L'avis du Psy

L’Avis du Psy – Episode 29 : Dan Gilbert n’est plus proprio, c’est une cible …

Devant la recrudescence des craquages et autres coups de speed des quelques énergumènes qui fleurissent notre belle NBA, cette dernière a décidé cette saison d’engager un psychologue spécialisé dans les cas désespérés. Tout au long de la saison, cette sommité du milieu psychiatrique vous propose chaque semaine l’état des lieux cérébral de nos plus grands foufous. Pour ce 29ème opus, place aux demi-finales de Conférence et à la lottery, principales sources d’apport en malades cette semaine. On note aussi le retour en fanfare de Lance Stephenson, loin d’avoir suivi à la lettre les derniers conseils du psy.

A quelques semaines de la fermeture estivale du cabinet, profitez donc dès maintenant du dernier bulletin de santé de la NBA, made in Trashtalk bien sûr…

Place Joueur Commentaire

1 (futur résident)

Dan Gilbert     Associated press via Cleveland.com 3 first picks en 4 ans. Une chance sur des centaines de milliers de s’en sortir de la sorte et pourtant c’est bien ce qu’il s’est passé pour le boss des Cavs… Vous me direz sûrement qu’il a tout pour être heureux le Dan mais pourtant il n’est pas bien du tout. Pourquoi ? Tout simplement car déjà, la Terre entière lui tire dessus à boulets rouges, comme s’il était à l’origine de ce gros coup de chance… Et puis paye ta pression sur les épaules ! Déjà raillé pour son coup d’éclat de l’an passé avec Anthony Bennett, imaginez la honte historique et le seum des autres franchises si ce génial voyant venait à se planter une nouvelle fois sur son choix… Une bonne grosse thérapie s’impose donc pour Dan, encore trop fragile et trop « bennettisé » pour prendre une bonne décision. En plus, la rumeur court qu’il aurait déjà jeté son dévolu sur Edwin Jackson…

2 (nouveau patient)

Serge Ibaka    serge ibaka Le Sergio lui non plus n’est pas bien. Jouer toute une saison à fond pour emmener ses coéquipiers en finale de Conf mais se faire sweeper à cause d’une vilaine blessure ? NO WAY pour l’Espagnol ! Sauf qu’à vouloir aller plus vite qu’un Russell Westbrook en contre attaque, « Iblocka » se fait du mal, au mollet déjà, mais surtout au cerveau. Car quand on veut récupérer aussi vite d’une blessure, à part si on s’appelle Lance Armstrong, on s’expose à de dangereux effets secondaires… Le psy a donc essayé de faire comprendre à son patient qu’il valait peut être mieux tirer un  trait sur cette saison pour être ready to play la saison prochaine plutôt que de vouloir à tout prix aller plus vite que la musique et risquer une grosse rechute… Pas facile à lui faire rentrer ça dans le crâne au grand Serge, mais il semblerait qu’il se soit enfin fait une raison… Pas facile tous les jours la vie de psy…

3 (rechute)

Evan Turner
Evan Turner
Le minot vient seulement de comprendre la différence entre jouer le beau gosse dans une équipe de 2nde zone et faire partie d’un des rosters les plus complets de la ligue, candidat au titre de surcroît. Et si on avait peut être promis à Evan un rôle important dans la rotation des Pacers, il semblerait qu’il soit tombé de bien haut en comprenant qu’il ne foulerait pas souvent le parquet en PlayOffs. La « faute » à un Lance Stephenson on fire, la faute aussi à un comportement apparemment suspect. Et le gamin a beau s’être pointé en chialant au cabinet, le psy lui a simplement répondu qu’il n’était pas coach et qu’il ne pouvait rien pour lui. Et puis il vaut peut être mieux jouer 3 minutes dans une finale NBA que 40 aux Sixers non ? Allez file dans ta chambre.

4 (nouveaux patients)

Les fans des PistonsPISTONSLOGO Patient post-lottery, Part II. Une grosse communauté de fans des Pistons (il en reste apparemment quelques uns) est donc venue consulter le psy, tout anéantie qu’elle était par le verdict des petites balles de ping-pong ayant décidé de snober Motown pour cette année… Obligés de refiler leur choix de draft aux Bobcats Hornets, ils n’accueilleront donc pas cet année de baby-star malgré la densité annoncée de la cuvée 2014. Il faudra donc faire avec les miettes, faire avec Josh Smith, faire avec Brandon Jennings. On imagine bien le crâne des dirigeants, sûrement éclaté comme lors d’un lendemain de cuite douloureuse… Ne cherchez plus le cocu de l’année, on l’a trouvé pour vous… Et pour la prescription, un rendez-vous chez un marabout suffira parce que là, une telle mouise, ce n’est plus de notre ressort…

5 (énième rechute)

Lance Stephenson source :InsideBasket L’homme orchestre. Celui qui tient sa franchise en vie grâce à ses performances sur le terrain mais aussi par ses frasques et ses punchlines en dehors. Mais malheureusement pour son public, le psy a tenu à tempérer un peu le garçon, un peu inquiet de cette hyperactivité. C’est qu’il ne faudrait pas que le cœur lâche à force de faire le mariole… Car entre le défi lancé à D-Wade en début de série et son cinéma lors du Game 2, on ne sait plus quoi penser de l’arrière titulaire des Pacers. Est-il un joueur de basket ? Est-il un artiste de cirque ? Est-il un exilé d’Arkham ? Et s’il était tout simplement un peu des 3 ?..

6 (passé entre les gouttes jusque là)

Mark Cuban    Mark Cuban Le grand paranoïaque de la semaine au cabinet. Ses déclarations concernant les finales 2006, au cours desquelles il aurait engagé rien de moins qu’un agent du FBI pour enquêter sur d’éventuelles erreurs d’arbitrages, ont poussé le psy à entamer avec lui une thérapie qui pourrait s’avérer très longue… Connu pour ses sorties tapageuses dans la presse et ses excès de zèle sur les bords des parquets, il vient là de frapper très fort dans le barge-game et on ne pouvait passer à côté d’une telle poule aux œufs d’or pour notre profession. Un cas d’école à traiter néanmoins très rapidement, sous peine de le voir dégoupiller à nouveau et ceci très prochainement…

7 (rechutes)

les gros tanks de 2014CELTICSLOGO Passer toute une saison à régaler ses fans de gros fails en tout genre avec des équipes dignes des PlayOffs de ProB , ça c’est fait. Maintenant, les dirigeants des 2 franchises (Celtics et Lakers au cas ou vous ne les auriez pas reconnu) vont devoir vivre avec l’idée que tout ça n’aura pas débouché sur le graal espéré, à savoir un Top 3 minimum à la draft. Partis logiquement avec de potentiels pick 6 (pour les C’s) et 7 (pour les Lakers), les 2 franchises les plus titrées de l’histoire s’en sortent donc avec les picks … 6 et 7. Tout ça pour ça. 6 mois passés à prendre des volées monumentales 3 soirs sur 4, 6 mois à ne pas assumer tout faire pour récupérer un top-pick. Dans leur malheur, ils pourront toujours se consoler en se disant que cette draft s’annonce comme l’une des plus belles de ces dernières années, voire des dernières décennies. Par contre les gars, on préfère vous prévenir, il faudra pas se planter …

8 (rechute)

Mitch Kupchakmitch kupchak Mitchou a mal à la tête. Et on comprend tout à fait que le mec ait besoin de repos après avoir rencontré Lionel Hollins, Mike Dunleavy Sr, Byron Scott et même Tom Thibodeau en une semaine. Mais quand on apprend que Luis Fernandez, Laurent Sciarra, Raymond Domenech et même Pascal Le Grand Frère auraient postulé, on est en droit de comprendre le pétage de câble de Kupchak. Cas typique de surmenage pour le GM des Lakers qui devra, sur les conseils du psy, prendre quelques jours de repos et un peu de recul afin de pouvoir faire le bon choix en temps voulu… En même temps, avec Kobe qui essayes de faire rentrer tous ses potes, ça doit pas être facile non-plus…

9 (nouveaux patients)

les refs            Dick Bavetta On ne sait pas trop dans quelles mesures les arbitres NBA peuvent avoir recours à la vidéo. Tout ce qu’on sait, c’est qu’au lieu d’aller faire un petit pissou ou d’aller reprendre des Curly dans le placard pendant leurs visionnages, on a désormais le temps d’aller se faire couler un bon bain, d’aller acheter des clopes et même parfois d’aller faire un footing tant les mecs semblent croire que c’est une télé comme une autre et qu’ils peuvent se poser des heures devant l’écran… Sans déconner si on leur donne un clic-clac ils se posent dessus… Alors on est bien gentils, les matches durent déjà 3 heures et quand ça pousse à 4 et bien ça fait un peu bailler… Bonne nouvelle cependant, il devrait y avoir du changement l’année prochaine. Ouf…

 

Voila Messieurs Mesdames, vous venez de consulter le dernier rapport psychologique du service NBA. N’hésitez pas à réagir, à nous envoyer de nouveaux patients on en est friand chez TrashTalk… Rendez-vous la semaine prochaine avec peut être des changements de comportement, des sursauts ou des rechutes, en somme tout ce qui rythme la vie d’une belle clinique comme la nôtre…

Et pour consulter les archives du psy, rendez-vous ici…

image: Trashtalk, @artkor7

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top