Hawks

Atlanta tourne proprement la page Schröder : cap-space aéré, rookie libéré, et un pick récupéré

John Collins
Source image : JayHawkFly

Mais comment les Hawks peuvent-ils avoir été gagnants dans le deal de Dennis Schröder ? La question, posée par de nombreux observateurs, est compréhensible. Petit tour dans les coulisses d’Atlanta, pour mieux comprendre la propreté du transfert acté avec le Thunder.

C’est ce qu’on appelle un nettoyage jusque dans les moindres recoins. Depuis des mois et plus sérieusement des semaines, le management des Hawks cherchait à transférer Dennis Schröder dans n’importe quelle autre équipe. Les raisons ? Assez simples. Entre l’attitude du joueur à l’opposé de ce qui était attendu dans le cadre d’une reconstruction, des affaires juridiques pesantes et 3 années de contrat à 15,5 millions la saison garantie, il y avait de quoi taper dans le dos des fans d’Atlanta. Cerise sur le gâteau depuis un mois, l’arrivée de Trae Young via la Draft ne faisait que pousser l’Allemand hors de la Philips Arena. Et en y ajoutant le transfert de Jeremy Lin, la coupe finissait par déborder clairement. Malheureusement, personne ne voulait mordre à l’hameçon dans la Ligue, pour les raisons évoquées à l’instant. Dans une NBA où le poste de meneur est quasiment blindé partout, récupérer Schröder consistait à clairement accepter toutes les conditions liées à son profil actuel. Des conditions tendues, et qui forçaient les Hawks à devoir commettre l’irréparable : coller un pick de Draft à Dennis pour le rendre plus désirable sur le marché des transferts. On le voyait dernièrement avec certains joueurs aux contrats indésirables (Faried, Noah, Parsons), la seule méthode véritablement efficace consiste à ajouter un choix de Draft au dossier d’un joueur au CV tendu pour qu’il soit soudainement sniffé par plusieurs franchises. Sauf que le Thunder, encore plus dans la merde d’un point de vue financier, voulait agir rapidement et efficacement.

C’est donc Carmelo Anthony et un pick de Draft de 2022 (protégé 1-14, sinon il deviendra 2 futurs second tours de Draft) qui ont été envoyés à Atlanta, en échange de Dennis Schröder. Sachant que Melo sera coupé dans la foulée par les Hawks, on peut se demander concrètement en quoi Atlanta y gagne. Et bien justement. Pour commencer, Schröder n’a pas été marchandé ‘avec’ un pick de Draft, il a été marchandé ‘contre’ un pick de Draft. Ce qui, dans le cadre d’une reconstruction, représente une potentielle énorme différence. Travis Schlenk et ses sbires continuent donc leur taf de nettoyage depuis un an et demi, après avoir jarté Dwight Howard et son lourd contrat contre un peu d’air frais. C’est la même opération qui a eu lieu ce jeudi, en sachant que le contrat de Melo sera absorbé sans problème par des Hawks qui rachèteront sa dernière année salariale. Sachant les sous qu’Atlanta a dans son cap space, agir ainsi ne représentera pas de problème et la franchise se débarrasse surtout des 3 années de deal de Schröder à 15,5 millions l’année garantie, tout en donnant les clés du camion à Trae Young, et en créant une place assez folle dans sa banque : l’été prochain, les Hawks pourraient avoir jusqu’à 45 millions de dollars de disponible sur le marché. Afin de recruter qui ? Difficile à dire, mais il suffit d’avoir le chéquier pour parfois dicter les destinations de certains agents libres. Dos au mur il y a encore quelques jours, le management d’Atlanta ne parvenait pas à se défaire de Schröder sans y coller un précieux pick de Draft. Au lieu de ça, les Hawks peuvent aujourd’hui reconstruire autour de Young et John Collins, sans les emmerdes que représente Schröder, avec une banque allégée, et un futur pick qui pourrait avoir de la valeur dans quelques années. Propre ? Propre.

L’année à venir sera pleine d’apprentissages pour les Hawks, du nouveau coaching staff aux joueurs. Mais le management local avait annoncé la couleur : il fallait nettoyer le bordel de l’ancien GM Wes Wilcox, et positionner le bateau dans la bonne direction. Avec son propre pick de 2019, celui des Mavs (protégé 1-5), celui des Cavs (protégé 1-10) et 45 millions de dollars disponibles dans sa caisse, Atlanta pourra aborder l’été prochain avec le torse bombé. Merci OKC, on refait du business quand vous voulez.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top