Magic

Orlando arrache la win contre Dallas : Brandon Jennings donne l’exemple, on aura tout vu

Brandon Jennings

Transféré cette semaine à Orlando, le vétéran a tout de suite montré son impact en calmant les petits quand ça n’allait pas en prolongation : bien le grand !

Fallait-il attendre autre chose de ce match ? Avec les deux équipes ayant joué le plus de prolongations cette saison, Orlando et Dallas sont allés… en prolongation, les hôtes repartant finalement avec la gagne grâce à un petit nouveau : 110-104, merci Brandon.

On ne va pas élever notre meneur de rêve au rang de Hall of Famer sur un pauvre match de saison régulière, loin de là. Transféré cette semaine en Floride après avoir réalisé une belle rééducation à Détroit, Jennings devait intégrer le groupe de Scott Skiles rapidement et montrer son impact entre adresse extérieure, paire de couilles et expérience. Typiquement ce qui manquait au Magic depuis ce début de saison, la troupe d’Evan Fournier réalisant souvent de bonnes prestations avant de s’effondrer systématiquement dans le dernier quart. Des défaites-migraines à la pelle, et une qui semblait se profiler une nouvelle fois ce vendredi, les hôtes prenant 20 points d’avance dès le premier quart avant de… perdre de 10 unités dans le troisième. Bonjour le scénario vu et revu côté Orlando, les regards commençant à se baisser face à des Mavs qui battaient leur record de bombes rentrées à distance hier soir (19/41). Cependant, si les premiers chapitres semblaient connus et avaient des airs de bis repetita pour les pauvres copains de Nikola Vucevic, le casting était différent et c’est notamment un nouveau copain qui fera la différence. Non, désolé Ersan Ilyasova, qui s’est donné tant bien que mal mais a semblé brouillon pour ses premières minutes au Magic, il s’agissait bien de Brandon Jennings, couillu dans le dernier quart et directeur de centre de loisirs en prolongation.

Le vétéran (26 ans, c’est de l’ordre du pur daron à Orlando) a eu droit aux clés du camion dès son premier match, rentrant notamment quelques paniers importants lorsque la rencontre semblait s’écrouler pour les siens. Et quand la période supplémentaire pointa son nez, Jennings reçu la balle plus d’une fois de la part de ses coéquipiers, afin de calmer le jeu. Oui, vous avez bien lu : Brandon pour temporiser, Brandon pour installer les petits, Brandon pour bumper Victor Oladipo après un gros panier, bref Brandon pour mener les siens à la victoire. Car si numériquement Vucevic a une nouvelle fois rincé la feuille (21-12 pour le pivot) et Aaron Gordon a été exquis dans le hustle (6 interceptions et 11 rebonds, de grosses séquences physiques en fin de rencontre), c’est Jennings qui s’est occupé de jouer le rôle du X-facteur, plantant 18 points avec 4 caviars en sortie de banc, soit précisément ce que Skiles espérait pouvoir bénéficier avec ce transfert. Il faut dire qu’avec un Elfrid Payton une fois inspiré et une fois brouillon, l’expérience de Brandon était plus qu’intéressante côté Orlando, les copains de Jason Smith ayant vraiment besoin de cette victoire. Une victoire face à des darons, en prolongation, à la maison, et grâce à un nouveau bien mis en avant : si le Magic a été généralement rangé dans la case des losers de cette deadline, le premier essai fût concluant avec la nouvelle rotation.

Il faudra confirmer, évidemment, pour éviter que cette rare victoire dans le money-time devienne un fait-divers. Mais s’il y a bien un homme qu’on suivra sur les prochaines semaines vues les minutes qui lui sont données, c’est Jennings à Orlando. En vétéran qui calme et montre la voie aux jeunes, on aura décidément tout vu.

Couverture

Source image : NBA League Pass

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top