Old-School

Les huit merveilles de Kobe #4 : nettoyage du Madison Square Garden, 61 points pour Spike

Pour certains, il n’y a que 7 merveilles dans le monde. Mais pour d’autres, elles sont 8 en comptant Kobe. Ce soir, la légende vivante raccroche ses pompes en jouant son dernier match en carrière : l’occasion idéale pour revenir sur ses plus beaux moments de saison régulière.

Nous sommes le 2 février 2009. Une saison divine pour le numéro 24, puisqu’il ira remporter son premier titre sans le Shaq et après 5 longues années de galères. Même si la cicatrice d’une défaite violente face aux Celtics fait encore mal quelques mois plus tôt, Kobe est au sommet de son art et personne ne semble vraiment en position pour pouvoir l’arrêter. Soir après soir, les cartons s’enchaînent mais c’est dans l’intégration de ses coéquipiers que le numéro 24 change. D’ailleurs, cette nuit-là, un certain Andrew Bynum est absent, ce qui fait la une des journaux. Car oui, à l’époque, Andrew Bynum joue encore au basket et les poules ont des gencives. Du coup, en voyant son pivot disparaître et Spike Lee au premier rang, le Mamba active son mode personnel. Ajoutez-y Mike D’Antoni sur le banc d’en face, un public qui est prêt à le huer et vous obtenez le nouveau record de points scorés au Madison Square Garden. Les 55 de Jojo disparaissent, les 20 lancers tentés sont tous rentrés, Wilson Chandler fait la danse du ventre et tout ce que Kobe touche se transforme en buckets. Sur une standing ovation dont beaucoup se souviendront, Bryant sort avec 61 pions, quelques heures après avoir été nommé Joueur du mois : on appelle ça remercier ses votants, tout simplement…

Source image : Lakerholicz

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top