Lakers

Byron Scott ne fréquente plus D’Angelo Russell : chelou, on pensait qu’ils avaient emménagé ensemble

Byron Scott, Byron Scott, Los Angeles Lakers, Rap Contenders

Rap Contenders, mais époque Bonaparte.

Source : lesbonsplansurbains.fr

C’est la nouvelle la plus drôle de la journée mais c’est également la plus évidente. Car en NBA certains faits sont établis. Des exemples ? David West ferait n’importe quoi pour gagner un titre, Matthew Dellavedova est croisé avec un doberman ou encore Byron Scott et D’Angelo Russell ne peuvent pas se blairer.

Et c’est donc ce troisième exemple que nous allons développer ci-dessous puisque nos amis de TMZ, éminents et sérieux reporters dans le monde du basket, ont demandé récemment à l’ancien coach des Lakers ce qu’il pensait des dernières déclarations d’amour (ici et ) de son ancien meneur à l’égard de Luke Walton aka nouveau capichef du banc des Angelinos. Autant donner une saucisse à un chien, bien vu les gars :

A vrai dire, ça ne m’atteint pas. Mes bilans avec d’autres meneurs de jeu parlent pour moi. Franchement, je ne fais pas attention à ce genre de trucs. Et je n’ai aucun contact avec D’Angelo Russell.

Ah bon ? Nous qui pensions que l’idylle entre les deux copains avaient perduré au delà de l’été, nous voilà vraiment déçus. Un point pour Byron Scott ? Il est vrai qu’après avoir coaché Jason Kidd aux Nets, Chris Paul à L.A. ou encore Kyrie Irving à Cleveland, ça n’est évidemment pas un petit cinéaste amateur de 20 piges qui va lui donner des leçons. Sauf que si l’on raisonne comme ça… Tyronn Lue serait le meilleur coach de l’histoire de la NBA. Alors on propose tout simplement une trêve entre les deux hommes, même si on note tout de même que le sophomore a déjà fait un certain travail d’introspection en déclarant honnêtement il y a quelques jours que sa première saison n’était pas une énorme réussite. Ne reste plus qu’à attendre les aveux de Byron Scott même si, connaissant le bonhomme, ces derniers pourraient arriver aux alentours de 2045. Mais tout ça fera sans doute plaisir aux fans des Lakers, qui retrouveront d’ailleurs peut-être les Playoffs cette année-là, histoire de faire péter une double-dose de bonheur.

Merci donc à Byron Scott pour cette punchline digne d’un Rap Contender époque Bonaparte. On attend désormais le prochain round, au moins ça nous occupe en attendant la reprise et les défaites au Staples Center. Time.

Source texte : nbcsports.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top