Celtics

Boston met fin à l’invincibilité des Bucks (117-113) : Uncle Drew est bel et bien de retour !

Irving

C’est prouvé, les cheveux courts facilitent la pratique du basket

Source image : NBA League Pass

C’est désormais officiel, il n’y a plus aucune équipe invaincue dans la Ligue après la défaite de Milwaukee hier soir, face aux Celtics de Boston. Les Bucks auront donc tenu 7 matchs avant de craquer face à la furie du parking de Boston, bien emmené par un Kyrie Irving qui a décidément bien fait de se raser la tête.

C’était une des grosses affiches de la nuit, la revanche du premier tour des Playoffs qui nous avait emmené jusqu’au Game 7, dans un TD Garden en fusion ayant vu Terry Rozier devenir le papa d’Eric Bledsoe. Cerise sur le gâteau, Giannis Antetokounmpo était bien en short pour tenter de rester invaincu face à un cador de la Conférence Est,  qui avait réservé une ovation aux Red Sox, récents vainqueurs des World Series et mis à l’honneur par le public. Cet instant festif a dû donner des idées aux hommes de Brad Stevens qui ont livré un match plein dans le sillage d’un Kyrie Irving en mode MVP : 28 points, 3 rebonds, 7 passes, 1 interception et 2 contres, à 50% au tir. Finie la coupe de cheveux gênante, un petit coup de tondeuse et la machine est lancée ! Le meneur de jeu a dirigé d’une main de maître le collectif des Verts pour enfin faire tomber les Bucks d’un duo Brogdon/Antetokounmpo énorme (16 et 33 points) mais vraiment trop seul. Les hommes de Mike Budenholzer ont souvent été dans la réaction et n’ont pas réussi à remonter un retard de 15 points, la faute à une série de mauvais choix dans le money time.

Uncle Drew est donc de retour à un niveau qui devrait le positionner dans la course au MVP mais Boston doit aussi sa victoire à la réussite insolente de l’ensemble de ses joueurs. Lancés dans un concours interne à trois-points, les C’s ont littéralement allumé du parking, battant ainsi le record de franchise avec pas moins de 55 tirs tentés derrière l’arc. Mais le plus flippant dans tout ça ? Ils en ont réussi 24, un autre record de franchise ! Gordon Hayward, Jayson Tatum, Al Horford et Marcus Morris étaient en feu, c’est donc une véritable avalanche qui s’est abattue sur la tronche de Bucks refroidis par tant de réussite, incapables de suivre le rythme. Ultra performants sur les phases offensives, les hommes de Brad Stevens n’avaient plus qu’à verrouiller leur partie de terrain, et la blessure frustrante de Jaylen Brown a peut-être été un petit coup de pouce du destin. En effet, un peu moins en vue sur ce début de saison, l’ailier peinait à retrouver son rythme de la saison passée et c’est donc Semi Ojeleye qui a intégré le starting-five, sa mission étant de défendre sur le Greek Freak. Accordons un peu de crédit au jeune Semi, on n’empêche pas Giannis de marquer en claquant des doigts et celui-ci s’est démené en inscrivant 33 points. Mais le reste de la meute des Daims a bien été muselé par l’exigence défensive des hommes de Stevens et le petit nouveau s’est même permis de prendre part au festin offensif en inscrivant deux tirs du centre-ville. Ce jeudi, rien ne pouvait arriver à Boston qui semblait totalement maîtriser son match et qui s’offre donc deux fois les Pistons et les Bucks dans la même semaine.

Un Uncle Drew taille patron, un starting-five en mode assassin, un public en feu, la soirée était trop délicate pour Milwaukee qui a eu tendance à bafouiller son basket. Pour autant, ce n’est pas une défaite qui va mettre un coup d’arrêt à cette belle entame de début de saison et on attend la revanche avec impatience dans un duel qui risque de devenir un classique de l’Est. En espérant pour les Bucks que les tifs de Irving auront repoussé d’ici là…

1 Comment

1 Comment

  1. Lo2Vie

    2 novembre 2018 à 13 h 52 min at 13 h 52 min

    même Aaron Baynes s’est permis un petit 3 point

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top