire d’une équipe ambitieuse à tous les matchs et meilleur shot blocker de toute la Ligue. Et quand on entend ses récentes déclarations et que l’on voit des images de ses practices pendant l’été, on a hâte de le voir se reculer plus souvent derrière la ligne pour prendre feu du parking comme ses camarades intérieurs. Non seulement il en est capable mais il est assez intelligent et doué pour rapidement devenir une option fiable du périmètre pour Luke Walton une fois qu’il l’aura convaincu. Quand on vous dit que c’est un génie.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top