Pelicans

Elfrid Payton rejoint les Pelicans pour un an : y’a le nouveau best de LeBron à remplacer, alors au boulot

Et il y a également deux michtos à faire oublier.

Source image : Youtube

Ce n’est – forcément – pas la news qui a fait la une cette nuit, mais elle mérite qu’on s’y penche un peu. Il y avait une place à prendre à la mène des Pelicans et c’est donc Elfrid Payton qui s’y est engouffré. Un pari pour la franchise de Louisiane, et un an pour Elfrid pour faire ses preuves. Allez, deal.

Un peu de calme dans ce bordel ambulant qu’est devenue la NBA

On aime bien se foutre un peu de sa gueule à Elfrid. Gnagna ses cheveux l’empêchent de voir la panier, gnagna le pourcentage au tir. Oui mais voilà, paraît-il qu’il est passé chez Jean-Louis David pour se faire enlever le paquet de foin qu’il avait sur le crâne, paraît-il également que les Pels pourraient être surpris par l’apport du garçon. 11,2 points, 4,2 rebonds et 6,4 passes en carrière pour celui qui débarque de Phoenix après quatre saisons et demi passées à Orlando, un apport quelconque en attaque mais une présence plus qu’utile lorsqu’il s’agit de déranger les meneurs adverses. Rajoutez à cela un âge (24 ans) auquel on peut encore pardonner pas mal de choses et vous obtenez un deal gagnant gagnant entre Frid et NOLA. Toujours rassurant de voir débarquer un joueur respectable la nuit où deux mecs de votre franchise se transforment en girouettes à la vitesse de l’éclair. On croyait les Pelicans bien installés dans un processus de construction ? La bonne blague, la hype et l’appât de la bague valent mille fois plus cher que toute sorte d’honneur et c’est donc avec Elfrid Payton qu’Alvin Gentry tentera de consoler un Anthony Davis qui doit convulser à l’heure actuelle. Rondo/Cousins ? Update, Payton/Diallo, mettez-moi tout ça en PLS en attendant l’arrivée des pompiers.

Une nouvelle ère à New Orleans

Fraîchement sortis de la plus belle campagne de leur – courte – histoire, les Pels sont donc de retour à la case départ. Le duo Cousins/Davis était clairement la force de frappe la plus hallucinante de la Ligue dans la raquette, Rajon Rondo drivait tout ça à merveille et son association avec Jrue Holiday avait fait ses preuves… mais le bizbiz l’a emporté et c’est de nouveau un postulat AD vs World qui s’impose, si tant est que le pauvre poilu des sourcils ne pète pas un câble trop vite. Car qu’on se le dise, si Elfrid Payton est tout sauf une énorme bille, son talent en terme d’impact player est à des années lumières du double R et, vus les changements à l’Ouest, on souhaite d’ores et déjà bon courage à New Orleans pour faire Top 10 la saison prochaine. Voilà ce qu’il se passe quand votre franchise ne se situe pas dans une mégalopole, et on a là une nouvelle preuve que des marais sont moins attirants que des buildings.

Une bonne nouvelle pour un joueur en quête de minutes et de confiance, un virage à prendre intelligemment pour une franchise qui ne méritait pas ce qui lui est arrivé cette nuit. Vivement les premiers Pels-Lakers et Pels-Warriors, nous on s’en va commander un maillot… d’Elfrid Payton, pour jouer les ultras devant notre PC.

1 Comment

1 Comment

  1. Lapinou

    3 juillet 2018 à 13 h 40 min at 13 h 40 min

    Peut-être l’année de la révélation Elfrid.. Moi, je crois en ce garçon!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top