Lakers

D’Angelo Russell lâche un bon tacle à la gorge de Byron Scott : enfin un coach qui bosse, ça fait plaisir

D'Angelo Russell

Passer de Byron Scott à Luke Walton, ça peut vite faire pleurer du monde quand on voit l’ascenseur émotionnel et professionnel que cela représente.

Il n’a pas encore coaché le moindre match pour les Lakers, mais Luke Walton semble déjà avoir une place de choix dans le coeur de son meneur. En même temps, quand on connaît la relation qu’avait D’Angelo avec son prédécesseur…

Si le sujet principal à Los Angeles tournait l’an dernier autour de la retraite de Kobe, et que le second était l’affaire concernant Nick Young et Iggy Azalea, le troisième était sans aucun doute l’orage permanent qui planait au-dessus de Russell et Byron Scott. D’un côté, un jeune meneur rookie aux besoins multiples, dont celui d’avoir un mentor avec lequel bosser. De l’autre, un entraîneur sur le départ, qui accordait trop peu de crédits et de temps de jeu à ses jeunes, tout en veillant aux demandes du Mamba. Du coup, entre octobre et avril, c’est un véritable ping-pong du clash qui avait eu lieu entre D’Angelo et son ancien coach, les déclarations interposées n’augurant rien de bon pour l’avenir des Lakers… jusqu’à ce qu’un changement majeur soit opéré à la tête du navire. Merci Byron, tu peux y aller, on va donner les commandes à Luke Walton désormais. L’occasion pour de nombreux fans de jubiler, mais aussi pour Russell d’enfin souffler, lui qui souhaitait impérativement être le relais d’un vrai tacticien sur le terrain. Et ainsi, lorsqu’il s’est exprimé hier auprès de Lakers Nation sur les débuts de sa relation avec son nouveau copain Luke, le produit formé à Ohio State n’a pas hésité à glisser un petit steak à Scott, parce que les règles du jeu le permettent…

C’est une des meilleures personnes que je connaisse, lorsqu’on se voit éloignés des terrains, on communique aussi souvent que possible sur comme en dehors. Je sais que je peux l’appeler à n’importe quel moment. Ce n’est pas le genre de coach qui va juste s’asseoir et regarder ses assistants ou collègues faire bosser les autres joueurs, il est toujours impliqué dans ce qu’il fait. il n’hésitera pas à aller sur le terrain et jouer avec vous si vous le demandez. C’est un bon sentiment, d’avoir un jeune coach comme lui avec nous.”

Et boom, un café et l’addition s’il-vous-plaît. Voilà qui donnera forcément le sourire à Walton et un peu de sauce piquante sur la pizza de Byron Scott, sachant qu’on attendra probablement quelques années avant de le revoir sur un banc. Cependant, même si ces déclarations sont amusantes et D’Angelo a montré qu’il pouvait en sortir des belles, le phénomène sait que la pression sera intense sur ses épaules cette saison. En effet, si les Lakers l’ont choisi en 2ème position de la Draft 2015 et ont installé un nouvel entraîneur à ses côtés, ce n’est pas pour enchaîner les conneries extra-sportives et ralentir la reconstruction californienne. Ce qui est déjà rassurant, c’est que le talent est immense entre les mains de Russell, mais c’est entre les deux oreilles que cela peut vite siffler. Un tel caractère, avec une attirance naturelle pour la hype et les caméras, cela peut aussi bien mener vers la gloire que plonger vers les emmerdes. On comptera donc sur Luke Walton pour diriger son nouveau talkie-walkie et faire en sorte que la machine tourne à plein régime dès la reprise, sachant que les jokers ne seront plus autorisés pour D-Loading : l’excuse de l’entraîneur qui craint, ça va une fois mais pas deux.

Comme il l’a dit lui-même d’ailleurs dans cette interview, la saison des Lakers sera excitante à regarder. Car même si les résultats ne seront pas glorieux, les bases pour un avenir radieux seront posées dès les premières semaines de la saison. On croise les doigts, en espérant qu’il range son téléphone cette fois-ci…

Source : Lakers Nation

Source image : Bossip

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top