L'avis du Psy

L’Avis du Psy – S03 Épisode 4 : Anthony Davis ne sera pas MVP mais il attend le first pick 2016 de pied ferme

L'avis du Psy

Du Gasol, du Thibodeau et du Sourcil dans ce nouvel Avis du Psy. Entre autres.

On part tout de suite pour la quatrième édition de l’Avis du Psy Saison 3, entre la valse des entraîneurs qui commence et un futur MVP qui a peur de devenir finalement un futur Greg Oden, en passant par un « Top 10 » meneur, un coach qui se planque et un duo de bécasses. Un bien beau programme alors pas de chichi, on part immédiatement direction le cabinet le plus déjanté du basket mondial !

Place Patient Le compte-rendu de la visite

10°

Kevin McHale Jacque Vaughn Petite visite au cabinet pour le désormais ex-coach des Rockets, probablement la dernière d’ailleurs puisqu’en général le Psy n’aime pas bien s’occuper des chômeurs, de peur qu’ils n’aient pas les moyens de casquer au moment stratégique et opportun du règlement… C’est en tout cas un patient bien désabusé que le Psy a rencontré, carrément traumatisé par toutes les sortes de messages et autres réactions qu’il a vu passer un peu partout. Des traditionnels « bien fait » aux « au revoir connard » de fans impatients et impolis, les big up disgracieux à Kevin sont en effet légion depuis son éviction et il va maintenant falloir se relever psychologiquement avant, pourquoi pas, d’aller filer rapidement un coup de main du côté de Boston ou du Stade Rennais. Il faudra également oublier ces dernières semaines de job, ces journées entières à se faire railler et snober par son vestiaire ce qui, on en convient, ne doit pas être bien funny… On conseille donc ici à Kevin de ne pas trop mater de matchs de son ancienne équipe, ce genre de « thérapie » n’étant souvent pas la meilleure, surtout si James Harden et ses boys se mettent bizarrement à gagner des matchs.

Mario ChalmersDwyane Wade Très grosse alerte cette semaine pour Rio. En effet, le nouveau meneur des Grizzlies va devoir assumer un rôle nouveau cette saison car depuis quelques matchs… il est officiellement un Top 10 meneur NBA ! Des années que le petiot clamait cette absurdité, des années que le monde entier se foutait de sa gueule, et désormais la possibilité pour lui de se venger. Et le problème est d’ailleurs situé à ce niveau-là, car le Psy redoute désormais les excès de confiance et autres provocations de l’ancien du Heat. Va-t-il se tatouer le mot GOAT au milieu de la joue ? Va t-il rapidement s’autoproclamer candidat au All-Star Game ? Le Psy ne le sait guère mais inutile de s’attarder sur le fait que ce dernier est très inquiet. Et pendant ce temps, si Marc Gasol se marre, Dwyane Wade ha-llu-cine.

DeAndre JordanDeAndre Jordan Voilà une situation très embarrassante pour un Psy qui ne voudrait surtout pas afficher de préférence pour une franchise ou une autre. Le souci de la semaine nous vient de Los Angeles, où la police locale nous a envoyés hier pour servir de négociateur. A la grande surprise de passants interloqués et au grand bonheur de Mark Cuban, DeAndre Jordan aurait décidé de ne plus sortir de chez lui tant que les Mavs ne venaient pas le chercher avec une tenue de Dallas. S’excusant tout d’abord pour ce nouveau revirement de situation, il aurait expliqué qu’il ne pensait pas que la franchise texane était autant capable de produire du jeu, quand dans le même temps il s’attendait à beaucoup mieux avec ses nouveaux coéquipiers arrivés cet été. Retranché en hurlant des grands « Zazaaa », DeAndre Jordan a finalement réussi à se calmer après avoir vu un Psy très concerné réussir à l’apaiser. Tout cela grâce à une technique ingénieuse puisque c’est en faisant croire à son patient que Lance Stephenson allait bientôt aider les Clippers à gagner plus de matchs que le Psy a pu redonner le sourire à Dédé. Après tout, ça fait deux ans que la technique marche dans tout le pays…

Steve Kerr    Steve Kerr Un choix très important à faire pour le coach champion NBA la saison dernière. En retrait à cause de problèmes de dos relous, il est désormais sur le chemin de la guérison mais se demande s’il ne devrait pas mieux partir se la couler douce pendant un an à Acapulco plutôt que de se faire chier à revenir souffrir sur le banc de GS, vu les résultats actuels de son équipe sans lui. Mais même si Stevie ne le dit pas, le Psy a bien décelé chez son champion de patient un petit grincement de dents au moment d’aborder la bonne forme de Steph Curry et ses potes, le pauvre se demandant tout simplement s’il y était juste pour quelque chose dans la réussite de son équipe. Un peu circonspect, il a ainsi été jusqu’à dire au Psy que, pour lui, même Byron Scott serait capable d’être invaincu cette année avec ces Warriors et que son taf lui paraissait d’un coup d’un seul de plus en plus inutile. Et selon le barème instauré de longue date par le Psy TrashTalk, se comparer à Byron Scott représente une alerte rouge en psychologie…

Damian Lillard Damian Lillard La saison de Dame avait plutôt bien commencé. Quelques victoires, de gros cartons individuels et même un nouvel ami adepte tout comme lui du tuyau d’arrosage en la personne de Cijé MakColloume. Puis les défaites, beaucoup de défaites et déjà le sentiment que la saison des Blazers va être terriblement longue… Au milieu de tout ça le patient Lillard est donc déjà à cran et commence même à flipper pour sa place au All-Star Game puisqu’il a avoué au Psy avoir déjà rédigé une centaine de lettres de motivation pour pouvoir aller à Toronto en février, histoire de jouer avec le sourire au moins un week-end dans l’année. On va donc surveiller de près Damian, sortir l’alerte Kobe (qui sera automatiquement officielle dès lors que le meneur des Blazous fera un match à plus de 35 tirs) et surtout être très patient avec lui, quitte à commencer à lui parler un peu de la prochaine Draft pour l’apaiser. Un travail de longue haleine débute…

Tom ThibodeauTom Thibodeau Tom Thibodeau réussit l’exploit de squatter plus que quiconque le cabinet cette année, et cela sans avoir de job officiel. Après une réanimation compliquée de son patient suite au changement de style des Bulls, le Psy a cette fois-ci dû résoudre Tom-Tom à sortir de sa planque, ce dernier s’étant terré dans un bunker anti-atomique dès lors qu’il a appris que Daryl Morey pensait à lui pour prendre la place de Kevin McHale. Coacher une équipe qui prend 140 points tous les soirs et qui croit que la défense est uniquement un quartier de Paris ? Très peu pour lui. Et si les 458 coups de fil du GM des Rockets n’ont jamais trouvé preneur, l’état psychologique de Thibodeau était grave après deux jours passés à avoir eu peur d’être enlevé par le front-office texan. Une frousse finalement vite apaisée quand le Psy a annoncé à son malade que Morey avait finalement opté pour une dose de J.B., ce qui n’a bien sûr rien à voir avec Ty Lawson.

Pau Gasol     Pau Gasol Celui-là c’est carrément le Psy qui l’a convoqué d’office. Car si le spécialiste de la clinique TrashTalk était stationné dans les travées de Villeneuve D’Ascq en septembre et qu’il avait à l’époque salué les performances titanesques de Pau, c’est justement cette incapacité à reproduire ce genre de perfs qui le gratte un peu. Pour faire le beau face aux Français y’a du monde hein, mais pour dominer Reggie Evans et Lucas Nogueira y’a plus personne. Franchement !?! Gros ras-le-bol du Psy pour le coup, d’autant plus que le fait de croiser Gasol lui rappelle évidemment le traumatisme de l’Euro et que cela le met ainsi grandement en difficulté pour faire son travail correctement. On va donc espérer pour l’intérieur des Bulls qu’il se sorte les doigts rapidement, faute de quoi le Psy pourrait sévir avant de rentrer, lui aussi, dans un début de dépression, ce qui serait plutôt problématique…

Bradley Wall et John BealWizards Ding-dong, le « bavasserie game » a trouvé deux nouveaux lauréats pour ce mois de novembre. On parle ici de Bradley Beal et John Wall, qui n’ont rien trouvé de mieux que de s’autoproclamer meilleur backcourt de la Ligue cette semaine dans une interview pleine de modestie. Pressé par le temps et n’appréciant que moyennement les jeunes effrontés, le Psy a donc dû sortir le fouet en rappelant à Jean Mur que sa moyenne de balles perdues allait bientôt être plus importante que celle de ses points marqués. Pour Bradley Beal, un simple rappel sur le fait que Kevin Durant lui volait déjà le vedette à Washington alors qu’il n’y joue même pas  a suffi à lui fermer le clapet. Sans surprise, pas trop d’arguments dégagés par les deux intéressés, juste deux têtes d’ahuris déçus en quittant le cabinet. Faut simplement les dresser un peu ces gamins en fait.

Brett Brown  Brett Brown Depuis le temps que le Psy TrashTalk pratique ce cas, ce dernier a la chance de pouvoir prévenir les crises en tout genre. Et celle que traverse actuellement Brett Brown est terrible. Car même si ses Sixers n’ont évidemment pas l’objectif d’atteindre les Playoffs avant 2045 cette année, c’est tout simplement vers un 0-82 que nos amis se dirigent si la sonnette d’alarme n’est pas tirée. Jahlil Okafor n’a même plus le droit de marquer, T.J. McConnell n’a pas de photo sur les sites officiels de la NBA, les blessés simulent et préfèrent retarder leur retour… Brett Brown a même essayé en vain de faire jouer son équipe à six face à Indiana. Une vraie catastrophe industrielle depuis trois semaines et le besoin évident pour Brett de se confier à un Psy devenu un ami, à force d’heures et d’heures de consultations et discussions en tout genre. Et franchement là, à part du courage, on ne sait pas vraiment quoi souhaiter à ce pauvre homme…

Anthony DavisStephen Curry On attendait un Anthony Davis en mode beast, dans la discussion pour le MVP et à la lutte pour les Playoffs avec des Pelicans sexy, toute proportion zoophile gardée. Le bilan après 20 jours de compèt’ ? Un Mono-sourcil toujours blessé ou presque et une franchise qui affiche le bilan le plus cradingue de l’Ouest, réalisant même l’exploit d’être encore plus nulle que les Lakers. Stephen Curry se marre et la NBA se fout de sa gueule car le pauvre Anthony voit aujourd’hui à peu près toute la Ligue lui passer devant au MVP Ranking. Même Bruno Caboclo et Lou Amundson vont bientôt le dominer statistiquement. C’est donc de manière évidente que le Psy a reçu cette semaine le « futur roi », un passage obligatoire au cabinet puisque si A.D. ne prend pas plus soin de son corps, c’est plus d’un « futur rien » dont nous serons obligés de parler bientôt. Beaucoup de mal également pour le jeune patient à passer de la hype de ouf à des critiques incessantes, l’occasion de faire un point plus global sur l’état psy du garçon. De toute façon, et comme le Psy le lui a bien rappelé, si Tonio veut devenir un jour MVP, il devra prendre l’habitude de gérer ces montagnes russes. Et il devra prendre l’habitude de faire plusieurs matchs de suite. Surtout ça en fait.

C’est tout pour cette fois et c’est déjà pas mal. On vous donne rendez-vous vendredi prochain comme vous en avez désormais l’habitude et n’oubliez pas de prévenir le Psy dès qu’un cas sensible vous paraît urgent à traiter. D’avance merci.

image de couverture : @artkor7 pour TrashTalk

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top