Warriors

Liberté surveillée : Jason Thompson confiant pour sa réinsertion à Golden State

À peine arrivé à Oakland, Jason Thompson redécouvre le monde professionnel après un long séjour dans l’asile de Sacramento et un crochet anecdotique par Philadelphie durant la Free Agency. Faute de jouer beaucoup, l’intérieur pourra calmer ses nerfs au sein d’une franchise équilibrée.

Depuis quelques années, les Warriors tablent sur la continuité de leur effectif à l’instar de ce que proposent les Spurs depuis près de deux décennies et pour les résultats que l’on sait. Cet été n’a pas fait exception, Golden State n’ayant que deux objectifs principaux, à savoir celui de prolonger Draymond Green la véritable révélation de la saison et de se séparer du contrat imposant de David Lee qui n’était plus indispensable dans le système de Steve Kerr. Les deux cases ont été cochées avec succès par le front office des Dubs qui ont d’abord récupéré Gerald Wallace avant de l’échanger pour Jason Thompson quelques semaines plus tard pour des raisons purement financières.

Ce dernier devra se bagarrer avec Andrew Bogut, Draymond Green mais surtout Festus Ezeli et Marreese Speights pour jouer quelques minutes dans le front court des Warriors mais ce sera toujours plus constructif et agréable que le bordel ambiant qui régnait à Sacramento lors des sept saisons qu’il a passé dans la capitale californienne comme il l’a expliqué à l’Associated Press, le summum ayant été atteint la saison dernière avec deux changements de coach en cours de saison et des déclarations fracassantes du propriétaire des Kings songeant à initier une nouvelle mode pour défendre à quatre contre cinq pour faciliter les contre-attaques.

« Je n’ai pas vécu beaucoup de victoires lors des sept dernières années. La franchise était très instable, j’ai connu sept entraîneurs différents et près de 180 coéquipiers. Ça ne mène pas toujours au succès. C’est une bonne chose pour moi de rejoindre une organisation comme celle-ci qui vient de remporter le titre. »

Il évoluera en bout de banc à Golden State mais Steve Kerr est passé par la case Gregg Popovich en tant que joueur et n’a pas hésité à mettre certains de ses cadres au repos lors de quelques matches de saison régulière l’an passé. Alors certes, Jason Thompson n’aura plus 25 minutes par soir pour s’exprimer comme à Sacramento mais c’est le prix à payer pour gagner des matches et faire partie des favoris pour le titre.

Il ne faut pas oublier qu’avant d’atterrir dans la Bay Area, Thompson avait été envoyé en Pennsylvanie pour repeindre le tank des Sixers. On comprend encore mieux la joie du bonhomme d’être finalement dans le roster des champions en titre.

Source : NBC Sports

Source image : Facebook des Golden State Warriors

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top