Nuggets

Le best-of des Nuggets 2017-18 : appelez la police, la traction arrière de Denver cache de l’Ovomaltine dans les mollets

Gary Harris - Jamal Murray

Ils se marrent, ils se marrent, mais ils sont effrayants ces deux gamins.

Source image : YouTube

En attendant le 16 octobre et la reprise des hostilités, TrashTalk vous offre chaque jour le best-of 2017-18 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du mois d’août, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights.

La saison 2017-18 des Nuggets a beau s’être arrêtée de manière brutale… le dernier soir de la saison régulière, il n’empêche que les joueurs de Mike Malone ont été de sacrés fournisseurs de rêve tout au long de la saison. Petit tour du propriétaire sans plus attendre :

On commence par les petites mains, façon de parler. Trey Lyles pour commencer, qui tente désespérément de faire croire aux Nuggets qu’ils n’ont pas eu tort de le trader contre… Donovan Mitchell, hashtag c’est pas gagné. Puis Torrey Craig, belle histoire de 2018, qui se laisse aller à quelques douceurs. On a également entrevu les restes de skills de Paul Millsap, les restes de détente de Kenneth Faried et les restes d’utilité de Mason Plumlee, alors que Will Barton a été tout au long de la saison ce pétard ambulant capable d’être tout aussi bien celui qui te postérise ou celui qui fait gagner son équipe au buzzer.

Mais au petit jeu des highlights c’est bel et bien un trio qui se détache. Nikola Jokic tout d’abord, créateur de rêve et généreux donateur de toutes sortes de caviars les plus fous les uns que les autres, de préférence dans le dos de la défense. Bizarrement pas de windmill en contre-attaque pour l’ancien obèse devenu simplement gros, mais quelques bijoux délivrés notamment à Jamal Murray et Gary Harris. La violence des tomars pour l’un, l’agilité dans les airs pour l’autre, l’explosion pour les deux. Le Thunder a pleuré au buzzer, Steven Adams a rayé le parquet avec ses fesses et J.J. Redick a une cicatrice sur la joue, et ça c’est uniquement parce qu’on a gardé le meilleur.

Le futur appartient aux jeunes Nuggets, aussi bien au classement que dans vos vidéos matinales. Parce que c’est pas Ricoré l’ami du petit déjeuner, c’est Jamalmurré.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top