Kings

De’Aaron Fox prend son pied à Atlanta : 31 points, 10 rebonds et 15 passes pour le dragster !

De'Aaron Fox

« Les Atlanta quoi ? »

Source image : NBA League Pass

Le début de saison renversant des Kings continue, et c’est Atlanta que la franchise de Sacramento a prolongé la teuf : encore une victoire, cette fois sous les assauts de De’Aaron Fox auteur de son premier triple-double en carrière.

On en parlait en long et en large récemment, de ce changement opéré dans l’état d’esprit global de l’équipe californienne. Toujours aussi poreuse en défense, la team de Buddy Hield se disait qu’il ne fallait pas passer par 36 moyens pour tenter de remporter des matchs. On en prend 115 ? On en mettra 130. Et c’est justement dans cette dynamique que les Kings sont allés s’imposer à Atlanta, ce qui ne représente pas un exploit en soit mais ne fait que confirmer la bonne forme à Sacramento. Habituellement, du moins si on se base sur les saisons précédentes, ce genre de match était typiquement le piège dans lequel les Kings tombaient, entre indiscipline et inexpérience. Sauf que cette fois, cette saison, ou du moins sur ce début enthousiasmant, c’est en favori et patron que les visiteurs ont géré leur business. Le coup de pouce du soir ? Un troisième quart-temps monstrueux, ponctué par un 46-23 fatal pour Atlanta, qui passera le reste de la soirée à se mater les attaques de Sacramento en replay. De Buddy Hield à Marvin Bagley en passant par Nemanja Bjelica, l’équipe dirigée par Dave Joerger s’est régalée en continuant sur sa nouvelle voie : accélérer, coûte que coûte, et punir n’importe quelle défense qui oserait jouer avec l’insouciance des potes de Willie Cauley-Stein. Le pivot, qui bénéficie généralement des box-out de ses coéquipiers pour se gaver au rebond, a cette fois dû laisser sa place à un aspirateur déterminé à cimenter la belle entame des Kings cette saison. Autant dire que chez les Hawks, on a pris la tornade De’Aaron Fox en pleine gueule et on cherche encore où il est passé au moment où ces lignes sont écrites.

Il y a des lignes de stats et il y a des lignes de stats. Celle déposée par le meneur formé à Kentucky ce vendredi restera pendant longtemps accrochée tout en haut de son mur personnel, même si elle a eu lieu contre Atlanta. Trop agressif, trop rapide, trop concentré et trop responsabilisé, Fox était au four et au moulin dans la State Farm Arena, s’assurant que son équipe allait empocher une cinquième victoire de suite. La dernière fois que Sacramento avait connu une telle vague de succès ? De’Aaron contemplait la possibilité de jouer en NBA, quelque part sur le campus de Kentucky (2016). Aujourd’hui, le gaucher régale avec le maillot des Kings et la ligne arrière des Hawks n’a pas su trouver de solution pour contenir le bolide. Trae Young, Kent Bazemore, DeAndre Bembry, Jeremy Lin, le staff d’Atlanta aurait même pu foutre Lloyd Pierce sur Fox que le résultat aurait été le même. 31 points, 10 rebonds et 15 passes, à 9/13 au tir dont 3/4 du parking et 10/11 aux lancers, la propreté ultime. Tout ça en 34 minutes, tout ça à l’âge de 20 ans, tout ça pour des fans de Sacramento qui tombent petit à petit amoureux de leur leader de jeu. Pour se donner une idée de la perf ? On en a connu que deux autres, dans l’histoire de la NBA, qui ont aligné de tels chiffres dans un match alors qu’ils étaient bien jeunes : Magic Johnson et Michael Jordan. Alors certes, on ne connaît pas grand chose au basketball, mais généralement, vous êtes plutôt bien placés quand vous êtes dans une phrase avec ces deux légendes du sport. La suite pour Fox ? Ce ne sont pas 5 ou 6 titres, mais plutôt 5 ou 6 matchs à venir pour confirmer la belle tendance récente. Prolonger le kif actuel côté Kings, et changer la vision globale du public sur la franchise. En voilà une, de perf qui serait all-time avec le temps.

Bien accompagné par des coéquipiers en feu, De’Aaron Fox a roulé sur les pioupious et mis le point d’exclamation sur le beau début de saison à Sacramento. Hey, c’est tout con de le dire mais c’est déjà une mini-révolution en soit : regarder les Kings, c’est carrément chouette. Essayez, vous verrez.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top