Timberwolves

Retour de Ricky Rubio contre les Mavs ce soir : les Wolves reviennent dans la course aux PlayOffs

En faisant son retour ce soir contre les Mavericks après 3 mois d’absence, Ricky Rubio ravive les espoirs de titre dans le Minnesota, la saison des Wolves peut enfin commencer. Parce que mine de rien, au complet les Loups ont la capacité de tenir tête voire même inquiéter pas mal d’adversaires. De là à voir Minnesota lutter pour la 8ème place à l’Ouest ? Il n’y a qu’un pas.

Parce que, ce soir, c’est bel et bien le leader des Timberwolves qui fait son retour, Love parti bouder à Cleveland, Andrew Wiggins encore en apprentissage, c’est à Ricky Rubio que reviennent les clés du camion. Avec un bilan de 8 victoires pour 39 défaites, personne n’a fait mieux à cette heure-ci. La question est : est-ce que Flip Saunders peut compter sur l’Espagnol pour sortir son équipe du marasme dans lequel elle est plongée depuis des mois ? La saison dernière – la seule saison complète de Rubio – les Wolves ont terminé la saison avec un bilan de 40-42, mais Kevin Love était encore dans leurs rangs. L’effectif a été chamboulé cet été et on repart de (presque) zéro à Minneapolis. Sa blessure, survenue le 7 novembre dernier contre Orlando, est intervenue au plus mauvais moment, puisqu’ils avaient disposés des Nets et des Pistons et ont perdu, de peu, contre Memphis et Chicago (respectivement de 4 et de 1 points). Si les débuts de Andrew Wiggins n’avaient pas été aussi timides, leur début de saison aurait pu être tout autre.

Que les Wolves aient du potentiel est indéniable, mais la bande de canidés a besoin d’un meneur pour finir la course, nous sommes d’accord, les courses de chiens de traîneaux, c’est pas vraiment un sport d’ibère mais c’est bien Ricky le Kid que les dirigeants des Wolves ont choisi aux dépends de Kev’ Love pour un contrat de 55 millions de dollars sur 4 ans. Et bien que correctes, les statistiques du petiot Rubio ne sont pas (encore ?) celles d’un patron, on connaît évidemment ses talents de passeur (8,6 en moyenne la saison dernière et 10,0 lors des 5 premiers matches de cette année avant qu’il ne se blesse), mais c’est aux points que l’on attend le musher des Timberwolves au tournant (9,5 points cette année à 38% la saison passée et 9,4 cette année). Avec 37% d’efficacité aux tirs, on attend encore un peu mieux. Un espagnol qui plante un peu plus d’un tiers de ses banderilles ça la fout mal quand même.

 Kevin Love envolé, Rubio ne peut plus se cacher et il est temps pour lui de prendre une nouvelle dimension, cette fin de saison s’avérera être révélatrice. Aura-t-il les cojones suffisantes pour emmener Minnesota jusqu’aux Finales NBA 2018-2019 face à Philadelphie ? Le temps le dira, pour l’instant s’il pouvait calmer la dépression de Flip Saunders, on sera déjà contents.

Source : Basketball-reference

Source image : espn.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top