Raptors

Les Raptors se farcissent les Wolves et passent à cinq de suite : Kawhi Leonard a encore été énorme, et ça commence à faire peur

Kawhi

Non vous ne rêvez pas, Kawhi est bien en train de sourire.

Source image : NBA League Pass

Les Toronto Raptors continuaient cette nuit leur début de saison idéal en accueillant les Wolves. Quatre victoires, aucune défaite et l’intégration parfaite de Kawhi Leonard dans l’effectif font déjà de la franchise canadienne un redoutable adversaire… et ce n’est pas Jimmy Butler qui dira le contraire.

L’été a été rude dans l’Ontario, et on connaît tous des fans de Toronto qui ont leur maillot de DeMar DeRozan tristement accroché dans un coin de la pièce et prenant la poussière. Le temps des mouchoirs n’aura pas duré et ces die-hard fans peuvent remercier Kawhi Leonard qui rappelle à tout le monde que quand il s’y met… bah c’est un régal. Après avoir mis les Cavaliers, les Celtics et les Hornets dans sa petite poche, l’ancien de San Antonio s’attaquait donc à un prétendant à l’Ouest, les Wolves de la diva Jimmy Butler. Et l’opposition aura tenu toutes ses promesses devant le public enchanté de la Scotiabank Arena, notamment grâce à un adversaire qui s’est accroché pendant les trois premiers quart-temps malgré l’absence d’Andrew Wiggins. Les défenses sont bien en place et gênent tous les systèmes mais Kawhi s’en contrefout et poursuivra son massacre en ce début de saison en plantant 35 points, 5 rebonds, 2 passes, 2 interceptions, 2 contres, le tout à 65% au tir. Really n**ga. Jimmy Buckets a beau se considérer comme l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue il a pris un sacré bouillon ce soir et qui plus est, par un dépressif qui sort d’une saison quasi-blanche, shame on you bro. Rien n’arrête Leonard en ce début de saison et l’amour que lui porte déjà le public (schizophrène) de Toronto est amplement mérité au vu de prestations qui le mettront rapidement dans la course au MVP si elles restent constantes. DeMar qui déjà ?

Mais si les Raptors présentent un bilan de 5-0, c’est aussi parce que le collectif est déjà très bien huilé et il nous tarde de voir cette équipe en fin de saison quand elle aura 80 matchs dans les jambes ensemble. Orphelins de DeMar DeRozan et surtout de Dwane Casey, on craignait qu’une longue période d’adaptation s’installe chez nos copains canadiens mais Nick Nurse réussit pour l’instant l’exploit d’oublier que la franchise était récemment entraînée par un COY. Le nouveau coach a de suite trouvé un rôle central à Kawhi sans pour autant mettre de côté Kyle Lowry, tout en chamboulant la routine de cette équipe habituée au coup de balai chaque année. Le starting five a donc été remodelé et Jonas Valanciunas pose désormais ses fesses sur le banc. Mais cette décision du coach a un impact non négligeable et terrifiant puisqu’elle renforce encore le meilleur banc de la Ligue avec la présence du Lituanien au cœur de la second unit. JV est un joueur mature et fidèle qui se contente de ses 20 minutes par soir pour combler l’absence des titulaires et il l’a encore très bien fait ce soir puisqu’il termine avec 16 points et 9 rebonds, sans oublier les deux banderilles plantées du parking qui ont donné un sacré coup derrière la tête des Wolves. Avec un Kawhi Leonard taille patron et un collectif aussi bien huilé, le KAT et ses copains n’ont rien pu faire en fin de match, encore moins Josh Okogie qui nous a régalé dans la nuit avec une action à trois rebonds offensifs, quatre lay-ups et zéro point inscrit.

Les Raptors de Toronto démarrent la saison en boulet de canon et s’affirment comme l’un des grands favoris à la succession du King à l’Est. Lundi et mardi, les Dinos joueront les Bucks et les Sixers en back-to-back et il faudra bien un Kawhi Leonard en mode MVP pour continuer à bouffer la concurrence. Ce serait beau, et on sent qu’on est très près d’un grand sourire de la nouvelle star des Dinos. C’est dire le chemin parcouru.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top