Magic

Mo Bamba bosse déjà avec Timofey Mozgov et Nikola Vucevic : y’a pas un pivot en trop là-dedans ?

orlando fournier magic
Source image : montage TrashTalk

Petite merveille bourrée de potentiel, Mo Bamba bosse cet été pour tenter de se faire une place dans la rotation du Magic. Mais la question tombe d’elle-même en observant le roster d’Orlando : y’a pas un gros en trop là-dedans ?

La logique, si elle ne semble pas claire pour tout le monde, est pourtant évidente. Elle est tellement évidente qu’elle ne laisse pas beaucoup de place à d’autres scénarios. Quand on vit dans les bas-fonds de la Conférence Est comme le Magic a su le faire depuis des années, se retrouver avec un 6ème choix de Draft n’impose qu’une chose : si vous draftez un gamin, autant le faire jouer. On ne va pas passer son temps à sélectionner des types à fort potentiel, pour finalement les laisser applaudir des vétérans en survêtement. Cette logique n’a cependant pas été tout le temps respectée à Orlando, ce qui était aussi le fruit d’un autre management et donc d’une autre façon de faire. Un management qui, remplacé désormais par John Hammond et sa clique, laissait pourrir des jeunes sur le côté tout en leur imposant un coach différent par an. Aujourd’hui, les choses semblent évoluer en Floride, et une nouvelle pensée prend place. Steve Clifford signé sur plusieurs années, Elfrid Payton envoyé à Phoenix, Aaron Gordon prolongé, Mo Bamba drafté, disons qu’il y a une base. Une base sur laquelle il va falloir se pencher, en mettant justement en avant les freaks qui ont été préférés par le GM en place. Pour rappel, Hammond est le type qui a dégoté Giannis chez les Bucks, tout en essayant de miser sur des Malcolm Brogdon et autres phénomènes du genre. Ce n’est donc pas tout à fait le genre à laisser les jeunes stagner sur le côté. Les récents rapports sur les workouts de Bamba ont donc de quoi donner le sourire… mais aussi de quoi se gratter la tête.

Mo Bamba est déjà en train de travailler et créer des liens avec les vétérans de l’équipe, bossant environ 4 heures par jour au Amway Center. Bamba a dit qu’il passait beaucoup de temps à la salle de muscu, effectuant également des exercices techniques sur le terrain et faisant des matchs avec Vucevic, Gordon et Mozgov.

Timofey Mozgov, Nikola Vucevic et Mo Bamba, paye ton plan à trois. Chaque dossier est différent mais une emmerde est partagée par les trois hommes, comment faire cette saison ? Vucevic, en dernière année de contrat, pourrait tomber dans de plus sérieuses rumeurs de transferts lors des mois à venir. Malheureusement, avec un marché saturé et peu d’équipes souhaitant récupérer ses 12 millions sur la saison prochaine, Nikola pourrait rester à Orlando et devenir agent-libre non-restreint dans un an sans avoir été transféré. Mozgov, récupéré récemment dans le cadre du départ de Bismack Biyombo, a lui deux ans de contrat et pourra aider le Magic sous Clifford. Pourra et devra, car ce n’est clairement pas demain matin que le management d’Orlando va trouver un autre pigeon acceptant de récupérer les 33 millions (!) de dollars que le Russe touchera sur les deux prochaines années. Reste donc Bamba, en troisième position. Le phénomène du Texas est encore un peu trop léger et frustre offensivement pour arracher un poste de titulaire en NBA. Doué, déjà prêt défensivement, Mo va pouvoir apporter sa vingtaine de minutes en sortie de banc et faire kiffer les fans d’Orlando. Mais la question initiale a de quoi faire transpirer ces derniers. Avec Mozgov et Vucevic devant lui, Bamba va peut-être avoir droit à des miettes, qui freineraient sa progression : c’est en étant sur le terrain que le géant va valider ses étapes. Et ça, comme mentionné plus haut, Hammond le sait mieux que quiconque.

Il faudra donc surveiller le dossier Nikola Vucevic lors des prochains mois, afin de voir si le Magic se débarrassera de lui au buzzer. Orlando n’a plus le temps de jouer la carte de la patience alors qu’il y a du talent à jeter dans le grand bain : faites de la place pour Bamba, et laissez le s’exprimer, quitte à se brûler parfois les ailes.

Source : John Denton – Orlando Magic.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top