Kings

Super Mario défend Peach, Stan Van Gundy protège Tyrone Corbin

Dans le rôle du gentil plombier moustachu, on vous l’a déjà faite, on trouvera Stan Van Gundy. Plus étrange, dans celui de la princesse en détresse, Tyrone Corbin. Et pour finir, promu au rang de méchant principal aka Bowser, Vivek Ranadive. Et il a un peu la gueule de l’emploi. 

Cette semaine, George Karl est devenu le coach des Kings après un intérim assuré (ou pas) par Tyrone Corbin pour un bilan famélique de 7-21. Après l’y avoir installé de force, l’homme s’est retrouvé jeté comme un kleenex de la même façon que son prédécesseur Mike Malone. Ce qui n’a pas forcément plu à tout le monde au sein de la ligue. Si Peach ne quitte pas le château, elle s’affairera dorénavant dans les cuisines (comprenez : un rôle de « conseil ») et perd ses privilèges, sa chambre 5 étoiles (son équipe) et son lit king size (sa place sur le banc).

Dans sa contrée lointaine à l’est du pays, Super Mario Stan Van Gundy a la flemme de se déplacer pour la le libérer, mais a tenu à déclarer ses sentiments à la presse :

« Je pense que c’est une situation malheureuse qui a été très mal gérée. Je pense que Tyrone Corbin a été traité vraiment, vraiment mal par cette organisation. Je pense que la façon dont il a été traité est malheureuse et inexcusable alors que c’est l’un des plus classes dans ce business. »

Fidèle serviteur du grand méchant, le General Manager Pete D’Alessandro avait pourtant bien essayé de sauver les apparences grâce à un communiqué de presse somptueux et pas du tout hypocrite :

« J’ai le plus grand respect pour Tyrone en tant que coach et que personne. C’est un homme d’une grande intégrité, un grand professionnel qui a su gérer une situation difficile avec classe et professionnalisme. J’ai hâte de continuer à travailler avec Tyrone dans le futur. »

Ce qui a déplu à notre héros, c’est le fait que les Kings aient courtisé George Karl de manière insistante sans pour autant laisser une véritable chance à Corbin. Mais ce n’est pas vraiment la première fois, puisque Mike Malone a déjà fait jurisprudence. D’ailleurs, son frère Brendan est dans le staff de Stan Van Gundy. Qu’en avait il pensé, à l’époque ?

« Je n’ai pas aimé ça avec Brendan dans le staff mais bon, les coaches se font virer tout le temps. Mais quand vous donnez à Tyrone le job et si vous voulez faire un changement, même si les gens n’apprécient pas, vous avez le droit en tant que propriétaire de le faire, c’est votre responsabilité.

Mais vous n’avez pas besoin de le faire de la façon dont ils l’ont fait. Car ça a fait les journaux pendant deux semaines, et malgré qu’il coachait, ils n’ont eu aucun problème à le traiter de cette façon.

J’ai du mal à comprendre tout ça, vraiment. Tyrone Corbin est quelqu’un de classe. Il était classe comme joueur. Il est classe comme coach et il a vraiment, vraiment été mal traité. »

On a beau tourner Stan Van Gundy un peu en ridicule, il faut sur ce point lui donner raison. Vivek Ranadive semble gérer sa franchise n’importe comment, et quel meilleur exemple que le moustachu pour prouver que le coach n’est pas forcément responsable des mauvais résultats ? 

Source article : ESPN

Source image : sportsgrindent.com

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top