Nuggets

Les Nuggets font tomber les champions en titre : 100-98, contre clutch de Juancho Hernangomez, merci de nous laisser respirer

Stop that, on n’est pas à Salt Lake City.

Source image : YouTube

Nos nerfs avaient été mis à rude épreuve lors de l’opposition entre les Golden State Warriors et le Jazz d’Utah qui avait offert un final digne de Alfred Hitchcock. Le déplacement des champions en titre chez des Denver Nuggets aux grosses ambitions cette saison laissait entrevoir une soirée encore très intense. Bingo, on en a encore pris plein la gueule !

Les Warriors sortent d’un match énorme chez les copains de Rudy Gobert et les Nuggets sont en plein back-to-back après une petite boucherie de Nikola Jokic face aux Suns de Phoenix, le pivot Serbe finissant avec un triple-double sans manquer le moindre tir. La franchise du Colorado n’a plus joué les Playoffs depuis cinq saisons et termine à la place du con depuis deux ans donc on avait évidemment hâte de voir débarquer les champions en titre chez une équipe tournée vers l’offensive et elle aussi encore invaincue. Une fois la bave essuyée et le café avalé, on monte le son de notre téléviseur pour profiter de l’agréable douceur de ce son de la balle transperçant le filet, ce genre de son qu’on ne se lasse pas d’entendre. Finalement, on a eu droit à un bon gros son de parpaing ou de air ball, c’est pas mal non plus et ça a le mérite de tenir éveillé. Parce qu’en fin de compte, les deux équipes se craignent visiblement beaucoup, ce qui donne un match très engagé et une fébrilité au tir qui a dû donner quelques strabismes aux téléspectateurs. La première mi-temps est terriblement décevante mais on sent que les Nuggets se battront jusqu’au bout, les équipes sont toujours dos à dos et ont toutes deux la prouesse de tirer à moins de 40%, sans compter le temps passé sur la ligne des lancers-francs puisque les joueurs y ont mis les pieds 66 fois en tout. Oui, c’était long et on a abandonné le café pour passer au Red Bull.

Le retour des citrons relève un peu le niveau de l’adresse mais relève surtout le niveau de l’intensité dans un match qui va être de plus en plus prenant au fur et à mesure que le buzzer approche. Le Pepsi Center le sait et encourage ses Nuggets pour être les premiers à faire tomber les champions et c’est alors que les hommes de Mike Malone entament un run qui va les mettre définitivement à l’abri, dans le sillage de Nikola Jokic, finissant avec 23 points et 11 rebonds, et de Gary Harris avec ses 28 points à 55%. En difficulté sur les tirs mi et longue distance (19% du parking…), les joueurs du Colorado insistent dans la raquette et sur le fastbreak pour creuser l’écart. Les Warriors n’ont alors d’autre choix que de réagir et c’est Stephen Curry qui enfile son costume de chef pour coller au maximum au cul de Denver, revenant ainsi à une possession dans le money time grâce à ses 30 points, 4 rebonds et 6 assists. Mais le meneur de Golden State est un peu trop seul et ce, depuis le début du match puisque les trois snipers ont été nuls (désolés d’être honnêtes), ayant pris en tout 26 tirs du parking, pour seulement 7 réussis dont 6 par Stephen Curry… voilà voilà. Mais même avec un tel déchet, le champion s’accroche et pousse les Nuggets au bord du gouffre en les voyant rater un nombre normalement impardonnable de lancers (18 ratés sur l’ensemble du match !). Le public se ronge les ongles, les vessies se gonflent et on entend les genoux claquer dans les rangs de Denver mais la délivrance vient de Juancho Hernangomez qui, sur la dernière action du match, écrase un contre monumental sur le « petit » Damian Jones qui se voyait déjà chiper la vedette à Jonas Jerebko. Not in my house bi**h. Rebond Denver, le champion en titre est tombé.

Après le scénario de Salt Lake City, nous avons droit à celui de Denver seulement deux jours plus tard ! La partie aura été disputée, hachée, éreintante pour les arceaux mais c’est au cœur et à l’envie que les Denver Nuggets sont allés chercher cette victoire de prestige pour lancer leur saison de la meilleure des manières avec désormais trois victoires dans la poche. Attention à la bande à Jokic cette année et nous souhaitons bon courage à la prochaine équipe qui va tomber sur les Warriors qui sortent d’une défaite. Coucou les Suns.  

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top